CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De QuinceyFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art de la digression

Son livre majeur, Confessions d'un mangeur d'opium anglais, commence par le récit de son enfance. Il s'y attarde longuement. Les Confessions présentent à peu près tous les défauts qui sont censés nuire aux œuvres littéraires : De Quincey manque de mesure et, à un degré plus grave, de méthode ; il multiplie les digressions ; sa sincérité paraît douteuse ou partielle. Il manifeste un égocentrisme forcené. Il n'est pas exempt de pédantisme, ni de lourdeur dans l'humour. Pour lire la description des visions induites par l'opium, il faut attendre les six dernières pages, sorte de conclusion presque bâclée. C'est dire qu'il a fallu à De Quincey des qualités littéraires éblouissantes pour gagner la place qui est sienne aujourd'hui. Le Tristram Shandy de Sterne a de longue date démontré les vertus et l'efficacité narrative de la digression. Pédant ? De Quincey l'est, sans doute. Mais la culture dont il fait étalage est d'une richesse et d'une authenticité rares. Enfin, et surtout, son art d'écrire se révèle irrésistible : le rythme, la sonorité, l'ampleur, la retentissante musique de ses phrases procurent un intense plaisir du texte. La véhémence est l'essence de son art.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey  » est également traité dans :

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus tard, dans Les Parad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinogenes-litterature/#i_28279

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « La hantise de la mort »  : […] L'enfance de Thomas De Quincey le destine à devenir un de ces artistes hantés par l'antérieur comme le furent Baudelaire et Proust. Il est né à Manchester d'un père tuberculeux obligé de plus en plus de s'éloigner des siens. Sa mère, autoritaire et remarquable, dut, seule, élever une famille de huit enfants. Thomas est le cinquième, chéri par trois sœurs aînées ; circonstance dont l'importance est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/#i_28279

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confessions-d-un-mangeur-d-opium-anglais/