CONFESSIONNALISME

Une manière de paradoxe affecte la genèse de la notion de confessionnalisme, dans ses rapports avec la réalité juridique : cette notion, pour être concevable, suppose que la société se soit déjà engagée dans la voie de la déconfessionnalisation ; elle implique en effet une certaine différenciation entre l'adhésion à une communauté confessionnelle et l'appartenance à la collectivité politique. Aussi longtemps que sont confondues les deux sociétés et que l'appartenance à l'une entraîne ipso facto l'incorporation à l'autre, le concept de confessionnalisme, appliqué à l'État, n'a ni contenu ni signification intelligibles. Il s'imposera avec d'autant plus de force à l'esprit que s'estompe, dans la vie de la société, la réalité qu'il désigne. Aussi l'histoire de la notion est-elle assez brève, celle des sociétés politiques, sous ce rapport, ayant commencé par l'indivision.

Origines

Sans remonter aux sociétés primitives étudiées par les ethnologues, on se reportera à ce que les historiens nous apprennent de la cité antique. La religion s'y confond avec le patriotisme : les citoyens combattent indistinctement pour les dieux et les institutions de la cité, pour leurs foyers et leurs autels. Le civisme trouve son accomplissement suprême dans le culte rendu à la divinité. Parler de confusion à ce propos, ce serait projeter sur ce passé un jugement de valeur, résultant d'une mentalité qui a mis des siècles à s'élaborer. On parlera plus justement d'indivision : appartenance à la cité et pratique de sa religion, c'est tout un. Afficher quelque scepticisme à l'égard des croyances collectives, c'est se conduire comme un mauvais citoyen. C'est le crime imputé à Socrate ; c'est aussi le principal chef d'accusation retenu contre les premiers chrétiens : ne refusaient-ils pas de sacrifier au culte impérial ?

Avec l'expansion du christianisme dans l'Empire romain surgit précisément la première des données historiques qui remettront en question, en Occident d'abord, l'assimilation de la confession à l'appartenance nationale. La plupart des religions épousaient jusque-là les frontières politiques : à chaque cité ses dieux, à chaque empire ceux de ses maîtres. Le christianisme, religion universelle, annonce le dépassement des frontières. Mais si le germe de tous les conflits qui opposeront au long des siècles croyances religieuses et impératifs politiques est ainsi déposé, les effets ne s'en firent pas sentir aussitôt : le jour où Rome cesse de persécuter les chrétiens marque aussi le début de l'ère constantinienne qui se caractérise justement par la confusion entre Église et État. La religion se coule dans les cadres administratifs et l'empereur est, selon la formule du temps, l'« évêque du dehors ». Qui songe alors à dissocier les deux réalités ? Il n'en sera pas question avant des siècles. Même la Réforme, bien qu'elle s'inspire de l'esprit de libre examen, principe de rupture entre croyance individuelle et conformité sociale, n'abolit pas au xvie siècle l'État confessionnel. Tout au contraire : les cités et les nations protestantes instaurent un ordre politique et social rigoureusement réglé par la religion (la Genève de Calvin, l'Angleterre puritaine de Cromwell ou les établissements de l'Amérique du Nord). La vieille devise des légistes français : « Une foi, une loi, un roi », est, adaptée à la diversité des situations et des confessions, la règle universelle des rapports entre foi personnelle et société politique.

La notion de l'État confessionnel n'est même pas propre aux pays qui ont embrassé le christianisme. Très proche est la conception qui prévaut dans les pays d'Islam, avec cette différence cependant que[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • René RÉMOND : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DÉCHRISTIANISATION

    • Écrit par Henri DESROCHE
    • 4 195 mots
    ...les rites et les rythmes d'un État chrétien. Or la question de l'État chrétien a fait couler beaucoup d'encre (Marx, Engels, etc.). À cette question de l'État chrétien est venue s'ajouter ultérieurement celle des organisations chrétiennes : partis, syndicats, coopératives, œuvres sociales...
  • ÉRASTIANISME

    • Écrit par André DUVAL
    • 206 mots

    Doctrine de la suprématie absolue de l'État en matière ecclésiastique, l'érastianisme se rattache aux positions du Suisse Thomas Erastos, de son vrai nom Thomas Lieber (1524-1583). Né à Baden, professeur de médecine à Heidelberg, celui-ci est amené à s'opposer à l'Anglais George Wither, porte-parole...

  • ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

    • Écrit par Universalis, Guy HERMET, Mercedes YUSTA RODRIGO
    • 10 723 mots
    • 5 médias
    ...s'inscrit cependant dans un contexte où la politique économique du gouvernement socialiste n'est pas seule à faire l'objet de critiques, sur sa gauche. À droite, l'électorat catholique et l’Église n'apprécient pas certaines de ses réformes juridiques. Dès le 6 octobre 1983, Felipe Gonzalez fait approuver...
  • LAÏCITÉ

    • Écrit par Jean BAUBÉROT, Émile POULAT
    • 7 623 mots
    • 2 médias
    À ce modèle séculier – France, États-Unis – on oppose volontiers les États confessionnels. L'expression est redoutablement ambiguë : elle renvoie, sans préciser, aussi bien à des États qui reconnaissent qu'à des États qui imposent l'autorité d'une religion à l'exclusion de toute autre. Aujourd'hui, dans...

Voir aussi