KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916)

La première conférence des socialistes opposés à la guerre s'était tenue à Zimmerwald, en septembre 1915. Malgré l'opposition de la direction de l'Internationale socialiste et des partis socialistes ralliés à la politique d'union sacrée, malgré la censure des gouvernements engagés dans le conflit, elle connaît un retentissement considérable ; en Allemagne, en décembre 1915, vingt députés sociaux-démocrates votent contre les crédits de guerre, vingt-quatre autres s'abstiennent. En France, l'opposition à la guerre se regroupe au sein du Comité pour la reprise des relations internationales. Par ailleurs, à Zimmerwald les délégués avaient décidé la création d'une commission socialiste internationale (deux délégués suisses, deux italiens), chargée de la propagande et de la coordination. Celle-ci, au début de 1916, annonce l'adhésion au Manifeste de Zimmerwald de vingt-huit partis socialistes (non comprises les minorités de France, d'Allemagne, etc.) ; mais elle souligne la nécessité d'élargir ses pouvoirs politiques, et propose de s'adjoindre trois délégués par organisation adhérente. La première réunion de la commission élargie a lieu du 5 au 8 février 1916. L'absence de nombreux délégués ne lui donne qu'un pouvoir consultatif, mais elle décide la convocation d'une nouvelle conférence plénière à Kienthal, près de Berne.

Celle-ci s'ouvre dans une auberge, le 24 avril. Quarante-quatre délégués sont présents, représentant l'Allemagne, l'Italie, la Russie, la Pologne, la Serbie, le Portugal, la Suisse et l'Internationale socialiste des jeunes. La France n'a pu, comme à Zimmerwald, être représentée : le gouvernement a refusé les passeports. Cependant, trois députés socialistes français arrivent inopinément ; ce sont Brizon, Blanc et Raffin-Dugens qui affirment venir en tant qu'observateurs non mandatés. L'opposition socialiste française à la guerre a fait parvenir à la conférence un projet de manifeste, signé par deux revues, La Vie ouvrière de Pierre Monatte et Našé Slovo, [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 808 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La guerre et la faillite de la IIe Internationale »  : […] neutres ou à des réfugiés politiques (parmi lesquels les Russes Martov, Trotski et Lénine). Tout aussi divisée sur les grandes options, une seconde rencontre n'en prend pas moins une signification renouvelée à Kienthal (1916) : celle du refus d'une stratégie ouvrière qui suspend la révolution sociale à la victoire d'un bloc de nations sur l'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_47096

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 743 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'Internationale communiste »  : […] loin d'être partagée par tous les socialistes hostiles à la guerre et à l'Union sacrée : ni à la conférence de Zimmerwald (sept. 1915), ni à celle de Kienthal (avr. 1916), le point de vue de Lénine ne l'emporte entièrement. La Commission socialiste internationale élue à Zimmerwald deviendra pourtant le premier noyau de l'Internationale communiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-les-internationales/#i_47096

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-kienthal/