KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première conférence des socialistes opposés à la guerre s'était tenue à Zimmerwald, en septembre 1915. Malgré l'opposition de la direction de l'Internationale socialiste et des partis socialistes ralliés à la politique d'union sacrée, malgré la censure des gouvernements engagés dans le conflit, elle connaît un retentissement considérable ; en Allemagne, en décembre 1915, vingt députés sociaux-démocrates votent contre les crédits de guerre, vingt-quatre autres s'abstiennent. En France, l'opposition à la guerre se regroupe au sein du Comité pour la reprise des relations internationales. Par ailleurs, à Zimmerwald les délégués avaient décidé la création d'une commission socialiste internationale (deux délégués suisses, deux italiens), chargée de la propagande et de la coordination. Celle-ci, au début de 1916, annonce l'adhésion au Manifeste de Zimmerwald de vingt-huit partis socialistes (non comprises les minorités de France, d'Allemagne, etc.) ; mais elle souligne la nécessité d'élargir ses pouvoirs politiques, et propose de s'adjoindre trois délégués par organisation adhérente. La première réunion de la commission élargie a lieu du 5 au 8 février 1916. L'absence de nombreux délégués ne lui donne qu'un pouvoir consultatif, mais elle décide la convocation d'une nouvelle conférence plénière à Kienthal, près de Berne.

Celle-ci s'ouvre dans une auberge, le 24 avril. Quarante-quatre délégués sont présents, représentant l'Allemagne, l'Italie, la Russie, la Pologne, la Serbie, le Portugal, la Suisse et l'Internationale socialiste des jeunes. La France n'a pu, comme à Zimmerwald, être représentée : le gouvernement a refusé les passeports. Cependant, trois députés socialistes français arrivent inopinément ; ce sont Brizon, Blanc et Raffin-Dugens qui affirment venir en tant qu'observateurs non mandatés. L'opposition socialiste française à la guerre a fait parvenir à la conférence un projet de manifeste, signé par deux revues, La Vie ouvrière de Pierre Monatte et Našé Slovo, organe de l'émigration russe en France, animé par Léon Trotski. L'Angleterre est également absente pour les mêmes raisons, mais envoie un télégramme de soutien. Deux grands débats ont lieu, autour de la question nationale et de l'attitude à observer face au bureau socialiste international (exécutif de l'Internationale socialiste).

La question nationale recouvre le vieux débat qui oppose Rosa Luxemburg à Lénine. Il est relancé à la conférence par le seul représentant de la gauche allemande qui ait pu franchir la frontière : il affirme que si les revendications nationales existent, mettre l'accent sur elles revient à masquer la lutte des classes. Lénine, qui affirme le « droit à l'autodétermination jusqu'à la séparation totale » pour les minorités nationales, accepte un compromis sur la lutte nécessaire contre toute oppression, attitude qui revient en fait à repousser le débat. Plus profonde et plus pressante est la question de la réactivation du bureau socialiste international par son secrétaire, Camille Huysmans. Ce dernier, qui a su rester assez réservé à l'égard de l'union sacrée, juge qu'il est temps de réanimer l'Internationale, tant à cause des mouvements contre la guerre, qui apparaissent dans les pays belligérants, que contre l'influence grandissante de la première conférence de Zimmerwald. La tactique de Huysmans est simple : rallier les opposants pacifistes à la guerre, sans rompre avec les socialistes « patriotes ». Ce faisant, il trouve un écho réel chez les « droitiers » de Zimmerwald qui ne voient dans la conférence qu'un moyen de pression sur la direction de l'Internationale et refusent toute scission. Ils estiment que les dirigeants sociaux-démocrates se sont « trompés » en août 1914, qu'il faut les ramener à la raison, qu'il est d'ailleurs possible de conquérir la majorité au sein de l'Internationale. À l'opposé, avec Lénine et Trotski, la « gauche zimmerwaldienne » dénonce l'Internationale comme traître au socialisme et considère la conférence de Kienthal comme un pas vers la création d'une troisième internationale ouvrière, véritablement révolutionnaire. Pour la gauche, août 1914 est plus qu'un accident : le régime capitaliste est entré dans une ère [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La guerre et la faillite de la IIe Internationale »  : […] C'est alors que le débat se concentre sur l'angoissante question de la paix, dans le contexte explosif des guerres balkaniques (1912). La II e  Internationale semble tétanisée. La menace d'un recours à une action concordante du prolétariat en cas de conflit n'empêche pas la guerre mondiale d'éclater, en août 1914, en lieu et place de la révolution mondiale attendue. Apparaît alors en pleine lumiè […] Lire la suite

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'Internationale communiste »  : […] L'Internationale communiste est d'abord issue de la guerre : c'est celle-ci qui met à jour l'exigence d'une scission dont avant 1914 nul ne voulait. Le corps entier est dénoncé comme gangrené. Lénine est le premier à en tirer des conclusions en termes d'organisation : la II e  Internationale a « failli », il faut préparer une nouvelle Internationale. Mais la haine du socialisme de guerre ne se dév […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « KIENTHAL CONFÉRENCE DE (1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-kienthal/