CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES (C.I.S.L.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Environ un an après la scission intervenue à la Fédération syndicale mondiale (F.S.M.) en janvier 1949, les organisations qui ont rompu tiennent la conférence constitutive d'une nouvelle Internationale syndicale. L'anticommunisme est commun aux centrales américaine, anglaise et européennes qui prennent l'initiative de la Conférence de Bruxelles (déc. 1949), mais il cache bien des divergences : pour l'American Federation of Labor (A.F.L.), seule la libre entreprise peut assurer la liberté syndicale ; par contre, pour les syndicats français (C.G.T.-Force ouvrière) et allemands, une condamnation du profit comme seul moteur de l'économie est indispensable ; quant au Congress of Industrial Organization (C.I.O.), il résume sa pensée par la formule : « Ni Staline ni la Standard Oil. »

Le compromis se réalise autour de plusieurs thèmes : liberté, condamnation du totalitarisme, qu'il soit soviétique ou espagnol, démocratie économique. Sur la question des secrétariats professionnels internationaux, la Conférence est très prudente : ceux-ci, dans leur grande majorité, ont quitté la F.S.M. en raison de sa volonté centralisatrice ; aussi le secrétariat général revient-il à un représentant des secrétariats professionnels, le Néerlandais Oldenbroek. La Confédération échoue dans sa tentative d'intégrer l'Internationale chrétienne (C.I.S.C.), qui refuse de se dissoudre.

Innovation importante motivée par un souci d'efficacité, la C.I.S.L. (I.C.F.T.U., en anglais) met en place, dès le lendemain de sa création, quatre secrétariats régionaux : pour l'Europe, à Bruxelles ; pour l'Asie, où il s'agit de faire face à l'influence de la révolution chinoise, à Singapour ; pour l'Amérique, à Mexico ; pour l'Afrique, à Douala. Elle se propose même de mettre en place des secrétariats régionaux « libres » pour l'Europe de l'Est et pour l'U.R.S.S.

En 1951, la Confédération réunit une conférence à propos du plan Schuman et du pool européen du charbon et de l'acier. Comme elle a approuvé le plan Marshall, elle apporte son appui à l'intégrat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES (C.I.S.L.)  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

En 1986, l'American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations célébrait le centième anniversaire de sa plus puissante composante, l'American Federation of Labor. Le panorama qu'elle pouvait contempler était pour le moins inquiétant : en trente ans, le syndicalisme américain n'avait cessé de s'affaiblir. La plus puissante centrale syndicale des États-Unis était pourtant née à New Yor […] Lire la suite

BEN SALAH AHMED (1926- )

  • Écrit par 
  • Pierre SPITZ
  •  • 1 002 mots

Homme politique et syndicaliste tunisien. Originaire d'une famille de la petite bourgeoisie de Mouknine, dans le Sahel tunisien, Ahmed ben Salah se lance, ses études terminées, dans l'action syndicale. Il se révèle rapidement comme un animateur de l'Union générale des travailleurs tunisiens (U.G.T.T.), reconstituée en 1945 par Ferhat Hached : il représente, à Bruxelles, l'U.G.T.T. auprès de la pui […] Lire la suite

INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 840 mots

28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876. 2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York. 14-21 juillet 1889 Naissance de la II e  Internationale à Paris. Le congrès rassemble presque toutes les organi […] Lire la suite

OUVRIER MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • Bernard PUDAL
  •  • 10 989 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le néo-libéralisme et la mondialisation »  : […] L'effondrement des régimes « communistes » d'une part, la mondialisation et la transformation de la division internationale du travail qui en résulte d'autre part, la domination du néo-libéralisme et les métamorphoses de la question sociale qu'elle suscite, enfin, sont sans aucun doute les trois phénomènes qui participent à la recomposition du mouvement ouvrier, dans ses variantes nationales comm […] Lire la suite

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Rôle international du syndicalisme »  : […] La Première Guerre mondiale, qui avait entraîné l'éclatement d'un certain nombre de centrales syndicales nationales, a aussi engendré un pluralisme syndical international. La première internationale syndicale née en 1913 disparaît dès le mois d'août 1914, mais une série de conférences préparent sa reconstitution, qui se réalise en août 1919 à Amsterdam. L'année d'après se forme à La Haye une Conf […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES (C.I.S.L.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-internationale-des-syndicats-libres/