CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS CHRÉTIENS (C.I.S.C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xixe siècle se créent en France, en Allemagne et dans d'autres pays européens des syndicats chrétiens. En 1908, à Munich, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, les Pays-Bas, la Russie, l'Italie, la Suède, la Suisse créent un Secrétariat international des syndicats chrétiens. Ce sont de loin les syndicats chrétiens allemands qui l'emportent en influence et qui s'affirment favorables à une centralisation. Les syndicats français n'adhèrent qu'en 1912, surmontant leurs réticences à l'égard de l'hégémonie allemande.

La Première Guerre mondiale entraîne la cassure du Secrétariat en deux organisations rivales. Mais, en 1919, les Pays-Bas jouant le rôle de médiateurs, la réunification a lieu lors du congrès de La Haye, qui fonde la Confédération internationale des syndicats chrétiens (C.I.S.C.) : quatre-vingt-dix-huit délégués représentent trois millions et demi de salariés, essentiellement d'Europe occidentale. Les syndicats allemands représentent encore un tiers des mandats. En outre, les conséquences de la guerre entraînent de vives querelles, les Français exigeant des Allemands la reconnaissance de leur responsabilité dans le conflit et la nécessité des réparations. Aussi l'exécutif de la nouvelle internationale échoit-il aux pays non engagés (pays nordiques et Pays-Bas). Le congrès prend nettement position contre la révolution russe.

Le congrès d'Innsbruck, en juin 1922, adopte un programme fondé sur la morale chrétienne, mais sans référence aux encycliques papales afin de permettre aux protestants et aux catholiques de cohabiter dans l'internationale syndicale. Le congrès affirme que la seule finalité sociale est l'épanouissement de la personne humaine ; la confédération chrétienne rejette le libéralisme comme elle rejette le socialisme. Elle refuse à l'État un quelconque rôle producteur et ne lui accorde qu'un rôle de coordinateur ; aussi s'oppose-t-elle aux nationalisations. Enfin, la lutte des classes ne peut être dépassée que par l'organisation corporative, qui crée les conditions d'une collaboration entre patrons [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS CHRÉTIENS (C.I.S.C.)  » est également traité dans :

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Rôle international du syndicalisme »  : […] La Première Guerre mondiale, qui avait entraîné l'éclatement d'un certain nombre de centrales syndicales nationales, a aussi engendré un pluralisme syndical international. La première internationale syndicale née en 1913 disparaît dès le mois d'août 1914, mais une série de conférences préparent sa reconstitution, qui se réalise en août 1919 à Amsterdam. L'année d'après se forme à La Haye une Conf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndicalisme/#i_1944

TESSIER GASTON (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 499 mots

Né à Paris, d'origine bretonne, Tessier est à seize ans employé dans une maison de commerce. Il fréquente les cercles d'études des œuvres de jeunesse catholique et il rencontre Marc Sangnier dont il deviendra le disciple et l'ami. En 1905 il adhère au syndicat des employés du commerce et de l'industrie ; celui-ci a été fondé en 1887 par les frères des Écoles chrétiennes. D'une association qui vise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-tessier/#i_1944

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS CHRÉTIENS (C.I.S.C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-internationale-des-syndicats-chretiens/