C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née d'une scission de la C.G.T. intervenue en décembre 1947 et consacrée par un congrès constitutif en avril 1948, la Confédération générale du travail-Force ouvrière se déclare continuatrice du syndicalisme réformiste de la « vieille C.G.T. » de l'entre-deux-guerres. Depuis ses origines, l'organisation a connu une lente mais assez régulière progression et son ambition reste de reconquérir la première place dans la pluralité syndicale française.

La phase de construction

Précédée par le départ de divers syndicats ou de fragments d'organisations opposées à la direction communiste de la C.G.T., accélérée par les grèves dures qui éclatent après la fin du tripartisme, la rupture de 1947 a été imposée par la base et par les stratèges de la troisième force à Léon Jouhaux, qui restait attaché à la perspective de redressement interne. Les socialistes qui créent la nouvelle centrale sont bien implantés parmi les fonctionnaires et les employés. Ils disposent d'un journal, Force ouvrière, qui prolonge l'organe de tendance des confédérés pendant la clandestinité : Résistance ouvrière. Contrairement à leurs attentes, les minoritaires sont privés de l'apport de la Fédération du livre, qui reste à la C.G.T., et de la Fédération de l'éducation nationale, qui demeure dans l'autonomie. Au départ, la C.G.T.-F.O. compte environ 300 000 membres. Son secrétaire général, Robert Bothereau, se consacre à la mise en place des unions départementales, à la création de syndicats et de fédérations. Avec de fortes inégalités, le maillage territorial et professionnel est, pour ainsi dire, achevé en 1950. Les élections pour les caisses de la Sécurité sociale, qui ont lieu la même année, fournissent une mesure de l'audience de la centrale : F.O. recueille 15,1 p. 100 des suffrages exprimés.



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en science politique, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière)  » est également traité dans :

BERGERON ANDRÉ LOUIS (1922-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

André Bergeron fut secrétaire général de la Confédération générale du travail-Force ouvrière (C.G.T.-F.O.) de 1963 à 1989. André Louis Bergeron est né le 1 er  janvier 1922, près de Belfort. Après avoir obtenu le certificat d’études, il entre, à l’âge de quatorze ans, comme apprenti typographe à la Société générale d’imprimerie du Fourneau à Belfort, et adhère aux Jeunesses socialistes et à la C.G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-louis-bergeron/#i_80149

BLONDEL MARC (1938-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 919 mots
  •  • 1 média

Secrétaire général de la Confédération générale du travail-Force ouvrière (C.G.T.-F.O.) de 1989 à 2004, Marc Fiacre Henry Blondel est né le 2 mai 1938 à Courbevoie dans une famille originaire de la ville minière Hénin-Liétard (aujourd’hui Hénin-Beaumont) dans le Nord. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-blondel/#i_80149

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La scission de 1947 »  : […] À la Libération, la C.G.T. apparaît comme une puissante organisation qui groupera, en 1946, 5 500 000 adhérents. Son XXVI e  congrès (avril 1946) entérine les changements qui se sont produits dans le mouvement syndical depuis 1938. Des modifications sont apportées aux statuts qui avaient été votés par le congrès d'unification en 1936. On introduit dans les scrutins entre organisations le principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_80149

FRANCE - L'année politique 1996

  • Écrit par 
  • Serge SUR
  •  • 3 937 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des syndicats sur la brèche »  : […] Les manœuvres syndicales se développent activement après les grèves de la fin de 1995 . Non que le militantisme se soit renforcé, mais les appareils perçoivent un potentiel revendicatif, surtout dans le secteur public, qu'il convient de capter. Une grève des chauffeurs routiers à l'automne en fournit l'occasion. Cela ne les conduit nullement à l'unité d'action et, au contraire, avive leur compétit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1996/#i_80149

JOUHAUX LÉON (1879-1954)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Né à Aubervilliers, d'un père ancien communard, employé dans une manufacture de tabac, Léon Jouhaux, après avoir obtenu son certificat d'études et préparé l'École des arts et métiers, est embauché d'abord dans une serrurerie ; puis il rejoint son père à la manufacture. Il a alors seize ans et fréquente les groupes anarchistes. En 1901, il est condamné à trois mois de prison avec l'anarchiste Liber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-jouhaux/#i_80149

Voir aussi

Pour citer l’article

René MOURIAUX, « C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail-force-ouvriere/