C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La C.F.T.C. a mis vingt ans à se « déconfessionnaliser ». Le processus qui aboutit en 1964 à l'apparition de la Confédération française démocratique du travail (C.F.D.T.) passe en partie par la suppression de l'hégémonie de la Fédération intersectorielle des employés, symbolisée par la désignation d'un ouvrier métallurgiste, Eugène Descamps, au secrétariat général. Après l'abandon de la référence chrétienne et la scission qui l'accompagne, la C.F.D.T. entreprend de consolider son assise et sa démarche. Le mouvement de mai 1968 l'entraîne sur la voie de l'autogestion. La rupture de l'Union de la gauche en 1977 permet à son deuxième secrétaire général, Edmond Maire, d'effectuer un « recentrage », et de prendre ses distances avec la C.G.T., son alliée traditionnelle. Poursuivi malgré les crises et les dissensions internes, le processus de « resyndicalisation » conduisit à l'abandon de tout projet politique alternatif au nom d'un réformisme pragmatique. À la fin des années 1990 et jusqu'en 2003, la C.F.D.T. voit ses positions et son audience renforcées, au point de devenir le partenaire de négociation privilégié des pouvoirs publics et du patronat dans toutes les réformes du droit social : Sécurité sociale, chômage, réduction du temps de travail, retraites.

La réponse au plan Juppé

Photographie : La réponse au plan Juppé

L'ambition réformatrice du plan Juppé sur la Sécurité sociale a été la cause des grandes grèves qui ont paralysé la France durant trois semaines, en décembre 1995. 

Crédits : Steve Eason/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La consolidation de la C.F.D.T. par l'unité d'action avec la C.G.T.

Dans les mois qui suivent le congrès extraordinaire de novembre 1964, les militants de la C.F.D.T. « contrent » sévèrement les initiatives des mainteneurs de la C.F.T.C. Ils leur disputent sigle et locaux. Il s'agit de restreindre au minimum la scission. Dans le même temps, la nouvelle centrale entend démontrer sur le terrain sa capacité d'action et de proposition. Le patronat contrarie cette perspective en affichant une intransigeance complète. Eugène Descamps conduit avec habileté sa centrale, évitant en 1965 de prendre position pour l'élection présidentielle entre François Mitterrand et Jean Lecanuet.

Face à l'immobilisme patronal, la C.F.D.T. cherche à dynamiser le mouvement social. Des entretiens ont lieu avec Force ouvrière pour explorer les voies d'un rapprochement organique. Ils achoppent sur la question de l'entente avec la C.G.T., qui est exclue par André Bergeron alors qu'elle est considérée comme nécessaire par Eugène Descamps. Un accord national est conclu entre la C.G.T. et la C.F.D.T. le 10 janvier 1966. Il marquera durablement la vie syndicale en France. Au sein de la centrale déconfessionnalisée, l'option qu'il représente ne satisfait pas les modernistes comme Edmond Maire, dirigeant de la Fédération de la chimie, ou les militants qui restent proches de l'ancienne C.F.T.C. Le président de la C.F.D.T., Georges Levard, démissionne en 1967 pour protester contre l'orientation suivie par le secrétaire général. Des journées d'action sont lancées avec la C.G.T. pour la défense de la Sécurité sociale et de l'emploi (17 mai et 26 nov. 1966, 1er févr., 15 mai et 13 déc. 1967). La C.F.D.T. s'oppose aux tentatives effectuées par la C.G.T. d'associer directement le P.C.F. à ces manifestations.

La fin de l'année 1967 et le début de l'année 1968 sont secoués par des grèves dures, à la Rhodiaceta, à Berliet, à Caen, où les militants de la C.F.D.T. s'illustrent par leur ardeur. Ils s'investissent avec la même fièvre dans le mouvement de mai, que la C.G.T. entend conduire de manière raisonnable. Le 16 mai 1968, le bureau confédéral cédétiste lance le mot d'ordre d'autogestion. La centrale d'Eugène Descamps cherche à relier la révolte étudiante et la grève ouvrière. Elle déplore que, durant les négociations de Grenelle, le patronat et le gouvernement aient choisi la C.G.T. pour principal interlocuteur. Aussi approuve-t-elle la présence de Fredo Krumnow au meeting de Charléty. Le 29 mai, elle lance un appel à Pierre Mendès France et, après le retournement de la situation par le général de Gaulle le 30 mai, elle soutient les derniers élans grévistes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)  » est également traité dans :

BOULADOUX MAURICE (1907-1977)

  • Écrit par 
  • André JEANSON
  •  • 927 mots

Maurice Bouladoux est né à Parthenay (Deux-Sèvres). Il a quinze ans quand commence pour lui la vie de travail : il est aide-comptable dans une entreprise de textile. Mais il est attiré par l'action militante du syndicalisme. Aussi est-il, en 1929, l'un des fondateurs de la Jeunesse syndicaliste chrétienne, mouvement qui sera une pépinière de militants pour la C.F.T.C. créée en 1919. En 1937, alor […] Lire la suite

C.F.T.C. (Confédération française des travailleurs chrétiens)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 2 601 mots

Dans le chapitre « Du S.E.C.I. à la déconfessionnalisation »  : […] Plusieurs essais de syndicalisme chrétien sont observés au milieu des années 1880, dans le Nord et à Lyon. Le point de départ habituellement retenu est 1887, avec la création du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie. Le S.E.C.I. a été fondé sur l'initiative du frère Hiéron, de la Congrégation des frères des écoles chrétiennes. Le pape Léon XIII avait chargé l'ordre de bâtir un syndi […] Lire la suite

C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 1 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La distanciation avec le P.S. »  : […] Durant la IV e  République et au début de la V e , F.O. et la S.F.I.O. partageaient les mêmes options stratégiques, la troisième force d'abord, le soutien au régime gaulliste ensuite. Les dissensions apparurent après la fin de la guerre d'Algérie, lorsque la logique de la bipolarisation imposa le rapprochement du Parti socialiste et du P.C.F. L'apparition de la C.F.D.T., qui combinait l'unité d'a […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1996

  • Écrit par 
  • Serge SUR
  •  • 3 938 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des syndicats sur la brèche »  : […] Les manœuvres syndicales se développent activement après les grèves de la fin de 1995 . Non que le militantisme se soit renforcé, mais les appareils perçoivent un potentiel revendicatif, surtout dans le secteur public, qu'il convient de capter. Une grève des chauffeurs routiers à l'automne en fournit l'occasion. Cela ne les conduit nullement à l'unité d'action et, au contraire, avive leur compétit […] Lire la suite

LIPMANN FRED (1905-1996)

  • Écrit par 
  • Philippe DENOIX
  •  • 985 mots

Le nom de Fred Lipmann, entrepreneur visionnaire, patron de l'horlogerie Lip à Besançon, est associé à la révolution électronique dans l'horlogerie, aux difficultés du monde occidental à affronter la jeune industrie asiatique et aux espoirs socialistes autogestionnaires enfantés par le plus long conflit social de l'histoire industrielle française (de 1973 à 1981). En 1939, il succède à son père E […] Lire la suite

MAI-68

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 2 746 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une crise politique »  : […] Les contradictions n'épargnent pas la majorité gouvernementale, la question de l'après-gaullisme paraissant ouvertement posé en son sein. Le 24 mai, le général de Gaulle abandonne à son Premier ministre la carte de la négociation et se réserve d'annoncer au pays un référendum visant à instaurer la participation et la régionalisation. Sans résultats probants. Des stratégies concurrentes de relève p […] Lire la suite

MAIRE EDMOND (1931-2017)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Né à Épinay-sur-Seine d'un père cheminot, Edmond Maire est entré dans la vie professionnelle dès sa sortie du lycée. Tout en travaillant aux peintures Valentine, il suit des cours de chimie au Conservatoire national des arts et métiers. Grâce à cette formation, il entre au centre de recherche Pechiney, en 1954, comme technicien chimiste. Il exerce peu son nouveau métier puisque, dès 1958, il devie […] Lire la suite

NOTAT NICOLE (1947- )

  • Écrit par 
  • Dominique ANDOLFATTO
  •  • 1 118 mots

Nicole Notat a été secrétaire générale de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) d'octobre 1992 à mai 2002. Elle est la première femme et, à ce jour, la seule à avoir accédé à la direction d'une centrale syndicale. Mais sa désignation revêtait surtout une signification politique. Elle consacrait un cours nouveau de la CFDT, tournant la page du « mouvement ouvrier » et, selon ses […] Lire la suite

NOTRE HISTOIRE INTELLECTUELLE ET POLITIQUE 1968-2018 (P. Rosanvallon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe LE DIGOL
  •  • 1 163 mots

Dans le chapitre « Rendre le monde intelligible »  : […] Alors étudiant à HEC, Pierre Rosanvallon, anonyme parmi tant d’autres, vit un Mai-68 tout en discussions et en écoute, préférant les armes de la critique « aux satisfactions de l’activisme », selon ses propres mots. De la CFDT au Collège de France, sa trajectoire personnelle s’entrelace, sans toutefois se confondre, avec l’évolution politique et intellectuelle du pays. L’ouvrage livre le témoignag […] Lire la suite

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « La fonction d'encadrement »  : […] Si nous prenons le cas français pour explorer les structures de l'appareil syndical, nous pouvons distinguer, à partir de l'organisation de base qu'est le syndicat ou la section syndicale, les institutions qui forgent les solidarités verticales et celles qui permettent aux solidarités horizontales de s'exprimer. En effet, le groupe de syndiqués d'un même établissement peut constituer soit un syndi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 mars 2014 France. Accord sur la réforme de l'indemnisation des chômeurs

C.F.D.T., F.O. et C.F.T.C. parviennent à un accord sur la réforme des règles d'indemnisation des demandeurs d'emploi. Celle-ci prévoit l'instauration de droits « rechargeables » permettant d'accumuler des droits à l’indemnisation à chaque nouvelle période de travail, ainsi que la simplification des règles de cumul d'une allocation et de la rémunération […] Lire la suite

5 mars 2014 France. Relevé de conclusions des partenaires sociaux sur le « pacte de responsabilité »

C.F.D.T., la C.F.E.-C.G.C. et la C.F.T.C. – majoritaires – pour les salariés conviennent de l'ouverture dans toutes les branches de négociations sur des « objectifs quantitatifs et qualitatifs en termes d'emploi », en échange de la baisse de 30 milliards d'euros de charges patronales. Le gouvernement salue la conclusion de cette feuille de route que […] Lire la suite

14 décembre 2013 France. Accord sur la réforme de la formation professionnelle

C.F.D.T., F.O., la C.F.T.C. et la C.F.E.-C.G.C. pour les salariés, annoncent leur intention de signer l'accord. La C.G.P.M.E. et la C.G.T. s'y refusent.  […] Lire la suite

27-29 août 2013 France. Présentation de la réforme des retraites

C.F.D.T. salue ce projet que rejettent la C.G.T. et F.O., tandis que le Medef reste dans l'attente des mesures compensatrices annoncées. Le 29, invité à l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines), le ministre de l'Économie Pierre Moscovici annonce la compensation intégrale de la hausse des cotisations patronales due à la réforme des retraites […] Lire la suite

17 mai 2013 France. Fin de la grève à l'usine P.S.A. Peugeot-Citroën d'Aulnay

C.F.D.T. appellent à la reprise du travail à l'usine P.S.A. Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après la conclusion d'un accord de sortie de crise avec la direction de ce site qui devra fermer au début de 2014. En juillet 2012, P.S.A. avait annoncé la fermeture de l'usine et la suppression de huit mille postes en France. Les grévistes […] Lire la suite

Pour citer l’article

René MOURIAUX, « C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-francaise-democratique-du-travail/