CONCURRENCE, droit

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mise en œuvre

La mise en œuvre du droit de la concurrence suppose, d'une part, que l'on connaisse le domaine d'application territorial des règles édictées par chaque pays ou en Europe ; elle implique, d'autre part, l'intervention d'autorités compétentes et l'application de sanctions.

Domaine d'application territorial

Les ententes et les opérations de concentration revêtent souvent un caractère international. Des ententes se sont formées, bien avant la Première et surtout la Seconde Guerre mondiale, entre des entreprises ou des groupes d'entreprises géants, dans le domaine du pétrole (Standard Oil et Shell), des produits chimiques (Du Pont de Nemours, Imperial Chemicals, I.G. Farben, Solvay), de la construction électrique (General Electric, Westinghouse, A.E.G., Siemens-Schukert, Philips, Brown-Boveri), de la sidérurgie (Comptoir sidérurgique de France, Stahlwerken-Verband, British Iron and Steel Federation), etc. De véritables concentrations internationales ont été réalisées, soit à partir de sociétés d'un pays prenant le contrôle de sociétés étrangères dont elles faisaient leurs filiales, soit par de véritables fusions économiques, alors même que l'instrument juridique d'une fusion internationale fait encore défaut.

En outre, des ententes ou des concentrations même nationales peuvent avoir des effets anticoncurrentiels sur un ou plusieurs marchés extérieurs (notamment par une répartition de ces marchés, par des pratiques concertées à l'exportation, ou par l'acquisition d'un monopole ou d'un quasi-monopole).

De ce double point de vue, l'entente ou la concentration relèvent de plusieurs législations et autorités ; parmi celles-ci, quelle est ou quelles sont celles qui peuvent les appréhender ?

La question est complexe. La nationalité étrangère d'une ou plusieurs des entreprises participant à l'opération anticoncurrentielle ne suffit pas (sauf dispositions législatives expresses en ce sens, qui demeurent exceptionnelles) pour faire obstacle à l'application des lois sur la concurrence d'un pays déterminé. Ainsi, par exemple, les lois allemande ou française s'appliquent à toutes les restrictions de la concurrence ayant leurs effets sur le territoire national, même si elles ont leur origine en dehors de ce territoire ; la jurisprudence américaine avait auparavant pris la même position, notamment dans l'affaire Alcoa, jugée en 1945, où la simple intention d'un cartel étranger de restreindre les exportations de lingots d'aluminium vers les États-Unis a été considérée comme suffisante pour entraîner l'application du droit antitrust.

L'application extraterritoriale du droit antitrust risque cependant de porter atteinte à des souverainetés étrangères. Aussi le juge américain n'a-t-il traditionnellement affirmé sa compétence à l'égard de comportements extérieurs produisant leurs effets sur le territoire des États-Unis que lorsqu'il a estimé son intervention suffisamment justifiée compte tenu de la nationalité ou de la résidence des auteurs de l'acte, des incidences respectives des comportements domestiques et étrangers, de l'importance relative des effets dans les différents pays concernés, de la probabilité d'une atteinte au marché américain, des risques de conflit entre les lois et les politiques en présence et des difficultés d'exécution de la décision. Au-delà, la loi Sherman a été modifiée en 1982 pour ne plus concerner que les comportements extérieurs ayant « un effet direct, substantiel et raisonnablement prévisible ». L'application extraterritoriale des lois européennes sur la concurrence est subordonnée par la jurisprudence à des conditions similaires. La même solution paraissait admise en droit de l’Union. Toutefois, la Cour de justice est revenue, dans le domaine du droit des ententes, sur cette jurisprudence en 1988 (arrêt « Pâte de bois ») en adoptant une position intermédiaire entre un critère jugé trop large (le critère de l'effet) et un autre trop étroit (le critère du comportement) : « Une infraction à l'article 85 (devenu 101 T.F.U.E.), telle que la conclusion d'un accord qui a pour effet de restreindre la concurrence à l'intérieur du marché commun, implique deux éléments de comportement, à savoir la formation de l'entente et sa mise en œuvre. Faire dépendre l'applicabilité des interdictions édictées par le droit de la concurrence du lieu de formation de l'entente aboutirait à l'évidence à fournir aux entreprises un moyen facile de se soustraire auxdites interdictions. Ce q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite d'économie à l'université de Paris-IX-Dauphine
  • : professeur à l'université de Paris-II, président honoraire
  • : professeur à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas, directeur de l'Institut de droit comparé de Paris

Classification

Autres références

«  CONCURRENCE, droit  » est également traité dans :

AVOCAT

  • Écrit par 
  • Claude MICHEL
  •  • 7 302 mots

Dans le chapitre « France »  : […] La profession connaît une progression numérique forte depuis 1990, plus qu'un doublement (18 500 avocats en 1991), la croissance moyenne annuelle étant de l'ordre de 8 p. 100. Près de 46 000 avocats composaient les barreaux français au 1 er  janvier 2006. Presque la moitié sont installés dans la capitale intra muros et appartiennent au barreau de Paris. Le barreau suivant dans l'ordre décroissant […] Lire la suite

BOYCOTTAGE

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tentatives de répression »  : […] Les juristes, et quelquefois le législateur, ont tenté de dégager à partir de ces manifestations diverses, une notion unique du boycottage d'entreprises à entreprises. Le droit allemand, en particulier, en a tracé très fermement le dessin (loi de 1957 contre les limitations à la concurrence, art. 261). Ce texte suppose l'intervention de trois parties : une entreprise ou une association qui y inc […] Lire la suite

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Le brevet d'invention constitue un moyen juridique permettant de protéger les résultats de la recherche scientifique et technique. La protection des résultats de la recherche apparaît comme une condition à son existence. On ne saurait en effet imaginer une progression technologique sans un instrument juridique de sa protection et tous les pays se préoccupent de mettre en place un régime juridique […] Lire la suite

CHRISTIE'S & SOTHEBY'S

  • Écrit par 
  • Alain QUEMIN
  •  • 2 848 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrivée en France des maisons de ventes anglo-saxonnes »  : […] L'arrivée des deux grandes maisons anglo-saxonnes sur le territoire français date en réalité de nombreuses années. En effet, Sotheby's a ouvert des bureaux à Paris dès 1967, et Christie's un an plus tard. Cette dernière a également ouvert des bureaux à Aix-en-Provence puis à Lyon et à Bordeaux. Toutefois, étant donné la législation française, qui accorde aux commissaires-priseurs un monopole qu'i […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Le droit du cinéma

  • Écrit par 
  • Gaëlle ROMI, 
  • Raphaël ROMI
  •  • 5 707 mots

Dans le chapitre « Régulation publique de la concurrence  »  : […] Le système d'aides publiques doit s'accompagner logiquement d'une double régulation de la concurrence : la première s'exerce au sein même du secteur pour protéger le mode de diffusion, constituant le soubassement culturel et économique de la création (l'exploitation en salles), contre une trop forte concentration qui nuirait à la diversité culturelle et géographique du cinéma. La seconde vise à m […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'exercice du pouvoir de marché »  : […] L'existence d'un pouvoir de marché a des conséquences négatives en termes d'efficacité économique. Le droit de la concurrence a pour principal objectif de prévenir les excès qui peuvent en découler et de favoriser la concurrence. Des instances telles que le Conseil de la concurrence en France ou la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne jugent de ces problèmes dans un ca […] Lire la suite

ÉDITION

  • Écrit par 
  • Robert ESCARPIT, 
  • Philippe SCHUWER
  •  • 11 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles évolutions : macro- et mini-structures »  : […] Les dernières décennies ont été marquées par de nombreux mouvements de concentration, principalement autour de Hachette, des Presses de la Cité, de la Compagnie européenne de publication (C.E.P.) qui réalisaient en 1987 80 p. 100 du chiffre de l'édition française. Et, dans une moindre mesure, autour de Gallimard et de Flammarion. Notons que, dès les années 1960, on avait observé aux États-Unis d […] Lire la suite

ENTENTES ET CARTELS

  • Écrit par 
  • Jacques HOUSSIAUX
  • , Universalis
  •  • 1 220 mots

Il y a entente lorsque deux ou plusieurs entreprises s'associent, par contrat ou sans contrat, dans un but déterminé, pour une opération particulière ou pour une période donnée, tout en conservant leur autonomie juridique. Le cartel est une forme élaborée d'entente, par laquelle les adhérents constituent un organisme commun chargé de la mise en œuvre de l'objectif poursuivi. L'entente est donc une […] Lire la suite

ENTREPRISE - Les relations interentreprises

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 622 mots

Dans le chapitre «  La concurrence »  : […] Les entreprises capitalistes sont soumises au jugement des marchés. Mais de quelle manière ce principe s’applique-t-il ? La concurrence parfaite, longtemps privilégiée par la théorie, décrit une économie dans laquelle les producteurs sont directement confrontés aux consommateurs. Le marché domine les entreprises et, plus largement, aucun acheteur ni aucun vendeur n’a une taille suffisante pour l […] Lire la suite

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Écrit par 
  • Patricia CHARLÉTY, 
  • Saïd SOUAM
  •  • 9 406 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les opérations horizontales »  : […] Au niveau communautaire, avant 1990, les opérations de concentration pouvaient être contrôlées seulement si elles relevaient d’une collusion ou d’un abus de position dominante. La mise en œuvre du règlement C.E.E. 4064/89 a introduit un contrôle préventif des concentrations qui créent ou renforcent une position dominante. Depuis l’application du règlement C.E. 139/2004 relatif au contrôle des con […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 juillet 2021 France – États-Unis. Condamnation de Google au sujet de l'application du droit voisin.

L’Autorité française de la concurrence condamne le moteur de recherche américain Google à une amende de 500 millions d’euros pour n’avoir pas négocié « de bonne foi » avec les médias français au sujet de la rémunération de la reprise d’extraits de leurs contenus, en application du droit voisin. En janvier, l’Alliance de la presse d’information générale avait conclu avec Google, à ce sujet, un contrat de 25 millions d’euros annuels. […] Lire la suite

8-30 décembre 2020 Union européenne – Royaume-Uni. Conclusion d'un accord de libre-échange entre Bruxelles et Londres.

L’accord ne prévoit pas de droits de douane et encadre les règles de concurrence. Les Européens cèdent le quart de leurs quotas de pêche aux Britanniques. Le texte ne concerne pas les services, notamment financiers. La liberté de circulation est abolie. Toutefois, les Britanniques résidant dans l’UE et les Européens habitant le Royaume-Uni conservent leur droit de résidence et de travail, et aucun visa de tourisme n’est imposé. […] Lire la suite

6 février 2019 Union européenne. Rejet de la fusion entre Alstom et Siemens.

Dans une tribune conjointe publiée dans la presse, les ministres français et allemand de l’Économie, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, se déclarent favorables à une « adaptation du droit européen de la concurrence ». […] Lire la suite

4 octobre 2017 Union européenne. Sanction contre Amazon pour avantages fiscaux indus.

La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager exige de l’entreprise de commerce électronique Amazon qu’elle rembourse quelque 250 millions d’euros de taxes impayées au Luxembourg, en application du droit européen. Cette situation résulte d’un accord fiscal – ou rescrit – signé en 2003 entre Amazon et le Luxembourg, qui a permis à la firme américaine de ne payer l’impôt sur les sociétés que sur environ un quart de ses bénéfices entre 2006 et 2014. […] Lire la suite

1er-25 août 2003 Israël – Autorité palestinienne. Fin de la trêve observée par les organisations palestiniennes radicales

Le 25, Yasser Arafat, réaffirmant son autorité sur la direction palestinienne, nomme un ministre de l'Intérieur – fonction assurée jusqu'alors par Mahmoud Abbas – et un conseiller chargé de la sécurité auprès de la présidence de l'Autorité palestinienne, qui se trouvera en concurrence avec son homologue au sein du gouvernement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BIENAYMÉ, Berthold GOLDMAN, Louis VOGEL, « CONCURRENCE, droit », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-droit/