CONCILE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les conciles œcuméniques

Si étonnant que cela puisse paraître, il n'existe pas de liste officielle des conciles reconnus comme œcuméniques par l'Église catholique. Cette indétermination, qui laisse une certaine latitude d'interprétation concernant l'œuvre des conciles, a d'ailleurs sans aucun doute une signification œcuménique.

Tel concile, purement oriental, comme celui de Constantinople (381), a été finalement reçu comme œcuménique. Tel autre convoqué régulièrement, comme celui d'Éphèse de 449, a été dénoncé. Le concile d'union de Florence peut être mis à part, mais on peut le compter aussi avec celui de Bâle, dont il est la continuation. Le concile de Florence s'est regardé lui-même comme huitième concile œcuménique, venant après celui de Nicée (787), sans tenir compte des conciles généraux du Moyen Âge. Le concile de Constantinople de 869, qui a beaucoup moins de titres que celui de 879 à figurer dans la liste des conciles œcuméniques, y a été inclus par les canonistes médiévaux, sans qu'aucune décision officielle ait justifié une telle adjonction.

La tradition reconnaît une primauté des premiers conciles. Sans parler du concile de Jérusalem (49), qui a une place à part, normative, on a toujours regardé le concile de Nicée comme ayant une importance unique, à cause de sa définition de la divinité du Christ. Il y a aussi une primauté des quatre premiers conciles – Nicée, Constantinople, Éphèse, Chalcédoine – qui ont établi les fondements de la christologie chrétienne : cette primauté a été admise parfois par le luthéranisme et en général par l'Église anglicane. Enfin, catholicisme et orthodoxie reçoivent en commun les sept premiers conciles, jusqu'au second Concile de Nicée (787).

Avec certains historiens contemporains (Grumel, Dvornik), il convient certainement d'introduire une dualité de titres pour distinguer entre les grands conciles : il y a les conciles œcuméniques, comme les sept premiers, ou encore pour le catholicisme, Trente, Vatican I et Vatican II, et les conciles pontificaux du Moyen Âge qui étaient appelés conciles généraux plutôt qu'œcuméniques. Cette différenciation, qu'on pourrait d'ailleurs poursuivre, signale une évolution dans la signification du mot « œcuménique » au long des siècles.

Sont reçus par l'Église catholique et par les Églises orthodoxes les sept conciles « œcuméniques » de l'Antiquité :

Nicée I (325), convoqué et présidé par Constantin le Grand pour lutter contre les doctrines du prêtre Arius. Il dura du 20 mai au 25 juillet ( ?) 325. Dans le débat dogmatique, le rôle le plus important fut joué par l'évêque occidental Hosius de Cordoue. Rédaction du symbole de Nicée, définissant que le Christ est d'une même nature avec le Père (ὸμοόυσιος, en grec). Fixation de la date de Pâques au dimanche, jour distinct de la fête juive. Vingt canons.

Constantinople I (381), convoqué par l'empereur Théodose Ier contre Macedonius. Siégeant de mai à juillet 381, les Pères proclamèrent la divinité du Saint-Esprit et votèrent quatre canons.

Éphèse (431), convoqué par l'empereur Théodose II contre Nestorius. En cinq sessions, du 22 juin au 17 juillet 431, les Pères définirent la maternité divine de la Vierge Marie et votèrent six canons. L'accord sur le concile ne fut cependant réalisé dans l'Église qu'en 433.

Chalcédoine (451), convoqué par l'empereur Marcien contre Dioscore d'Alexandrie et les monophysites. Le pape était Léon Ier le Grand. En dix-sept sessions, du 8 octobre au 1er novembre 451, les Pères définirent qu'il y a deux natures dans l'unique personne du Sauveur et votèrent vingt-huit canons. En raison surtout de la situation politique, plusieurs Églises d'Orient n'ont pas reconnu ce concile (Églises copte, arménienne, syrienne).

Constantinople II (533), convoqué par l'empereur Justinien Ier. Le pape était Vigile. En huit sessions, du 5 mai au 2 juin 553, les Pères condamnèrent les « Trois Chapitres » des Nestoriens.

Constantinople III (680), convoqué par l'empereur Constantin IV pour la condamnation du monothélisme. Le concile, appelé aussi Trullanum, condamna, en seize sessions, du 7 novembre 680 au 16 septembre 681, la doctrine d'une seule volonté dans le Christ, soutenue pendant quelque temps par le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Sigismond, empereur germanique

Sigismond, empereur germanique
Crédits : AKG-images

photographie

Concile de Trente

Concile de Trente
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur du Centre d'études Istina et de la revue Istina

Classification

Autres références

«  CONCILE  » est également traité dans :

APÔTRES & APOSTOLAT

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 4 345 mots

Dans le chapitre « L'apostolat dans l'Église chrétienne »  : […] Le vocabulaire est significatif. Jusqu'à l'époque moderne, le substantif « apostolat » et l'adjectif « apostolique » ont gardé une référence aux (douze) apôtres : « (votre, notre) Apostolat » était un titre donné aux évêques (jusqu'au viii e  siècle en Occident), puis pratiquement réservé au pape ; « Apostolique » de même. De plus, le mot a été très usité depuis saint Augustin pour désigner la man […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « L'autorité sur les Églises particulières »  : […] Les évêques sont les chefs des Églises particulières qui leur sont confiées, toutefois sans jouir d'une autonomie totale, en raison de leur appartenance au collège des évêques , lequel existe et exerce son pouvoir en communion avec le pontife romain . L'autorité du collège s'exerce par le moyen d'actes collégiaux posés par les évêques réunis en concile œcuménique ou dispersés dans le monde, toujo […] Lire la suite

CARTHAGE CONCILES DE

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 403 mots

Métropole de l'Afrique proconsulaire, étendant son autorité jusqu'à la Numidie et la Maurétanie, Carthage vit se réunir autour de ses évêques de nombreux conciles. Vers 220, Agrippinus réunit soixante-dix évêques qui refusent de reconnaître le baptême conféré par des hérétiques. À l'époque de Cyprien (248-258), le synode se tient régulièrement deux fois par an, au printemps et à l'automne. À l'aut […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les structures internes de l'Église »  : […] L'organisation ecclésiastique se modèle sur celle de l'administration impériale : chaque cité à son évêque , choisi par le peuple, secondé par divers ministres, spécialement des prêtres , qui président au culte dans les campagnes, en chaque province , l'évêque de la cité principale a prééminence sur ses collègues et préside leurs réunions, ou synodes provinciaux . Quelques Églises d'Orient, plus […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Dans le chapitre « L'Église catholique et son gouvernement »  : […] L'organisation du pouvoir suprême dans l'Église catholique présente cette particularité singulière qu'il appartient dans sa plénitude (enseignement authentique de la Parole de Dieu contenue dans la Révélation et commandement sous les trois aspects classiques : législatif, exécutif et judiciaire) à deux titulaires, sans que l'un fasse nombre par rapport à l'autre : le pape et le concile œcuménique. […] Lire la suite

CHALCÉDOINE CONCILE DE (451)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 790 mots

Convoqué en 451 par l'empereur Marcien à Chalcédoine (aujourd'hui Kadiköy), sur la rive asiatique du Bosphore, en face de Byzance, ce concile ne réunit que des participants orientaux, à l'exception de deux légats romains et de deux évêques africains exilés. Mais, à cause de son œuvre doctrinale, confirmée d'ailleurs par le pape saint Léon et rapidement reçue en Occident, ce synode est considéré co […] Lire la suite

CHÊNE CONCILE DU (403)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 367 mots

Petit concile organisé par Théophile d'Alexandrie dans la riche villa du préfet Rufin ( Ad Quercum ), dans la banlieue de Chalcédoine. Des moines origénistes du désert de Nitrie (Égypte), pourchassés par Théophile, avaient, au nombre d'une cinquantaine, été accueillis, en 401, par l'évêque de Constantinople, Jean Chrysostome. Théophile, sommé de venir s'expliquer dans la capitale, arriva avec un g […] Lire la suite

CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 7 122 mots

Dans le chapitre « Des évangiles aux dogmes »  : […] Les récits évangéliques ne suffiront pas néanmoins à l'Église chrétienne lorsque la nécessité se fera sentir de posséder des formulations plus précises et plus réflexives de sa foi. La méditation théologique, les besoins de l'enseignement, les discussions soulevées par l'hérésie seront l'occasion de dégager un corps de doctrines. Les quatre premiers conciles (Nicée en 325, Constantinople en 381, […] Lire la suite

CONCILE DE CONSTANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Pour sortir de la crise une Église qui a trois papes, l'empereur allemand Sigismond impose au pape Jean XXIII de convoquer à Constance un concile qui s'ouvre le 5 novembre 1414. C'est le seizième concile général ou œcuménique. Le vote se fera par « nations », allemande, française, anglaise et italienne, la cinquième voix étant donnée au collège des cardinaux. Évêques et abbés sont minoritaires fac […] Lire la suite

CONCILE DE NICÉE, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 205 mots
  •  • 1 média

Le premier concile œcuménique (universel) convoqué à Nicée en Bithynie par l'empereur Constantin veut donner une solution à la controverse née des opinions du prêtre Arius d'Alexandrie, condamnées en 318. Celui-ci, voulant sauvegarder le monothéisme biblique, affirme que le Père est le seul à être sans commencement et que le Fils, le Verbe engendré dans le temps, n'est pas de même nature que le Pè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Réputé conservateur, il veut toutefois « affirmer avec force la décisive volonté de poursuivre l'engagement de la réalisation du concile Vatican II » qui fut celui de l'aggiornamento de l'Église catholique. Son élection suscite néanmoins des inquiétudes dans les milieux chrétiens progressistes. Le 24, Benoît XVI célèbre la messe d'inauguration de son pontificat sur la place Saint-Pierre devant trois cent cinquante mille fidèles. […] Lire la suite

30 décembre 1993 Israël – Vatican. Signature d'un « accord fondamental » qui vaut reconnaissance mutuelle

, en 1947, le Vatican s'était prononcé en faveur de l'« internationalisation » des Lieux saints ; dès la première guerre qui avait suivi l'instauration de l'État juif, le Vatican avait défendu les droits des Palestiniens ; le Saint-Siège avait ouvert le dialogue avec les juifs à la faveur du concile de Vatican II (1962-1965) qui prônait l'abandon des stéréo-types tels que « peuple déicide » ; l'« État d'Israël » a été pour la première fois évoqué par un pape, en l'occurrence Jean-Paul II, en octobre 1980 ; en juillet 1992, enfin, a été instaurée une commission bilatérale qui a préparé le rapprochement entre le Vatican et Jérusalem. […] Lire la suite

6-13 juin 1988 U.R.S.S. Célébration du millénaire de l'Église orthodoxe russe

Du 6 au 9, 272 délégués de l'Église orthodoxe russe se réunissent en concile dans le cadre vénérable du monastère de Zagorsk. Saisissant l'occasion offerte par la politique d'ouverture de Mikhaïl Gorbatchev, les dignitaires orthodoxes adoptent un statut interne renforçant les pouvoirs des prêtres sur leur paroisse au détriment des autorités locales qui en ont la tutelle. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DUPUY, « CONCILE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/concile/