Concerto pour violon, hautbois, cordes et basse continue, VIVALDI (Antonio)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

Le nom de Vivaldi est attaché à Venise, où il exerce la fonction de violoniste à Saint-Marc et où il occupe divers postes à l'Ospedale della Pietà. Son œuvre, immense - près de 800 numéros dans le catalogue Ryom -, comporte des pièces instrumentales (sonates, concertos...) et vocales (cantates, oratorios, opéras...). Mais seuls 13 recueils de musique instrumentale seront édités de son vivant, dont L'Estro armonico, La Stravaganza et Il Cimento dell' Armonia e dell' Invenzione, où figurent Les Quatre Saisons. Après sa mort, son œuvre tombera dans un oubli de près de deux siècles.

Genre - Concerto pour solistes et orchestre

S'il n'est pas l'inventeur du concerto pour solistes, Vivaldi en fixe néanmoins le cadre définitif avec plus de 500 concertos : plus de 300 pour un seul instrument avec orchestre à cordes (dont 253 pour violon, 39 pour basson, 29 pour violoncelle, 20 pour hautbois, 15 pour flûte), 45 doubles concertos (dont 28 pour 2 violons), 34 concertos pour trois solistes ou plus, 44 concertos pour orchestre à cordes sans soliste...

Forme

Vivaldi porte à sa perfection la forme du concerto instrumental, en général plus bref que le concerto grosso, dont il dérive ; il réduit le nombre de ses mouvements à trois et adopte la succession de tempos vif, lent, vif, caractéristiques qui deviendront celles des concertos préclassiques et classiques. Il est aussi l'un des premiers à employer dans ses concertos la forme ritournelle, dans laquelle un refrain revient à plusieurs reprises.

Esthétique

Grâce à sa richesse inventive et à une écriture très colorée, Vivaldi est un maître de la musique descriptive ; dans les quatre premiers concertos du Cimento dell' Armonia e dell' Invenzione, qui constituent Les Quatre Saisons, il parvient par exemple à évoquer les bruits de la nature : le vent, un orage, les aboiements d'un chien... Par là même, il participe à l'éclosion d'un concept nouveau, celui d'orchestration, dont le représentant par excellence sera «l'inventeur de timbres» Hector Berlioz.

Langage

Vivaldi affirme l'importance des solistes, auxquels il permet de mettre en valeur leur virtuosité face à un orchestre qui, par moments, s'efface. N'oublions pas que le mot «concerto», issu de l'italien, a une étymologie controversée : vient-il de consertare («former un ensemble») ou de concertare («rivaliser»)?

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Concerto pour violon, hautbois, cordes et basse continue, VIVALDI (Antonio) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto-pour-violon-hautbois-cordes-et-basse-continue-vivaldi-antonio/