COMPORTEMENT ANIMALComportement social

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pourquoi vivre en groupe ?

La vie en groupe présente de nombreux avantages. Tout d'abord, elle limite la prédation grâce à différents phénomènes : défense du groupe contre les prédateurs, augmentation de la vigilance, confusion du prédateur qui ne sait plus « où donner de la tête » face à de nombreuses cibles en mouvement, effet de dilution (les prédateurs capturent généralement une seule proie à la fois, chaque animal a donc d'autant plus de chances de ne pas être capturé qu'il y a d'individus dans le groupe). Elle peut aussi favoriser l'alimentation grâce à des échanges d'information concernant la localisation de la nourriture ou la façon de se la procurer, à la coopération pour la chasse, à la défense commune des ressources contre d'autres groupes, au partage. La vie en groupe permet également la construction de structures importantes (comme les barrages des castors ; cf. constructions animales), la répartition des tâches (élevage des jeunes en commun, par exemple), le toilettage mutuel...

Castor du Canada

Castor du Canada

Photographie

Contrairement au castor d'Europe (Castor fiber), le castor du Canada (Castor canadensis) peut construire des barrages de rondins et de branches enchevêtrées de plus de 500 mètres de longueur sur 3 mètres de hauteur. Les plans d'eau ainsi créés lui permettent d'accumuler des réserves de... 

Crédits : Darrell Gulin/ the Image Bank/Getty Images

Afficher

Cependant, la vie grégaire présente aussi des inconvénients : transmission des maladies et des parasites, augmentation des chances d'être repérés par les prédateurs, et, surtout, compétition pour des ressources généralement limitées. Certains compromis sont possibles. Ainsi des animaux, comme certaines espèces de perroquets, vivent en couple pendant la période de reproduction et en groupe le reste de l'année. D'autres adoptent un système de fission-fusion : les babouins hamadryas se séparent en petits groupes le matin, au moment de partir chercher de la nourriture, mais se rassemblent le soir, lorsque les risques de prédation sont les plus importants.

Comme l'a souligné R. A. Hinde, en 1975, les comportements sociaux des animaux peuvent être étudiés à trois niveaux :

– Les interactions sociales. Ce sont les comportements observés entre deux individus et décrits objectivement, de type : « A fait telle chose à B qui répond par tel comportement ». Ces interactions peuvent être regroupées en catégories [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Castor du Canada

Castor du Canada
Crédits : Darrell Gulin/ the Image Bank/Getty Images

photographie

Babouins

Babouins
Crédits : Manoj Shah/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Combat de cerfs

Combat de cerfs
Crédits : S. Meyers GDT/ Ardea London

photographie

Comportement animal : relations de dominance-subordination chez les bovins

Comportement animal : relations de dominance-subordination chez les bovins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMPORTEMENT ANIMAL  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 860 mots

Le comportement animal peut être défini comme l'ensemble des mouvements, postures, vocalisations et autres manifestations corporelles (telles que changements de couleur ou émission de phéromones) que l'on observe chez les animaux. La gamme de leurs activités comportementales dépend au premier chef de leur degré d'organisation, que ce soit leur anatomie généra […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Tout comportement peut être expliqué à deux niveaux : par ses causes proximales et par ses causes ultimes, dites distales (cf. éthologie). Étudier les premières consiste à comprendre les raisons immédiates pour lesquelles un animal accomplit un comportement. Les causes proximales sont donc liées à la physiologie de l'animal (qui influe […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 913 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus long […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

En éthologie, la communication peut être définie comme la transmission d'un signal (chimique, visuel, auditif...) d'un individu à un ou plusieurs autres, ce signal étant sélectionné par l'évolution pour sa valeur informative ; cette dernière précision permet de ne pas parler de communication lorsque des information […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 827 mots
  •  • 4 médias

Les animaux déploient une multitude d'ornements et de comportements pour séduire un partenaire sexuel et se reproduire. Les danses nuptiales, les sons et les odeurs sexuelles sont des signaux très utilisés, et c'est souvent le mâle qui déploie ses meilleurs atours pour séduire la femelle. Les arguments de séduction, ainsi que la préférence pour ces arguments chez l'autre sexe, passionnent depuis l […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Les facteurs exogènes »  : […] Les choses se compliquent singulièrement lorsqu'on s'intéresse aux facteurs de l'environnement qui suscitent ou contrôlent les comportements d'agression. Chez l'animal, il est banal de faire apparaître le rôle de l'espace disponible, de la frustration, de la privation alimentaire, de la concurrence, de la structure sociale du groupe, dans l'expression de l'agression. Il est également certain que, […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

CHARLES SHERRINGTON : CONCEPT D'INTÉGRATION NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 303 mots

La parution en 1906 d'un important ouvrage de sir Charles Scott Sherrington fait date en neurophysiologie. Dans Integrative Action of the Nervous System , il interprète l'unification du comportement d'un organisme comme l'expression ultime d'un processus d'intégration nerveuse. Sous sa forme la plus élémentaire, celui-ci consiste, pour un neurone sur lequel convergent de multiples terminaisons ex […] Lire la suite

COMMENSALISME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

En biologie, on désigne par commensalisme une interaction durable entre des individus d'espèces différentes où l'un des partenaires retire un bénéfice de l'association tandis que l'autre n'y trouve ni avantage ni véritable inconvénient. Par exemple, les poissons-clowns des récifs coralliens s'associent avec des anémones de mer ; grâce à leur immunité vis-à-vis des poisons urticants de l'anémone […] Lire la suite

CONDITIONNEMENT

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 5 027 mots

Dans le chapitre « Établissement et extinction des réactions conditionnelles »  : […] Tout organisme animal réagit aux aspects de son milieu physique que son équipement sensoriel lui permet de capter. Parmi ces excitants ou stimuli, il en est qui entraînent, en vertu de liaisons physiologiques préétablies propres à l'espèce, des réactions inconditionnelles : de la nourriture placée sur la langue d'un chien provoque la salivation, une décharge électrique à la patte provoque la flex […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 145 mots
  •  • 6 médias

Le domaine des constructions animales est resté, paradoxalement, assez peu exploré par les éthologistes. C'est pourtant là que les comportements les plus complexes apparaissent. Mais le point curieux est que les Mammifères et principalement les Primates, dont le psychisme est par ailleurs des plus développés, n'arrivent pas en tête ici. L'homme excepté, on ne connaît qu'un seul Mammifère qui réa […] Lire la suite

DANSE DES ABEILLES

  • Écrit par 
  • Antoine CHAFFIOL, 
  • Minh-Hà PHAM-DELÈGUE
  •  • 500 mots
  •  • 1 média

Le zoologue autrichien Karl von Frisch, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1973, a réalisé des travaux décisifs concernant la communication sociale chez l'abeille . Ainsi, avant les années 1950, il a décodé la danse qu'exécute une abeille butineuse lors de son retour à la ruche afin de donner aux abeilles suiveuses la direction et la distance de la source de nourriture qu'elle vient de dé […] Lire la suite

DODO

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anatomie et biologie du dodo »  : […] Bien que l'homme ait pu observer le dodo dans son habitat pendant plusieurs décennies, beaucoup d'aspects de sa biologie demeurent obscurs. En effet, au xvii e  siècle, les sciences naturelles étaient encore peu développées, les informations sur Raphus cucullatus provenant essentiellement de marins et de voyageurs. Les descriptions sont succinctes, souvent peu précises et contradictoires. De mêm […] Lire la suite

DOMESTICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIGARD
  •  • 7 155 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'impact sur les animaux »  : […] Pour évaluer l'impact de la domestication sur les animaux, il faut commencer par se demander s'il existe, au moins chez certaines espèces, des dispositions comportementales à la domestication. Georges Cuvier (1825) avait déjà insisté sur la « sociabilité » des animaux, considérée dans ses rapports avec la domestication. Puis, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1861) avait introduit la notion de part […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité cellulaire et reprogrammation épigénétique des cellules souches »  : […] Les mécanismes épigénétiques sont des acteurs importants de l’identité cellulaire qui contrôlent l’activité du génome tout au long de la vie et stabilisent les différents états de différenciation des cellules . Les cellules souches de l’embryon avant implantation dans la paroi utérine sont des cellules totipotentes, c’est-à-dire qu’elles sont capables de se différencier en la totalité des types c […] Lire la suite

ÉPIPHYSE ou GLANDE PINÉALE

  • Écrit par 
  • Berthe VIVIEN-ROELS
  •  • 2 317 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Glande pinéale et synchronisation de l'activité sexuelle »  : […] La plupart des Vertébrés qui habitent les zones tempérées ou arctiques ont un cycle de reproduction annuel. Pour le maintien de l'espèce, il est essentiel que les jeunes naissent ou soient sevrés au moment où les conditions de survie sont les meilleures, généralement le printemps ou l'été sous nos latitudes. Les variations saisonnières de la photopériode sont intégrées par de nombreux animaux de […] Lire la suite

ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Odile PETIT
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

L 'éthologie est la science qui étudie l'évolution du comportement animal. Raymond Campan et Felicita Scapini (2002) ajoutent que l'éthologie est l'étude du comportement dans toutes ses manifestations et à tous les niveaux (de la cellule à l'organisme entier, dans les sociétés animales), des causes qui le déterminent et de ses fonctions. Vaste programme qui illustre à lui seul la diversité de cet […] Lire la suite

FONDEMENTS DE L'ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 252 mots

C'est par un débat contradictoire autour du concept d'instinct que l'éthologie – étude comparative du comportement animal – s'est constituée en science autonome. Elle est fondée sur les travaux de l'Autrichien Konrad Lorenz (1903-1989) et du Néerlandais Nikolaas Tinbergen (1907-1988) effectués dans les années 1930-1940 à partir d'observations sur les oiseaux. Les méthodes d'études (par leurres), l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dalila BOVET, « COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-social/