COMPORTEMENT ANIMALComportement reproducteur

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diversité des signaux de séduction

Les animaux utilisent tous les modes de communication et tous les canaux sensoriels pour produire et transmettre efficacement leurs signaux de séduction. Ces derniers sont en fait rarement limités à la séduction ; ils servent également à s'imposer face aux autres séducteurs. Cependant, que ce soit le visuel, l'acoustique, l'olfactif ou le tactile, ces sens sont souvent combinés pour mieux séduire. Les ornements multiples se trouvent surtout chez les espèces polygynes, c'est-à-dire dont les mâles s'accouplent avec plusieurs femelles.

Les signaux visuels

Ils sont généralement associés à des coûts énergétiques importants liés à la répétition des mouvements de parade utilisés pour mettre en valeur leur coloration. Des parades visuelles très spectaculaires se rencontrent chez les oiseaux qui forment des « leks », regroupements de mâles parmi lesquels les femelles choisissent de s'accoupler avec certains partenaires pour ensuite s'occuper seules de la nidification et de l'élevage des jeunes. Par exemple, chez le tétras des armoises, un oiseau d'Amérique du Nord, le mâle gonfle une poche de quatre litres d'air, dressant son œsophage et présentant les deux plaques orange de sa gorge. Simultanément, il déploie l'éventail brun rayé de blanc de sa queue, puis vide brusquement son sac d'air en produisant un son puissant et directionnel qui peut s'entendre à plus d'un kilomètre. Les nombreuses études menées sur cette espèce ont montré que ce n'était pas les caractéristiques physiques des mâles qui étaient les plus attractives pour les femelles, mais leur vigueur à parader. En effet, parader multiplie leur dépense énergétique par quinze, et certains mâles dépensent deux fois plus d'énergie que d'autres. Cette vigueur des mâles est certainement le reflet de leur qualité pour les femelles et leur descendance. Les parades en leks sont aussi très spectaculaires chez les paradisiers, le paon bleu d'Asie, et les manakins, cotingas et coqs de roche d'Amérique tropicale. Il existe même des espèces comme le manakin fastueux chez lesquelles la parade des mâles est coopérative. Plusieurs mâles exécutent alors une danse coordonnée, mais seul le mâle dominant peut s'accoupler. Les autres mâles auront éventuellement plus de succès lors d'une future saison de reproduction.

Paon bleu

Photographie : Paon bleu

Le paon bleu (Pavo cristatus), qui appartient à l'ordre des galliformes (ou gallinacés), vit en Inde et au Sri Lanka. Il se nourrit de graines, de fruits et de petits animaux, et passe ses nuits dans les arbres. C'est un animal sédentaire qui vit en groupe. La célèbre traîne du mâle,... 

Crédits : A. Cooper/ Corbis

Afficher

En revanche, au cours de l'évolution, les ornements de certaines espèces ont été en quelque sorte « transférés » hors du corps du mâle, vers l'élaboration de structures externes utilisées pour attirer les partenaires sexuelles (cf. constructions animales). C'est le cas des oiseaux à berceaux ou jardiniers d'Australie. Les espèces qui construisent les berceaux les plus élaborés présentent les colorations les plus ternes. Par exemple, le jardinier prince régent est brillamment coloré de jaune et noir, mais ne construit qu'un simple berceau de tiges dressées sans décoration. Le jardinier satiné a un plumage noir brillant avec un iris bleu vif ; son berceau est simple mais décoré de pétales, de coquilles et de fruits, surtout bleus. Le jardinier de Macgregor accroche des branchages autour d'un pilier positionné au centre d'une arène circulaire surélevée, et y attache des objets colorés ; le mâle est d'un marron uniforme avec une crête jaune. Le jardinier brun est le moins coloré, mais il construit une structure couverte, sorte de hutte décorée d'ailes de papillons, d'élytres de coléoptères, de coquilles, de fruits, de feuilles et de fleurs.

Les parades auditives

Les parades auditives des batraciens, oiseaux, insectes, mammifères et poissons sont largement utilisées comme instruments de séduction. Dans tous ces groupes animaux, de nombreuses études ont montré que les femelles préfèrent les mâles qui émettent les appels les plus fréquents, les plus intenses et/ou les plus longs. Ces caractéristiques des chants amoureux sont énergétiquement coûteuses et sont donc souvent des indicateurs honnêtes dépendant de la condition individuelle. C'est par exemple le cas du crapaud commun. Quelques études ont montré que les caractéristiques du chant pouvaient être liées à l'âge, la taille, la dominance ou le degré d'infestation parasitaire : ainsi distingué, le partenaire peut fournir à la femelle de « bons gènes » que porteront des jeunes à croissance plus rapide, à meilleure survie ou plus résistants [...]

Crapaud commun

Photographie : Crapaud commun

Le crapaud est un animal terrestre (ici le crapaud commun, Bufo bufo) qui, pour se reproduire, rejoint un plan d'eau stagnante, généralement celui où il est né. Les œufs sont pondus par milliers, enroulés en ruban autour d'une plante aquatique. Les tétards naissent de cinq à quinze jours... 

Crédits : Laurent Lebois/ flickr ; CC-BY

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Cerf et biches pendant le rut

Cerf et biches pendant le rut
Crédits : Arterra/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Paon bleu

Paon bleu
Crédits : A. Cooper/ Corbis

photographie

Crapaud commun

Crapaud commun
Crédits : Laurent Lebois/ flickr ; CC-BY

photographie

Bombyx du mûrier

Bombyx du mûrier
Crédits : N. Dal Zotto/ Shutterstock

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  COMPORTEMENT ANIMAL  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 860 mots

Le comportement animal peut être défini comme l'ensemble des mouvements, postures, vocalisations et autres manifestations corporelles (telles que changements de couleur ou émission de phéromones) que l'on observe chez les animaux. La gamme de leurs activités comportementales dépend au premier chef de leur degré d'organisation, que ce soit leur anatomie généra […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 822 mots
  •  • 5 médias

Tout comportement peut être expliqué à deux niveaux : par ses causes proximales et par ses causes ultimes, dites distales (cf. éthologie). Étudier les premières consiste à comprendre les raisons immédiates pour lesquelles un animal accomplit un comportement. Les causes proximales sont donc liées à la physiologie de l'animal (qui influe […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 914 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus long […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 995 mots
  •  • 7 médias

En éthologie, la communication peut être définie comme la transmission d'un signal (chimique, visuel, auditif...) d'un individu à un ou plusieurs autres, ce signal étant sélectionné par l'évolution pour sa valeur informative ; cette dernière précision permet de ne pas parler de communication lorsque des informations sont émises de façon purement contingent […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

La majorité des animaux vivent, au moins durant certaines périodes, avec leurs congénères. En effet, la vie en groupe leur apporte divers avantages. Cependant, elle est aussi source de contraintes et de compétition. Au cours de l'évolution, différents mécanismes ont été mis en place pour limiter les effets négatifs de l'agression entre les animaux d'une même espèce. Chez les […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Les facteurs exogènes »  : […] Les choses se compliquent singulièrement lorsqu'on s'intéresse aux facteurs de l'environnement qui suscitent ou contrôlent les comportements d'agression. Chez l'animal, il est banal de faire apparaître le rôle de l'espace disponible, de la frustration, de la privation alimentaire, de la concurrence, de la structure sociale du groupe, dans l'expression de l'agression. Il est également certain que, […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

CHARLES SHERRINGTON : CONCEPT D'INTÉGRATION NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 303 mots

La parution en 1906 d'un important ouvrage de sir Charles Scott Sherrington fait date en neurophysiologie. Dans Integrative Action of the Nervous System , il interprète l'unification du comportement d'un organisme comme l'expression ultime d'un processus d'intégration nerveuse. Sous sa forme la plus élémentaire, celui-ci consiste, pour un neurone sur lequel convergent de multiples terminaisons ex […] Lire la suite

COMMENSALISME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

En biologie, on désigne par commensalisme une interaction durable entre des individus d'espèces différentes où l'un des partenaires retire un bénéfice de l'association tandis que l'autre n'y trouve ni avantage ni véritable inconvénient. Par exemple, les poissons-clowns des récifs coralliens s'associent avec des anémones de mer ; grâce à leur immunité vis-à-vis des poisons urticants de l'anémone […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc THÉRY, « COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-comportement-reproducteur/