COMPORTEMENT ANIMALCommunication animale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Canaux de communication

Communication chimique

La communication chimique n'est pas celle à laquelle on pense en premier lieu ; il s'agit pourtant du canal de communication le plus fréquent dans le monde animal, dans la mesure où il est très utilisé par les invertébrés, notamment les insectes, animaux les plus nombreux tant en nombre d'espèces qu'en nombre d'individus (un million d'espèces d'insectes répertoriées et plusieurs millions d'espèces estimées). Elle s'effectue grâce à des substances appelées phéromones. Ces dernières peuvent être définies comme des substances émises par un individu et dont le rôle est de modifier le comportement ou la physiologie d'un autre individu de la même espèce (cf. phéromones). Il en existe de très nombreux exemples chez les insectes. Ainsi, chez les papillons de nuit, insectes essentiellement solitaires, les phéromones émises par les femelles permettent d'attirer les mâles, jusqu'à un rayon de dix kilomètres pour le bombyx du mûrier. Chez des insectes grégaires, comme les blattes, des phéromones d'agrégation incitent les individus à se regrouper. Chez les abeilles, insectes sociaux par excellence, au moins trente phéromones différentes ont déjà été répertoriées. Les abeilles ouvrières relâchent une phéromone particulière (phéromone de marquage attractif ou phéromone de Nasanov) sur les sites où elles trouvent de la nourriture ou de l'eau afin d'attirer leurs congénères. Mais elles produisent aussi une phéromone qui dure moins longtemps (phéromone de marquage répulsif) pour marquer les fleurs qu'elles viennent juste de vider de leur nectar, afin que les autres ne perdent pas leur temps à les « visiter ». L'odeur dure environ une heure, ce qui correspond au temps nécessaire à la fleur pour se remplir à nouveau de nectar. Les abeilles peuvent détecter d'où vient une odeur grâce à deux récepteurs olfactifs, un au bout de chaque antenne, appelés chémorécepteurs (tout comme nous pouvons localiser la provenance d'un son grâce à nos deux oreilles). Une phéromone produite par les glandes mandibulaires de la reine des abeilles (phéromone royale mandibulaire) a un effet de contrôle sur le développement des larves, les empêchant de se développer pour donner des reines, les larves devenant alors des ouvrières stériles. Lorsque la reine vieillit, cette phéromone est émise en quantité moins importante et certaines larves peuvent alors donner des reines, à la condition de recevoir une nourriture appropriée (comportant notamment la fameuse gelée royale). De même, le développement des jeunes ouvrières est régulé par une autre phéromone (phéromone de couvain) émise par les ouvrières plus âgées. Une jeune abeille commence par travailler à l'intérieur de la ruche et n'ira butiner dehors que vers la fin de sa vie. Cette séquence dans la succession des comportements dépend d'une hormone appelée hormone juvénile qui augmente avec l'âge de l'ouvrière. La phéromone émise par de vieilles ouvrières inhibe l'hormone juvénile et retarde donc la maturation des comportements des jeunes abeilles. Si l'on supprime expérimentalement des ouvrières butineuses (et, donc, les phéromones qu'elles émettent), les jeunes ouvrières deviendront butineuses plus tôt. Les abeilles émettent également des phéromones d'alarme, en cas d'attaque par un prédateur, par exemple. Les fourmis communiquent aussi beaucoup par phéromones. Une fourmi ayant trouvé de la nourriture laisse ainsi, lors de son retour vers la fourmilière, une trace odorante, appelée phéromone de piste, qui permettra aux autres ouvrières de retrouver la source de nourriture (fig. 1).

Danse des abeilles

Vidéo : Danse des abeilles

Exemple de communication animale.Dans l'organisation de la ruche d'abeilles, la recherche méthodique du nectar et du pollen des fleurs par les ouvrières nécessite un mode de communication entre elles.Quand une butineuse a localisé une source d'alimentation, elle retourne à la ruche et... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Recrutement chimique chez les fourmis

Dessin : Recrutement chimique chez les fourmis

Exemple de recrutement chimique chez les fourmis. Il s'agit ici d'une piste déposée sur 20 cm par la fourmi « Solenopsis saevissima », d'une source de nourriture sucrée au nid, au moyen de l'aiguillon qui traîne sur le sol. La phéromone de piste provient des sécrétions de la glande de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les invertébrés ne sont cependant pas les seuls à communiquer par les odeurs. Les mammifères le font également. Chez beaucoup d'espèces, les femelles informent les mâles qu'elles sont en phase d'ovulation grâce à des phéromones particulières émises pendant cette période. C'est le cas chez le chien, par exemple. Les odeurs servent aussi à marquer le territoire, en particulier chez les animaux nocturnes. Ainsi, un animal définit les limites de son territoire en y déposant son odeur par l'intermédiaire de l'urine, des fèces ou de sécrétions particulières de certaines glandes situées à différents endroits du corps : les joues pour les marmottes, les avan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Danse des abeilles

Danse des abeilles
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Recrutement chimique chez les fourmis

Recrutement chimique chez les fourmis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paon bleu

Paon bleu
Crédits : A. Cooper/ Corbis

photographie

Communication visuelle chez les oiseaux

Communication visuelle chez les oiseaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMPORTEMENT ANIMAL  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 860 mots

Le comportement animal peut être défini comme l'ensemble des mouvements, postures, vocalisations et autres manifestations corporelles (telles que changements de couleur ou émission de phéromones) que l'on observe chez les animaux. La gamme de leurs activités comportementales dépend au premier chef de leur degré d'organisation, que ce soit leur anatomie généra […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 822 mots
  •  • 5 médias

Tout comportement peut être expliqué à deux niveaux : par ses causes proximales et par ses causes ultimes, dites distales (cf. éthologie). Étudier les premières consiste à comprendre les raisons immédiates pour lesquelles un animal accomplit un comportement. Les causes proximales sont donc liées à la physiologie de l'animal (qui influe […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 914 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus long […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

La majorité des animaux vivent, au moins durant certaines périodes, avec leurs congénères. En effet, la vie en groupe leur apporte divers avantages. Cependant, elle est aussi source de contraintes et de compétition. Au cours de l'évolution, différents mécanismes ont été mis en place pour limiter les effets négatifs de l'agression entre les animaux d'une même espèce. Chez les […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 829 mots
  •  • 5 médias

Les animaux déploient une multitude d'ornements et de comportements pour séduire un partenaire sexuel et se reproduire. Les danses nuptiales, les sons et les odeurs sexuelles sont des signaux très utilisés, et c'est souvent le mâle qui déploie ses meilleurs atours pour séduire la femelle. Les arguments de séduction, ainsi que la préférence pour ces arguments chez l'autre sexe, passionnent depuis l […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Les facteurs exogènes »  : […] Les choses se compliquent singulièrement lorsqu'on s'intéresse aux facteurs de l'environnement qui suscitent ou contrôlent les comportements d'agression. Chez l'animal, il est banal de faire apparaître le rôle de l'espace disponible, de la frustration, de la privation alimentaire, de la concurrence, de la structure sociale du groupe, dans l'expression de l'agression. Il est également certain que, […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

CHARLES SHERRINGTON : CONCEPT D'INTÉGRATION NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 303 mots

La parution en 1906 d'un important ouvrage de sir Charles Scott Sherrington fait date en neurophysiologie. Dans Integrative Action of the Nervous System , il interprète l'unification du comportement d'un organisme comme l'expression ultime d'un processus d'intégration nerveuse. Sous sa forme la plus élémentaire, celui-ci consiste, pour un neurone sur lequel convergent de multiples terminaisons ex […] Lire la suite

COMMENSALISME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

En biologie, on désigne par commensalisme une interaction durable entre des individus d'espèces différentes où l'un des partenaires retire un bénéfice de l'association tandis que l'autre n'y trouve ni avantage ni véritable inconvénient. Par exemple, les poissons-clowns des récifs coralliens s'associent avec des anémones de mer ; grâce à leur immunité vis-à-vis des poisons urticants de l'anémone […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dalila BOVET, « COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-communication-animale/