COMORES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Comores : carte physique

Comores : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Comores : drapeau

Comores : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Végétation équatoriale aux Comores

Végétation équatoriale aux Comores
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Réunion de l'O.U.A. au sujet des Comores

Réunion de l'O.U.A. au sujet des Comores
Crédits : PA Photos

photographie


Nom officielUnion des Comores (KM)
Chef de l'État et du gouvernementMoustadroine Abdou (par intérim depuis le 13 février 2019)
CapitaleMoroni
Langues officiellesarabe, comorien, français
Unité monétairefranc des Comores (KMF)
Population821 100 (estim. 2018) 3
Note : Exclut les Comoriens vivant en France ou à Mayotte (environ 150 000 personnes)
Superficie (km2)1 862

Une évolution mouvementée

La tentative révolutionnaire d'Ali Soilih

Le 2 janvier 1976, Ali Soilih remplace le prince Jaffar à la tête du pays. Il entreprend de consolider l'État : création d'une armée, organisation d'une diplomatie conduite par Mouzaoir Abdallah et orientée vers la recherche d'aides extérieures destinées à combler les vides laissés par le retrait français. Le nouveau président encourage les lycéens, laissés à la rue par la fermeture de leurs établissements, à s'organiser en comités pour lutter contre les traditions les plus paralysantes : dépenses ostentatoires des grands mariages et des funérailles, « superstition et charlatanisme », port du voile. Ces comités suscitent, par leurs excès, l'animosité de l'ensemble de la population, et cette effervescence sociale n'est malheureusement pas contrebalancée par une amélioration sensible en matière économique, exception faite d'importations massives de viande vendue à un prix subventionné. Deux événements viennent noircir le tableau : le massacre, à Majunga (Madagascar), du 20 au 22 décembre 1976, de plus d'un millier de Comoriens impose le rapatriement de dix-sept mille survivants ; puis une coulée de lave, le 5 avril 1977, engloutit le village de Singani à 20 kilomètres au sud de la capitale. Décidé malgré tout à parachever l'action des comités contre les notables, Ali Soilih prononce le 12 avril la dissolution de l'administration, tous les fonctionnaires étant licenciés et les « paperasses » brûlées. Moins de deux mois après ce geste théâtral, les Comores sont dotées d'une nouvelle Constitution ; d'une administration « légère », décentralisée, reprenant les meilleurs éléments de l'ancienne, et de six sociétés d'économie mixte pour les secteurs clés. Mais cette façon de « faire table rase » finit d'accréditer à l'extérieur l'image d'un régime anarchique et tarit le flux, déjà réduit, des aides internationales. Celles-ci vont faire cruellement défaut pour mener à terme des programmes économiques entrepris sans attendre les financements extérieurs : développement de la culture du maïs hybride, culture ass [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., sous-directeur du Laboratoire de langues et civilisations à tradition orales, U.P.R. 3121 du C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  COMORES  » est également traité dans :

COMORES, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/comores/#i_33309

ABDALLAH ABDERAMANE AHMED (1919-1989)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise ROMBI
  •  • 970 mots

Premier chef d'État des Comores, Ahmed Abdallah est né le 12 juin 1919 sur la côte est de l'île d'Anjouan, dans l'aristocratie de Domoni, selon sa biographie officielle. Mais divers portraits du chef du Parti vert (de la couleur des bulletins de vote) le décrivent plutôt comme un paysan madré ou un boutiquier roublard. Après une formation de niveau secondaire, il s'initie très vite aux affaires so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-abdallah-abderamane/#i_33309

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Afrique orientale et australe »  : […] La colonisation de Madagascar et des Comores entre dans le processus global d'« internationalisation » de la partie occidentale de l'océan Indien. Des groupes d'agriculteurs bantu se répandent de la zone des Grands Lacs vers la côte et développent à terme les cités-États swahili de Ntwapa, Chibuene, Masuguru, Kaole, Kilwa, Manda, Pate, etc. entre 1000 et 1500 après J.-C. L'élite swahili adopte la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-prehistoire/#i_33309

CŒLACANTHE

  • Écrit par 
  • Daniel ROBINEAU
  •  • 2 661 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pêche et conservation »  : […] Tous les spécimens capturés aux Comores l'ont été par les pêcheurs locaux, qui utilisent des pirogues à balanciers et de longues lignes de coton tressé de 2 à 3 millimètres de diamètre, noircies et tannées à l'aide d'extraits végétaux. La ligne est lestée par une pierre, sommairement fixée par une boucle. Lorsqu'elle touche la pente volcanique, le pêcheur la libère d'un mouvement brusque et laiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coelacanthe/#i_33309

DENARD BOB (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Olivier HUBAC
  •  • 918 mots

Robert Denard, dit colonel Bob Denard ou encore Saïd Mustapha Mahdjoub, fut, avec le Belge Jean Schramme, l'un des « affreux » les plus connus de l'histoire de l'Afrique postcoloniale. Tour à tour militaire, mercenaire et entrepreneur, Bob Denard fait figure de légende auprès du grand public comme des anciens de la « Françafrique ». La question de son appartenance ou non aux services secrets fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bob-denard/#i_33309

MAYOTTE

  • Écrit par 
  • Guy FONTAINE
  •  • 1 383 mots
  •  • 1 média

Au nord du canal de Mozambique, Mayotte fait partie géographiquement, avec Anjouan, Mohéli et Grande Comore, de l'archipel des Comores. Mais, depuis 1975, celui-ci est politiquement divisé entre la République des Comores, qui proclama unilatéralement son indépendance, et Mayotte qui obtint, un an plus tard, le statut provisoire de collectivité territoriale de la République française. Connaissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mayotte/#i_33309

MORONI

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Capitale et plus grande agglomération des Comores, Moroni est située sur la côte sud-ouest de la Grande Comore ( Ngazidja ), île de l'océan Indien. Sa fondation par des marchands arabes, remonte probablement au x e  siècle. En 1958, elle fut élevée au rang de capitale administrative des Comores, au détriment de Dzaoudzi, vill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moroni/#i_33309

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Françoise ROMBI, « COMORES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comores/