COMMUNISMES RELIGIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les sociétés « primitives »

Bien que son extension et son contenu aient donné lieu à maintes controverses, l'existence d'un état social antérieur à l'appropriation des biens et à la division du travail a été souvent évoquée et circonstanciée. À cette indifférenciation économique devait correspondre une indifférenciation culturelle, la religion formant un tout indissociable des péripéties de la vie quotidienne. De telles sociétés se seraient donc présentées avec ces deux caractères conjoints : communistes, puisque propriété et travail se réalisaient en commun ; religieuses, parce que ce régime de communauté se trouvait soutenu par les croyances et les rites d'une religion commune, contraignante et rigoureusement vécue. Émile Durkheim relèvera cette connexion dans le cas des sociétés antérieures à la division du travail et fondées sur la similitude des consciences et le droit répressif. « La similitude des consciences donne naissance à des règles juridiques qui, sous la menace de mesures répressives, imposent à tout le monde des croyances et des pratiques uniformes ; plus elle est prononcée, plus la vie sociale se confond complètement avec la vie religieuse, plus les institutions économiques sont voisines du communisme » (Division du travail).

Les expériences ultérieures de communisme religieux se référeront à ce passé social primitif soit pour le constituer en âge d'or, soit pour y apercevoir une institution édénique et, dans les deux cas, pour l'opposer aux régimes fondés sur la division de la propriété et du travail, donc sur la division en classes : « Quand Adam bêchait et qu'Ève filait, où donc était le gentilhomme ? »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  COMMUNISMES RELIGIEUX  » est également traité dans :

CABET ÉTIENNE (1788-1856)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 604 mots

Jeune avocat, issu d'une famille d'artisans bourguignons, Cabet adhère à la Charbonnerie et devient même membre de son comité dirigeant, la Vente suprême, sous la Restauration. Un moment procureur général en Corse, au lendemain de la révolution de Juillet, puis député de la Côte-d'Or, en 1832, Cabet évolue peu à peu vers des positions radicales. Il fonde en 1833 un journal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-cabet/#i_1192

DIGGERS

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 288 mots

Membres d'un groupe contemporain des levellers (ou niveleurs) de John Lilburne, à l'époque de la république d'Angleterre ou Commonwealth ( xvii e s.). Leurs chefs, Gerrard Winstanley et William Everard, proclament leur droit à « bêcher ( to dig , d'où vient leur surnom de diggers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diggers/#i_1192

ÉON DE L'ÉTOILE (mort en 1148 env.)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 141 mots

Hérétique, né au début du xii e  siècle, à Loudéac, en Bretagne et mort à Reims. Homme sans lettres, Éon de l'Étoile commença à prêcher dans son pays natal, d'où son mouvement gagna toute la Bretagne. Il se disait Fils de Dieu, appelé à juger les vivants et les morts, le siècle entier ; il fondait sa fonction de juge sur la consonance de son nom ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eon-de-l-etoile/#i_1192

EPHRATA

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 275 mots

Nom d'une communauté fondée en 1735 par Johann Conrad Beissel dans la vallée de Cocalico, au nord-est de Lancaster, en Pennsylvanie, non loin de la communauté appelée « La Femme dans le désert » et fondée par les kelpiens. Beissel, né en 1690 à Eberbach (Bade), bon connaisseur de la Bible et de la tradition mystique, avait émigré aux États-Unis en 1720 ; il séjourna auprès de Peter Becker, organis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephrata/#i_1192

GUARANI

  • Écrit par 
  • Hélène CLASTRES
  •  • 1 389 mots

Dans le chapitre « Guarani et Jésuites »  : […] On ne saurait parler des Guarani sans évoquer cet épisode original de leur histoire postcolombienne : la vie dans les missions jésuites. En 1609, le roi d'Espagne Philippe III, à la demande du gouverneur du Paraguay, accordait aux Jésuites le droit d'entreprendre la « conquête spirituelle » des 150 000 Indiens du Guaira. L'année suivante, la première mission était fondée ; trente ans plus tard, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guarani/#i_1192

HUTTÉRIENS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Issue du courant pacifiste et communautaire de l'anabaptisme du xvi e  siècle, la secte des huttériens (ou huttérites) revêt une valeur sociologique exemplaire par la rigueur avec laquelle, jusqu'à l'époque actuelle et par-delà plusieurs migrations successives qui l'ont amenée finalement en Amérique du Nord, elle est restée fidèle non seulement à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hutteriens/#i_1192

LEROUX PIERRE (1797-1871)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 781 mots

La pensée de Leroux, plus célèbre en son temps que celle d'autres socialistes, tels Proudhon, Fourier ou Cabet, a cependant influencé davantage certains milieux littéraires (Eugène Sue, George Sand, Victor Hugo) que le mouvement ouvrier lui-même. Fils de limonadiers parisiens, Leroux doit, à la mort de son père, renoncer au concours de l'École polytechnique pour gagner sa vie. D'abord employé d'ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-leroux/#i_1192

MORELLY (1717 env.-env. 1778)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 882 mots

Bien qu'il fût l'un des principaux représentants du socialisme utopique et l'inspirateur de Babeuf (qui se réclama du Code de la nature au cours de son procès) ainsi que de la génération suivante, Morelly demeure mal connu. Certains auteurs vont même jusqu'à soutenir qu'il y a eu deux Morelly. Plusieurs documents permettent toutefois d'avancer que les œuvres signées de ce no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morelly/#i_1192

OWEN ROBERT (1771-1858)

  • Écrit par 
  • Antoine LION
  •  • 696 mots

Né au pays de Galles, Robert Owen partit de rien et devint à vingt-huit ans le propriétaire d'une importante manufacture de coton à New Lanark (Écosse). Industriel philanthrope, paternaliste et autoritaire, il en fait une usine modèle, bientôt célèbre à travers l'Europe. Ses innovations pédagogiques en particulier retiennent l'attention : jardin d'enfants, méthodes actives, cours du soir. Owen mèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-owen/#i_1192

PROTESTANTISME - Protestantisme et société

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 439 mots

Dans le chapitre « La politique et la culture »  : […] L'existence d'un lien privilégié entre le protestantisme et la démocratie, le progrès culturel était couramment admis au xix e  siècle. Mise en question vers 1930, cette thèse est partiellement reprise aujourd'hui sous une forme nouvelle. Au cours des années soixante, on a fortement insisté sur le rôle joué par le protestantisme dans la défense de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-protestantisme-et-societe/#i_1192

SASSANIDES

  • Écrit par 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 2 488 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les persécutions contre les chrétiens »  : […] Le long règne du successeur d'Ohrmazd II, Shābuhr II (309-379), fut marqué par de nouvelles guerres contre Rome et par la reprise des persécutions contre les chrétiens. Ceux-ci se trouvèrent en effet dans une situation très inconfortable et furent tenus pour des ennemis non seulement religieux mais politiques quand le christianisme fut reconnu comme une religion de l'Empire romain par l'édit de M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sassanides/#i_1192

SHAKERS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 223 mots

Nom courant — les « secoueurs » — d'une secte religieuse américaine, la United Society of Believers in Christ's Second Appearing, fondée par Anne Lee à Manchester en 1747. Ayant émigré en Amérique la même année, « mère Anne » crée, près d'Albany, la première communauté qu'elle préside, secondée par sept anciens. Elle veille à une séparation rigoureuse des deux sexes, car elle voit dans le mariage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shakers/#i_1192

WALWYN WILLIAM (1600 env.-apr. 1651)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 214 mots

Pamphlétaire anglais né dans le Worcestershire. Sympathisant de la secte des anabaptistes, William Walwyn partage leur croyance en l'égalité de tous les hommes, leur attachement à la tolérance, leur horreur de la violence et de l'autorité spirituelle. Dans une série de pamphlets, dont plusieurs anonymes, il défend la cause du Parlement et celle de la liberté de conscience. Rallié au parti des nive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-walwyn/#i_1192

WEITLING WILHELM (1808-1871)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 665 mots

Fils naturel d'une servante et d'un officier de la Grande Armée, Weitling est mis en apprentissage chez un tailleur après des études primaires et commence à vingt ans son tour d'Allemagne. En 1830, à Leipzig, il prend part au mouvement libéral saxon et adresse à la Leipziger Zeitung des articles radicaux. Établi à Paris en 1835-1836, puis de nouveau en France de 1837 à 1841, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-weitling/#i_1192

WINSTANLEY GERRARD (1609-? 1660)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 987 mots

L'un des plus importants penseurs révolutionnaires à l'époque de la première révolution anglaise, Gerrard Winstanley est aussi l'un des plus fugitifs. L'essentiel de son œuvre connue, et même des épisodes avérés de sa vie, se situe entre 1648 et 1652. Il est considéré comme l'un des grands apôtres d'un communisme agraire, un précurseur du rationalisme, mais aussi du socialisme chrétien. Né à Wigan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerrard-winstanley/#i_1192

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri DESROCHE, « COMMUNISMES RELIGIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/communismes-religieux/