COMMUNISMEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La victoire du bolchevisme

La guerre et la faillite de la IIe Internationale

C'est alors que le débat se concentre sur l'angoissante question de la paix, dans le contexte explosif des guerres balkaniques (1912). La IIe Internationale semble tétanisée. La menace d'un recours à une action concordante du prolétariat en cas de conflit n'empêche pas la guerre mondiale d'éclater, en août 1914, en lieu et place de la révolution mondiale attendue. Apparaît alors en pleine lumière la déchirante contradiction entre une conception du monde qui repose sur la négation des frontières et une histoire où les frontières engagent toujours plus dramatiquement le destin des peuples et des individus. La IIe Internationale, « faite pour les temps de paix », s'efface sans avoir empêché le ralliement en bloc des socialistes de chaque camp aux gouvernements d'union nationale.

Après quelques mois d'un absolu désarroi, les partis ouvriers, bouleversés par le départ des leurs aux armées, commencent à s'interroger sur ce qui est leur vocation en temps de guerre : d'où l'institution de rencontres socialistes interalliées auxquelles répondent des rencontres de même nature du côté des empires centraux. En marge de ces efforts de reprise des relations internationales se retrouve le camp des opposants de naguère au réformisme. Comptant sur l'élargissement de son audience et profitant de la proposition que lui font les socialistes suisses, il se réunit en terre neutre, à Zimmerwald (1915). Il y a là quelques ressortissants français et allemands, mêlés à des militants neutres ou à des réfugiés politiques (parmi lesquels les Russes Martov, Trotski et Lénine). Tout aussi divisée sur les grandes options, une seconde rencontre n'en prend pas moins une signification renouvelée à Kienthal (1916) : celle du refus d'une stratégie ouvrière qui suspend la révolution sociale à la victoire d'un bloc de nations sur l'autre.

La révolution d'Octobre

La victoire inattendue des bolcheviks en Russie à l'issue de la seconde révolution, dite « d'Octobre » (nov. 1917), apparaît comme l'événement décisif d'une toute nouvelle conjoncture qui se développe entre deux pôles : la signature d'une paix séparée sur le front oriental et l'espoir d'une révolution prolétarienne à court terme en Occident. Pour marquer la rupture avec le passé et la II

Combats en octobre 1917

Photographie : Combats en octobre 1917

Photographie

En octobre 1917, des gardes rouges ouvrent le feu depuis une voiture blindée, à Moscou, durant la révolution russe. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Députés des soviets

Députés des soviets
Crédits : Hulton Getty

photographie

Rosa Luxemburg

Rosa Luxemburg
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  COMMUNISME  » est également traité dans :

COMMUNISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 655 mots

Le terme communisme et les doctrines qui lui sont attachées furent au xxe siècle principalement associés à une histoire, celle de l'U.R.S.S. et du mouvement communiste international. Le siècle du communisme ainsi compris ne peut s'analyser indépendamment du rôle joué par l'U.R.S.S. Bénéficiant de l'antériorité due à sa « réussite historique » et de ce […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 451 mots
  •  • 7 médias

L'ensemble des pays appartenant au système socialiste d'économie pouvait se définir, jusqu'à l'effondrement de ce système en 1989-1990, à partir de trois critères principaux. En premier lieu, les activités économiques, tout comme la vie politique, étaient subordonnées aux décisions d'un parti unique, qu'il fût dénommé Parti communiste ou portât un autre nom (Parti socialiste ouvrier hongrois, Part […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

C'est en Europe centrale que le problème national s'est posé avec le plus d'acuité au mouvement ouvrier et marxiste au xixe et au début du xxe siècle. S'il est au centre des débats à l'issue de la révolution de 19 […] Lire la suite

COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 720 mots

1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste, dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste.Septembre 1864 Création à Londres de la Ire Internationale, qui est dissout […] Lire la suite

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation des étrangers au sein du P.C.F. »  : […] La Main-d'œuvre étrangère, qui prendra en 1932 le nom de Main-d'œuvre immigrée (M.O.I.) a été créée dès 1926 par le Parti communiste français. Cette organisation était destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France. Or, il y avait dans les années 1920, des millions de travailleurs immigrés venus combler les larges brèches provoquées par la guerre de 1914-1918 dan […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La guerre civile »  : […] Quatorze ans après la « révolution de Saur », qui avait porté au pouvoir un maigre Parti communiste composé de deux fractions rivales, le communisme disparaît en Afghanistan, en avril 1992, comme il avait disparu quelques mois plus tôt dans l'ex-empire soviétique. Le cycle réduit parcouru s'inscrit dans plusieurs autres cycles dont les dates précises restent à définir par les historiens. On devin […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'occupation italienne (1939-1944) »  : […] Une assemblée fantoche, réunie dès le 12 avril 1939, offrit la couronne au roi d'Italie, Victor-Emmanuel III . Les mesures d'« union » entre les deux pays aboutissaient à une véritable colonisation de l'Albanie et toute une organisation fasciste était mise en place. Pour se faire accepter, les Italiens se lancèrent dans de grands travaux (bonification des terres, travaux publics, érection de bâtim […] Lire la suite

ALLEG HENRI (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 836 mots

Journaliste communiste et militant anticolonialiste, Henri Alleg donna, par son ouvrage La Question , une résonance mondiale aux pratiques de torture des armées françaises en Algérie. Sartre écrivit qu’il fit « triompher l’humanisme des victimes et des colonisés contre les violences déréglées de certains militaires », car son récit avait réuni, selon la formule d’Edgar Morin, « l’expérience du su […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 708 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALMEIDA JUAN (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 268 mots

Révolutionnaire et homme politique cubain. Compagnon d'armes de Fidel Castro dès 1953, Juan Almeida Bosque participe à l'attaque de la caserne du Moncada à Santiago de Cuba pour renverser le régime de Fulgencio Batista, à la suite de laquelle il est condamné à dix ans de prison. Amnistié deux ans plus tard, il participe à la fondation du Mouvement du 26-Juillet et s'exile au Mexique en 1956 avec […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie KRIEGEL, « COMMUNISME - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/