COMMUNE DE PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance de la Commune

La guerre déclarée à la Prusse par Napoléon III, en juillet 1870, avait accumulé, en France, les désastres militaires. Le 4 septembre, sous la poussée populaire, la République est proclamée. Un gouvernement – auquel participent le général Trochu, président, Jules Favre et Jules Ferry – est chargé, en principe, de continuer la guerre. Le peuple de Paris, assiégé par les Allemands à partir du 19 septembre, supporte avec un courage exemplaire le froid, la faim et les bombardements. Mais il s'avère bientôt que le gouvernement dit de la Défense nationale n'est nullement décidé à la lutte, tandis que le peuple de Paris réclame la guerre à outrance. 380 000 hommes constituent la garde nationale, groupée dans ses conseils de famille et dirigée par le Comité central.

Le général Trochu

Photographie : Le général Trochu

Le général Louis Trochu (1815-1896), gouverneur de Paris puis président du gouvernement de la Défense nationale, en 1870. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Paris assiégé

Photographie : Paris assiégé

À Montmartre (Paris), on gonfle le ballon Neptune, sous la surveillance du photographe Nadar, pour une mission de reconnaissance. C'est à bord d'un ballon de ce type que Léon Gambetta a pu quitter Paris assiégé par les Prussiens, en octobre 1870. 

Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'inspiration sociale

Dans chaque arrondissement se sont constitués, pendant le siège, des comités de vigilance. De son côté, le Comité central républicain des vingt arrondissements, composé de délégués ouvriers, dont beaucoup appartiennent à l'Internationale, siège depuis le 5 septembre rue de la Corderie. Deux pouvoirs commencent à s'opposer : celui de l'État bourgeois, représenté par le gouvernement du 4 septembre ; celui du peuple, encore vague et incontrôlé.

Les souvenirs de la révolution de 1848, que la bourgeoisie avait accaparée à son profit et qui s'était terminée en juin par le massacre des ouvriers de Paris, sont encore vivants et subsistent, malgré les mesures de coercition prises par le second Empire. Mais, en 1860, l'Empire est obligé de modifier sa politique et d'adopter une position plus libérale. Il laisse des ouvriers français se rendre en délégation à l'Exposition universelle de Londres. Ils y découvrent une classe ouvrière mieux organisée et mieux rémunérée, et réclament, à leur retour, la création de chambres syndicales et le droit de grève. Celui-ci leur est accordé, avec des restrictions, en 1864. La même année paraît, à l'occasion d'élections complémentaires, le Manifeste des soixante, texte capital d'inspiration nettement socialiste, où les rédacteurs dénoncent l'hypocrisie de l'égalité telle que l'a formulée la Révolution de 1789 et demandent une véritable démocratie politique, économique et sociale. Enfin se constitue, à Londres, l'Association internationale des travailleurs, dont l'adresse inaugurale est rédigée par Karl Marx. Mais la section française est formée sur l'initiative d'ouvriers proudhoniens. À ces courants s'ajoute l'influence de Blanqui, qui a passé une grande partie de sa vie en prison et qui, reprenant la tradition de 1793, pense que la révolution peut être accomplie par de petits groupes organisés en sociétés secrètes prônant l'action violente. Ces diverses tendances vont s'affirmer dans l'action des hommes de la Commune.

La paix des ruraux

Le 31 octobre, jour où le peuple de Paris apprend l'échec de la sortie du Bourget, la capitulation de Metz et les négociations de paix, les gardes nationaux, à l'instigation des comités de vigilance, demandent la déchéance du gouvernement du 4 septembre aux cris de « Vive la Commune ! ». Le 7 janvier, L'Affiche rouge, rédigée en partie par Jules Vallès au nom du Comité des vingt arrondissements, réclame une attaque en masse, la réquisition générale, le rationnement gratuit, enfin le gouvernement du peuple.

Après l'inutile et sanglante sortie de Buzenval, le général Trochu est remplacé par le général Vinoy. Jules Favre va négocier avec Bismarck. Mais, le 22 janvier, les gardes nationaux réclament, devant l'Hôtel de Ville, la guerre à outrance : les mobiles bretons tirent sur la foule. Les clubs, où depuis le siège s'est formé l'esprit révolutionnaire, ainsi que les journaux républicains sont supprimés. De nombreuses arrestations sont effectuées. Le 29 janvier, on apprend la conclusion d'un armistice qui doit permettre l'élection d'une assemblée nationale. Les conditions en sont draconiennes : désarmement de l'enceinte fortifiée de Paris, occupation des forts, paiement de deux cents millions en quinze jours. La province, qui, elle, veut dans son ensemble la paix à tout prix, élit une assemblée réactionnaire, tandis qu'à Paris la délégation des vingt arrondissements, l'Association internationale des travailleurs et la Chambre fédérale des sociétés ouvrières présentent des candidats, dont le programme est nettement socialiste et révolutionnaire : ils veulent une république qui donnerait aux ouvriers leurs instruments de travail, comme celle de 1789 remit la terre aux paysans, une république qui réaliserait à la fois la liberté politique et l'égalité sociale. Paris élit des bourgeois démocrates comme Victor Hugo ou Edgar Quinet, des jacobins comme Delescluze, des représentants comme Pyat, Malon, Gambon et Tolain.

Soutenu par cette Assemblée en majeure partie composée de ruraux, le chef du pouvoir exécutif, Thiers, symbole même de la bourgeoisie, a les mains libres pour traiter avec l'Allemagne. La France devra payer un tribut de cinq milliards, abandonner l'Alsace, moins Belfort, et le tiers de la Lorraine. Le 1er mars, l'Assemblée ratifie le traité, malgré la protestation désespérée des députés alsaciens et lorrains.

Thiers

Photographie : Thiers

Adolphe Thiers (1797-1877), historien, homme d'État et premier chef du pouvoir exécutif de la IIIe République en 1871. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'impuissance du pouvoir

Délivrée de la guerre extérieure, l'Assemblée des ruraux, des hobereaux et des notables que la province a élus n'a plus devant elle que ces ouvriers, ces artisans, ces petits-bourgeois de Paris, à la fois socialistes, républicains et patriotes, qu'il faut mater. Des mesures sont prises immédiatement contre la population parisienne exténuée par les souffrances du siège : la suppression des trente sous accordés aux gardes nationaux, la suppression des moratoires concernant les loyers et les effets de commerce touchent à la fois les ouvriers, les artisans et le petit commerce. De plus, l'entrée des Prussiens dans Paris, prévue pour le 27 février, apparaît aux Parisiens comme un déshonneur. La foule manifeste et ramène les canons, payés par les souscriptions de la population parisienne, vers les hauts lieux populaires de la capitale : Montmartre, les Buttes-Chaumont, Belleville. Ces canons, ni les Prussiens ni M. Thiers ne les prendront.

Les Allemands n'entrent que le 1er mars dans les beaux quartiers et en sortent le 2. Mais les mesures contre Paris continuent. Des journaux sont s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le général Trochu

Le général Trochu
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paris assiégé

Paris assiégé
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Thiers

Thiers
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Rossel

Louis Rossel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMMUNE DE PARIS (1871)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale de Versailles. La nouvelle République, dirigée par l'ambigu […] Lire la suite

CLÉMENT JEAN-BAPTISTE (1837-1903)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 311 mots

Né de parents aisés, avec lesquels il a rompu très jeune, Jean-Baptiste Clément tire de son expérience champêtre et de ses lectures (surtout de Banville et Murger) la source d'inspiration de ses premières chansons. Avec ses Bergerettes et Villageoises , mises en musique par Joseph Darcier et interprétées par Jules Pacra et Thérésa, il introduit une note pastorale dans le répertoire du café-concert […] Lire la suite

CLUSERET GUSTAVE PAUL (1823-1920)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 394 mots

Fils de militaire, Gustave Cluseret entre à Saint-Cyr et participe comme lieutenant à la répression des journées de juin 1848. À la suite de divers trafics en Algérie, il est obligé de démissionner de l'armée en 1858. Cet aventurier devient condottiere et révolutionnaire professionnel. Il se met au service de Garibaldi, puis prend part à la guerre de Sécession comme général chez les Nordistes, dev […] Lire la suite

COURBET GUSTAVE (1819-1877)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 3 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le poème de la nature »  : […] L' Atelier , dont la présentation à l'Exposition universelle de 1855 souligna le caractère de « somme », est la seule peinture de Courbet qui offre une telle densité de pensée, mais la plupart des tableaux de cette époque sont aussi des « allégories réelles ». À ceux qui constatent l'étroitesse et la rigidité de l'ordre social et mettent en lumière les facteurs concrets d'oppression s'opposent ceu […] Lire la suite

DELESCLUZE LOUIS CHARLES (1809-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 480 mots

Cet homme, qui sera la plus grande autorité morale de la majorité communarde, est d'extraction bourgeoise. Ses luttes incessantes pour la République, son courage, sa volonté farouche, malgré ses multiples emprisonnements et ses épreuves, lui vaudront le surnom de Barre de fer. Étudiant en droit, clerc d'avoué, journaliste, Louis Charles Delescluze est poursuivi pour complot républicain en 1836 et […] Lire la suite

LES DÉMONS, Fiodor Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis ALLAIN
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un crescendo vers l'apocalypse »  : […] L'atmosphère de ce roman s'alourdit peu à peu jusqu'à devenir insoutenable. Le grand art de Dostoïevski consiste à programmer, avec un raffinement quasi pervers, cette progression inexorable vers une sorte d'« apocalypse immédiate ». Le matériau humain du roman, à savoir les personnages, fournit un réservoir inépuisable d'actions scélérates. Sur la trentaine de personnages que comptent Les Démons […] Lire la suite

DU PREMIER EMPIRE À LA IIIe RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 196 mots

1815 Rétablissement de la monarchie. 1830 « Trois Glorieuses » (27-29 juillet) : chute de Charles X, avènement de Louis-Philippe. Février 1848 Chute de Louis-Philippe, proclamation de la II e  République. 2 décembre 1851 Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte. 2 décembre 1852 Proclamation du second Empire. Septembre 1870 Défaite de Sedan (le 2) ; proclamation de la III e  République (le 4). […] Lire la suite

FLOURENS GUSTAVE (1838-1871)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 437 mots

Fils du physiologiste Pierre Flourens, Gustave Flourens est né le 4 août 1838 à Paris. Il est à la fois universitaire, militaire et homme politique. Il supplée son père au Collège de France en 1863 (chaire d’histoire naturelle des corps organisés) pour cinquante leçons. Il traite de l’histoire des races humaines. Son enseignement matérialiste (il est athée et anticlérical) et anti-bonapartiste (il […] Lire la suite

JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « L'itinéraire d'un réfractaire »  : […] L'Enfant évoque, au temps de la monarchie de Juillet, le décervelage d'une éducation contraignante, entre une mère avare et soucieuse d'honorabilité, figure rigoureuse de la loi, et l'image déficiente d'un père enseignant, complice du système répressif scolaire en même temps qu'humilié par cette même machine. « Ma Mère », « La Famille », « Le Collège », « La Petite Ville », autant de chapitres qu […] Lire la suite

LEFRANÇOIS GUSTAVE (1826-1901)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 399 mots

Sorti deuxième de l'école normale d'instituteurs de Versailles, Gustave Lefrançois ne peut, en raison de ses idées révolutionnaires, exercer son métier. Aussi devient-il commis aux écritures. À la révolution de 1848, il fonde l'Association des instituteurs socialistes. Son programme d'éducation, qu'il publie, le fait arrêter et condamner en juin 1848. En mars 1851, il est révoqué et frappé de l'in […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er juillet 2021 France. Condamnation de l'État pour l'insuffisance de sa politique de lutte contre le réchauffement climatique.

commune de Grande-Synthe (Nord) d’un recours contre l’« inaction climatique » de l’État. Les ONG environnementales initiatrices de la pétition « L’Affaire du siècle », ainsi que les villes de Paris et de Grenoble s’y étaient associées. En novembre 2020, le Conseil avait rendu une première décision qui donnait trois mois au gouvernement pour « justifier […] Lire la suite

21-31 juillet 2020 Union européenne. Accord sur un plan de relance de 750 milliards d'euros.

commune et destiné à faire face à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19. Cette somme doit abonder le budget communautaire 2021-2027 dont le montant initial est de 1 074 milliards d’euros. Les discussions ont opposé la majorité des pays, menés par la France et l’Allemagne, favorables à l’octroi d’aides massives aux économies en crise, aux pays […] Lire la suite

13 janvier 2020 France – Afrique. Sommet des membres du G5 Sahel.

commune expriment « leur reconnaissance à l’égard de l’appui crucial apporté par les États-Unis et […] le souhait de sa continuité ». […] Lire la suite

11-12 décembre 2019 Union européenne. Présentation d'un « green deal ».

commune au « green deal », de réviser la directive sur la fiscalité énergétique, de soumettre la conclusion des accords commerciaux au respect par l’autre partie de l’accord de Paris sur le climat et de réviser le pacte de stabilité et de confiance de façon à ne pas inclure dans les déficits publics les investissements en faveur de la transition écologique […] Lire la suite

27-30 janvier 2019 France – Égypte. Visite du président Emmanuel Macron en Égypte.

Paris en octobre 2017. Le 28, lors de leur conférence de presse commune, Emmanuel Macron rappelle que l’Égypte est un allié « stratégique » de la France – qui lui vend de nombreux matériels militaires – dans la lutte contre le terrorisme et l’immigration illégale, ainsi que dans la résolution des crises régionales. Il estime également que la « stabilité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Édith THOMAS, « COMMUNE DE PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/