C.E.I. (Communauté des États indépendants)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La C.E.I., cadre des relations économiques entre les ex-Républiques soviétiques

Comme on peut le voir, la C.E.I. n'a pas manqué de projets, d'institutions, de structures alternatives. Elle a manqué son but affiché : réaliser l'intégration économique de ses membres. A-t-elle au moins constitué un cadre pour les relations entre ses membres ? La question appelle une comparaison avec le C.A.E.M. Celui-ci n'a jamais été le « Marché commun de l'Est » comme on le qualifiait à tort quelquefois : ce n'était pas un marché, et il n'y avait pas de politiques communes. Le commerce et la coopération économique étaient organisés par rapport à l'U.R.S.S., qui entretenait des relations bilatérales avec chacun de ses membres. Dans le cas de la C.E.I., la Russie est et se sait la puissance dominante, mais n'entend pas, au contraire de l'U.R.S.S. au sein du C.A.E.M., sacrifier ses intérêts économiques à sa domination politique. C'est ainsi que l'on peut analyser l'évolution du commerce et des mouvements de capitaux au sein de la C.E.I.

Les relations commerciales

Après la désagrégation, de l'U.R.S.S. le commerce entre les Républiques ex-soviétiques s'est d'abord effondré (de 15-20 p. 100 dès 1991 et de 25 à 40 p. 100 en 1992) puis n'a cessé de décliner, sauf un petit rebond en 1996. Si, en 1990, près des trois quarts des exportations des Républiques soviétiques devenues ultérieurement Nouveaux États Indépendants se faisaient entre elles, en 1999 la part des échanges intra-C.E.I. représentait à peine plus du quart des échanges totaux. Dans ce commerce, la Russie est toujours excédentaire, surplus qu'elle cherche à réduire en diminuant ses exportations (tableau 2).

Échanges commerciaux entre les pays membres de la C.E.I.

Tableau : Échanges commerciaux entre les pays membres de la C.E.I.

Échanges commerciaux entre les pays membres de la C.E.I. (source: Commission économique pour l'Europe, «Economic Survey of Europe», no 2-3, 2000). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les causes de ce déclin sont multiples :

– la disparition des liens commerciaux planifiés entre les Républiques ;

– les contingents, quotas ou autres restrictions quantitatives au commerce, toujours en vigueur ou réintroduites, spécialement entre les pays n'entrant pas dans l'Union économique euro-asiatique (cf. supra) ;

– le déclin progressif, en volume, des exportations d'énergie par la Russie, partiellement masqué par la hausse des prix de l'énergie dans le commerce mutuel (en 1992, la Russie vendait son pétrole et son gaz naturel à des prix inférieurs de 30 à 50 p. 100 aux prix mondiaux ; le rattrapage s'est fait peu à peu, mais n'était pas encore total en 1999) ;

– l'intérêt de la Russie et des pays exportateurs d'énergie de la C.E.I. (Kazakhstan, Azerbaïdjan, Turkménistan surtout) à commercer préférentiellement avec l'Ouest.

Les mouvements de capitaux

Après la disparition de l'U.R.S.S., tant le F.M.I. que les experts indépendants pensaient que la meilleure solution était de conserver à l'espace ex-soviétique une monnaie commune, qui serait le rouble. La crise monétaire en Russie et les initiatives prises par certains États pour instituer une monnaie propre conduisirent à un changement radical. Le F.M.I. recommanda en 1993 une monnaie séparée pour chaque pays de la C.E.I. et la création d'une union des paiements pour faciliter les transactions, union où le rouble russe serait utilisé comme monnaie de compte. Cette solution n'a pu être mise sur pied, vu l'absence de coordination des politiques de stabilisation monétaire entre pays de la C.E.I., l'insuffisance de financement externe pour soutenir l'union des paiements envisagée (du type de celle qui a été fournie par les États-Unis à l'Europe lors de l'expérience réussie de l'Union européenne des paiements entre 1950 et 1958), et enfin du déséquilibre entre les pays, la Russie additionnant les excédents et ses partenaires les déficits. Finalement une seule solution était viable et fut appliquée : obliger tous les pays à instituer et rendre progressivement convertible leur devise nationale.

Les mouvements de capitaux sont faibles entre la Russie et ses voisins (moins de 10 p. 100 des entrées de capitaux dans ces pays). Le principal problème est l'apurement des dettes des pays membres envers la Russie. Ce sont les pays non pétroliers qui ont accumulé la plus forte dette, et notamment l'Ukraine. De plus en plus, la Russie recherche des arrangements du type « échange dette contre avoirs dans des entreprises locales », comme dans l'offre faite à l'Ukraine en décembre 2000.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

CEI (Communauté des États indépendants)

CEI (Communauté des États indépendants)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine
Crédits : Sion Touhig/ Sygma/ Getty Images

photographie

Taille et poids économique des États de la C.E.I.

Taille et poids économique des États de la C.E.I.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Échanges commerciaux entre les pays membres de la C.E.I.

Échanges commerciaux entre les pays membres de la C.E.I.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques, université de Pau

Classification

Autres références

«  C.E.I. (Communauté des États indépendants)  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Géographie »  : […] Partie caucasienne de la Grande Arménie, sans ouverture maritime, l'Arménie, petit territoire de 29 800 kilomètres carrés, affronte de graves difficultés dues en grande partie à son histoire douloureuse et à son isolement physique et géopolitique. Situé à un croisement géostratégique, au sud du Caucase, entre Orient et Occident, le territoire arménien est au cœur d'enjeux de pouvoir. Carrefour mi […] Lire la suite

B.E.R.D. (Banque européenne pour la reconstruction et le développement)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 546 mots

La B.E.R.D. (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) est une institution internationale qui s'apparente par sa vocation à son illustre ancêtre, la Banque mondiale, à ceci près qu' elle officiait initialement et exclusivement dans les pays de l'Europe centrale et orientale (P.E.C.O.) et dans la Communauté d'États indépendants issus de l'ex-Union soviétique (C.E.I.). Elle a ét […] Lire la suite

BIÉLORUSSIE

  • Écrit par 
  • Yann RICHARD, 
  • Ioulia SHUKAN
  •  • 7 678 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La dernière économie soviétique d'Europe ? »  : […] L'économie de la Biélorussie est apparemment dynamique et présente des statistiques officielles flatteuses. L'inflation est relativement basse et la croissance du P.I.B. est apparemment forte (+ 11 p. 100 en 2004), avec des taux largement positifs depuis 1996. Le P.I.B. et le P.I.B. par habitant, exprimés en dollars constants, ont retrouvé en 2002 leur niveau de 1990 et continuent d'augmenter. Le […] Lire la suite

CASPIENNE, géopolitique

  • Écrit par 
  • Garik GALSTYAN
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre «  Différentes approches de l'intégration postsoviétique »  : […] Après la chute de l'URSS, la Russie a cherché à établir de nouveaux types de relations avec ses anciens satellites, qui constituaient désormais son étranger proche, afin de garantir sa sécurité nationale. Pour cette raison, elle s'est hâtée de créer un système collectif lui permettant d'exercer son contrôle sur l'espace postsoviétique. En décembre 1991, à Alma-Ata (Almaty), la Communauté des État […] Lire la suite

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Homme de la transition gorbatchévienne, Edouard Chevardnadze fut président de la République (1992-2003) d’une Géorgie indépendante, avant d’être chassé par la révolution des roses. Edouard Chevardnadze est né le 25 janvier 1928 dans le village de Mamati en Géorgie occidentale. À vingt ans, il adhère au Parti communiste de l’Union soviétique (P.C.U.S.) et obtient en 1959 un diplôme d’historien pol […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE L'U.R.S.S.

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

L'Union des républiques socialistes soviétiques, née en décembre 1922 afin d'unir les diverses composantes de l'ancienne Russie tsariste dans une communauté de destin issue de la révolution d'Octobre 1917, disparaît de la scène internationale en décembre 1991, au terme d'un processus de désagrégation qui n'a duré que quelques mois. À l'origine de l'éclatement de l'U.R.S.S. se trouvent les réformes […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « L'Europe de l'Est renoue avec la croissance »  : […] Dans son rapport annuel sur la Transition, publié au début de novembre, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (B.E.R.D.) a estimé que, pour la première fois depuis l'effondrement du communisme en 1989, les pays de l'ancien bloc communiste ont enregistré globalement une croissance. La zone composée des pays d'Europe centrale et orientale (P.E.C.O.), de la Communauté des É […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1994 : l'assainissement à mi-parcours

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 5 984 mots

Dans le chapitre « Les progrès inégaux des pays de l'Est »  : […] Les pays en transition vers l'économie de marché ont continué à progresser, en 1994, mais selon des allures très inégales, en fonction le plus souvent de la précocité de leurs réformes. Globalement, a indiqué le F.M.I. dans ses Perspectives de l'économie mondiale , la croissance de ces pays devrait rester négative en 1994 ainsi qu'en 1995, mais surtout en raison du poids relatif de la Russie et de […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 737 mots

Dans le chapitre « Extension du régionalisme commercial »  : […] L'année 1993 a été riche en événements renforçant la tendance, amorcée au milieu des années 1980, à la concentration des échanges commerciaux dans le cadre régional. En Europe, le mouvement s'est manifesté le 1 er  novembre, par l'entrée en vigueur du traité de Maastricht instituant l'Union européenne, le 13 décembre, par l'inauguration de l'Espace économique européen et, une semaine plus tard, p […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1992 : vers un nouveau modèle de croissance?

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 238 mots

Dans le chapitre « Une communauté de « proches étrangers » »  : […] C'est un tout autre spectacle qu'a offert, un an après sa naissance, la Communauté des États indépendants (C.E.I.), née de l'éclatement de l'Union soviétique. En dépit d'une dizaine de réunions au sommet, la Russie et les autres républiques ne sont pas parvenues à définir clairement leurs relations. Celles-ci confinent à l'anarchie, notamment dans le domaine monétaire. La « zone rouble » dont il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-28 décembre 2010 Côte d'Ivoire. Crise politique à l'issue de l'élection présidentielle

Le 1er, le délai légal de proclamation des résultats définitifs de l'élection présidentielle de novembre expire sans que la Commission électorale indépendante (C.E.I.) ne se soit exprimée. Le 2, le président de la C.E.I. Youssouf Bakayoko, auquel le Premier ministre Guillaume Soro a garanti la protection, rend publics les résultats provisoires du scrutin, hors des locaux de la commission électorale et sous la protection des casques bleus de l'O. […] Lire la suite

12-26 février 2010 Côte d'Ivoire. Changement de gouvernement et de commission électorale

Le 25, le pouvoir et l'opposition s'accordent sur la nomination à la tête de la C.E.I. de l'ancien ministre des Affaires étrangères Youssouf Bakayoko, membre de l'opposition. Le 26, l'opposition annonce son intention de participer au nouveau gouvernement.  […] Lire la suite

18 août 2009 Géorgie. Retrait de Tbilissi de la C.E.I.

Tbilissi se retire officiellement de la Communauté des États indépendants (C.E.I.), qui regroupe les anciennes Républiques soviétiques à l'exception des États Baltes. La Géorgie continuera toutefois à observer certains traités passés avec la C.E.I., notamment ceux qui ont trait au commerce et aux déplacements des personnes à l'intérieur du territoire de l'ancienne Union soviétique. […] Lire la suite

2 septembre 1994 Chine – Russie. Visite officielle du président Jiang Zemin à Moscou

Moscou et Pékin s'engagent à ne plus pointer de missiles balistiques l'un contre l'autre et signent un accord concernant la délimitation de la frontière occidentale qui sépare la C.E.I. et la Chine.  […] Lire la suite

26 juin 1994 Géorgie. Début de l'opération russe de maintien de la paix

L'opération de maintien de la paix en Géorgie conduite par les troupes de la C.E.I. – en fait exclusivement russes – débute. Trois mille militaires se déploient le long du fleuve Ingouri qui marque la frontière entre la Géorgie et la province séparatiste d'Abkhazie. Les Abkhazes, qui avaient proclamé leur autonomie en août 1992, avaient totalement reconquis, en septembre 1993, avec l'aide de la Russie, leur territoire investi dans un premier temps par l'armée géorgienne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie LAVIGNE, « C.E.I. (Communauté des États indépendants) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/communaute-des-etats-independants/