C.E.A. (Commissariat à l'énergie atomique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Commissariat à l'énergie atomique est institué le 18 octobre 1945 par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, sur la proposition de Frédéric Joliot et de Raoul Dautry, nommés respectivement haut-commissaire et administrateur général délégué du gouvernement. Autour d'eux, Pierre Auger, Francis Perrin, Bertrand Goldschmidt, Irène Joliot-Curie et Jules Guérou veulent lancer la France dans la recherche et l'industrialisation de la nouvelle source énergétique que promettent les récentes découvertes de la physique nucléaire et dont les possibilités avaient été clairement exprimées dès 1939 par l'équipe française. Pour garantir son indépendance, le C.E.A. est doté de la personnalité civile, de l'autonomie administrative et financière, ainsi que d'un statut industriel et commercial.

Les activités du secteur civil du C.E.A. sont placées sous la responsabilité de cinq directions opérationnelles et de deux instituts qui pilotent la mise en œuvre des programmes décrits ci-après.

– Les réacteurs nucléaires : études techniques en soutien au fonctionnement du parc actuel des réacteurs à eau pressurisée (R.E.P.), futures générations de réacteurs à fission, réacteurs à neutrons rapides, fusion thermonucléaire contrôlée par confinement magnétique.

– Le cycle du combustible : séparation isotopique par laser pour l'enrichissement de l'uranium, nouveaux procédés de retraitement des combustibles usés, recyclage du plutonium, séparation et transmutation des autres actinides et des produits de fission à vie longue, techniques de conditionnement, entreposage et stockage des déchets ultimes ; ces recherches sur l'aval du cycle relèvent des orientations fixées par le gouvernement à travers la loi du 30 décembre 1991 relative à la gestion des déchets nucléaires. Le C.E.A. mène par ailleurs depuis 1992 un important programme d'assainissement radioactif et de démantèlement de ses installations mises à l'arrêt définitif.

– L [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur de la stratégie et de l'évaluation au Commissariat à l'énergie atomique

Classification


Autres références

«  C.E.A. (Commissariat à l'énergie atomique)  » est également traité dans :

FRÉJACQUES CLAUDE (1924-1994)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 849 mots

Physicien français, né le 1 er  août 1924 à Paris et mort le 7 juin 1994 dans la même ville. En cinq décennies, la France est devenue l'une des premières puissances nucléaires du monde. Beaucoup d'efforts très divers ont été nécessaires pour cela. Parmi ceux-ci, la mise au point du procédé de séparation des isotopes de l'uranium, d'abord dans l'usine de Pierrelatte, puis dans celle du Tricastin, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-frejacques/#i_5336

GIRAUD ANDRÉ (1925-1997)

  • Écrit par 
  • Dominique GANIAGE
  •  • 753 mots

Né le 3 avril 1925 à Bordeaux dans une famille d'enseignants, André Giraud intègre l'École polytechnique en 1944. Il en sort major, ingénieur du corps des mines, non sans être passé par l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Sa carrière sera placée sous le signe de l'énergie. Entré en 1949 au ministère de l'Industrie, il entame en 1951 une longue période d'activité à l'Institut fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-giraud/#i_5336

GRENOBLE

  • Écrit par 
  • Martin VANIER
  •  • 1 049 mots
  •  • 1 média

Entrer dans Grenoble, c'est entrer dans les Alpes . À 212 mètres d'altitude, sous des cimes culminant entre 2 000 et 3 000 mètres, les 504 734 habitants de l'agglomération grenobloise (2012) occupent le site réputé le plus plat de France, bien qu'exceptionnel pour ce qu'il donne à voir. Car, au bout de chaque rue, la perspective rappelle qu'ici, depuis près de deux millénaires, la ville a pour cad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenoble/#i_5336

JOLIOT-CURIE FRÉDÉRIC (1900-1958)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 957 mots
  •  • 3 médias

Physicien français, né et mort à Paris. Ingénieur de l'École de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris, où il reçut l'enseignement de Paul Langevin, Jean Frédéric Joliot décide de se consacrer à la recherche scientifique et entre en 1925 à l'Institut du radium, dirigé par Marie Curie, dont il épouse, en 1926, la fille Irène . Enseignant à l'école d'électricité industrielle Charli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-joliot-curie/#i_5336

KOWARSKI LEW (1907-1979)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  • , Universalis
  •  • 583 mots

Physicien et chimiste français, Lew Kowarski est né à Saint-Pétersbourg le 10 février 1907 et mort à Genève le 30 juillet 1979. Il quitte la Russie en 1918 puis, après un séjour à Vilnius (Lituanie), part étudier en Europe de l’Ouest. Lew Kowarski commence ses études en Belgique (1923), puis les poursuit à l'École de chimie industrielle de Lyon (France), où il obtient le diplôme d'ingénieur chimis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lew-kowarski/#i_5336

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre PAPON
  •  • 9 161 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cas de la France »  : […] Prolongeant une tradition « colbertiste », l'État joue, en France, un rôle central dans le soutien à la recherche. Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la planification de la recherche a contribué au développement de celle-ci jusqu'au début des années 1970. Outre le C.N.R.S., créé en 1939, de grands organismes publics ont été fondés, après la guerre, pour piloter la recherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherche-scientifique/#i_5336

TAAF (Terres australes et antarctiques françaises)

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 758 mots

Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) constituent un territoire d’outre-mer (TOM) depuis 1955, le législateur ayant alors détaché de Madagascar les îles du sud de l’océan Indien. Aujourd’hui, il s’agit d’une collectivité d’outre-mer (COM) et simultanément d’une administration d’État sise à Saint-Pierre de La Réunion, placée sous l’autorité d’un préfet. Sans élus ni population per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taaf-terres-australes-et-antarctiques-francaises/#i_5336

THERMONUCLÉAIRE ÉNERGIE

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Pascal GARIN, 
  • Michel GRÉGOIRE, 
  • Guy LAVAL, 
  • Jean-Paul WATTEAU, 
  • Joseph WEISSE
  •  • 19 239 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Lasers mégajoules »  : […] L'ensemble de ces travaux poursuivis avec des énergies laser couvrant la gamme 100 J-100 kJ à 1,06 μm et leurs résultats encourageants donnèrent une bonne assise à la fusion par confinement inertiel. Ils permirent la modélisation des attaques directe et indirecte en précisant leurs limites en matière d'interaction laser-matière, de symétrie et de stabilité de l'implosion et ce d'autant plus que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-thermonucleaire/#i_5336

Les derniers événements

30 novembre 2000 • FranceRecomposition de l'industrie nucléaire.

Le gouvernement lance son programme de recomposition de l'industrie nucléaire nationale en approuvant le projet des deux principaux actionnaires publics de Framatome, C.E.A.-Industrie et Cogema, de réunir leurs participations afin de permettre à ce secteur de se diversifier en direction des hautes technologies. Baptisé Topco, le nouvel ensemble sera numéro un mondial dans sa branche. Il sera déten [...] Lire la suite

28 janvier 1992 • États-Unis - FranceAccord I.B.M.-Bull.

Le Premier ministre Édith Cresson annonce la conclusion d'un accord entre le groupe public français Bull, douzième constructeur informatique mondial, et le numéro un du secteur, l'américain I.B.M. Cet accord s'inscrit dans la politique de sauvetage de l'industrie de pointe française, inaugurée en décembre 1991 avec le regroupement C.E.A.-Thomson. En échange de la cession des licences sur les micro [...] Lire la suite

18 décembre 1991 • FranceCréation d'un groupe public de technologie de pointe.

Le 18, devant le Conseil des ministres, Édith Cresson annonce le regroupement, dans une société baptisée Thomson-C.E.A.-Industrie, des activités de diverses filiales du C.E.A. et de Thomson dans les secteurs des technologies de pointe, du nucléaire civil, de l'électronique grand public et des composants électroniques. Cette opération est destinée à créer un pôle international pouvant rivaliser ave [...] Lire la suite

25 octobre 1991 • France - IranRèglement du contentieux financier entre les deux pays.

Les négociateurs français et iraniens concluent à Paris un accord de règlement du contentieux financier entre les deux pays. La France devra verser à l'Iran une somme de 1,2 milliard de dollars (environ 7 milliards de francs). Celle-ci couvre le remboursement du reliquat et des intérêts du prêt de 1 milliard de dollars consenti en 1975 par le gouvernement du chah au Commissariat français à l'énerg [...] Lire la suite

30 octobre 1990 • FranceRetour de Framatome dans le secteur public.

Les pouvoirs publics et la Compagnie générale d'électricité (C.G.E.) finissent par s'entendre à propos de Framatome : la C.G.E., qui, en reprenant à la fin de mars les 12 p. 100 détenus par Dumez dans le capital de Framatome, était devenue majoritaire (52 p. 100), cède 7 p. 100 de ses actions au Commissariat à l'énergie atomique (C.E.A.) et au Crédit lyonnais. Les actionnaires publics, dont E.D.F. [...] Lire la suite

10-19 novembre 1986 • France - Proche-OrientLibération de deux des otages français détenus au Liban

Le 10, alors que s'ouvre à Londres la réunion des Douze sur les sanctions à prendre à l'égard de la Syrie, l'Organisation de la justice révolutionnaire (O.J.R.) annonce à Beyrouth qu'elle va libérer des otages français. Dans un communiqué, l'O.J.R. justifie ces libérations par les « engagements » qu'elle aurait obtenus du gouvernement français. C'est à Damas, le 11 au matin, qu'a lieu la restituti [...] Lire la suite

29 août 1985 • FranceMontée de la C.G.E. au capital de Framatome

Le groupe nationalisé C.G.E., l'un des premiers groupes mondiaux dans la construction électrique et les télécommunications, est désigné par l'État pour devenir, avec 40 p. 100 des parts, le principal actionnaire de Framatome, le constructeur français de chaudières nucléaires. Après la mise en liquidation de Creusot-Loire, le 12 décembre 1984, le capital de Framatome était provisoirement détenu en  [...] Lire la suite

7-23 juin 1981 • Irak - IsraëlRaid israélien contre le réacteur nucléaire irakien Osirak

Le 7, l'aviation israélienne attaque le centre de recherches nucléaires irakien de Tamuz et détruit le réacteur de recherches Osirak construit par la France, qui devait être opérationnel à la fin de l'année. Israël justifie cette « opération de légitime défense » en évoquant le risque de production d'une bombe atomique par l'Irak.Le 8, quelques heures après qu'a été connue la nouvelle du raid isra [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GARDERET, « C.E.A. (Commissariat à l'énergie atomique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/commissariat-a-l-energie-atomique/