COMÉDIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renaissance de la comédie

La renaissance, en réalité, devait venir d'une contestation beaucoup plus profonde des conventions attachées à l'art de la comédie. Zola, l'un des premiers, en avait appelé à l'audace des jeunes écrivains de théâtre : dès 1897, Jules Renard transforme le ton du genre, en revenant à une rigueur et à une densité dans le dialogue depuis longtemps perdues. Georges Courteline crée de nouveaux types comiques, empruntés à la vie contemporaine, et renoue, lui aussi, avec une exacte vérité humaine et sociale. Parallèlement, le théâtre se rouvre aux poètes ; Yeats et Synge en Irlande, Claudel (par ses farces lyriques) en France, réconcilient la comédie avec l'imaginaire, en la libérant du même coup de ses entraves. De Supervielle à Lorca et à Schehadé, de T. S. Eliot à Fry, de nouvelles perspectives ne cessent ainsi de s'ouvrir jusqu'à nos jours. Dans un autre domaine, les Belges Crommelynck et Ghelderode redonnent vie aux paroxysmes truculents de la farce flamande. Pirandello révolutionne d'autre part le théâtre psychologique, pour soumettre à révision les notions de vérité, de mensonge, de réalité, de personnage et de raison. C'est le contenu et le style mêmes de la comédie qui sont ainsi bouleversés, de diverses manières.

D'autres écrivains conçoivent de dynamiter le théâtre traditionnel par une subversion beaucoup plus radicale, et c'est également dans les dernières années du xixe siècle que ce mouvement commence avec Jarry : dans Ubu, sous la poussée d'un burlesque violent, les idées reçues volent en éclats ; le personnage s'efface devant la marionnette, l'action intelligible devant une logique absurde, le réalisme devant le fantastique, l'irrationnel et le langage en liberté. Des surréalistes et de Vitrac, dont le théâtre s'en prend à toutes les valeurs bourgeoises, à Ionesco qui pousse jusqu'à ses extrêmes conséquences la subversion du langage et la mise en déroute de la logique ; du Polonais Witkiewicz à son compatriote Gombrowicz et aux Suisses Frisch et Dürrenmatt ; du Russe Maïakovski, qui mêle le futurisme, la cocasserie clownesque et la satire, à l'Irlandais Beckett, dont l'humour engendre une gaieté sinistre, le rire devient un instrument de protestation, de violence et de terreur, tandis qu'Audiberti fait de la comédie le lieu d'un énorme opéra langagier. O'Casey lui avait auparavant restitué, dans un autre ton, toute sa virulence révolutionnaire, et Brecht avait usé du comique pour soumettre la société à une analyse critique par les moyens spécifiques du théâtre. Tous ces écrivains ont au moins ceci en commun qu'ils ont redécouvert les vertus de la farce, de la pantomime, de l'art des marionnettes, de la clownerie du cirque : en un mot, ils ont rompu avec deux siècles de tradition littéraire au théâtre, et c'est au prix de ce retournement total que la comédie moderne a acquis une puissante vitalité.

O'Casey

Photographie : O'Casey

Le dramaturge irlandais Sean O'Casey (1880-1964). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La comédie bourgeoise, elle-même, n'a pas échappé au cours du xxe siècle à la nécessité d'un certain rajeunissement. Bourdet, Vildrac, puis Anouilh ont, chacun à sa manière, assoupli et enrichi les données reçues du dialogue et de l'intrigue. Romains et Pagnol ont revigoré la satire traditionnelle. Giraudoux, surtout, a créé un univers dramatique en consonance avec la culture de l'entre-deux-guerres, en faisant un usage très personnel du langage et en s'installant à mi-chemin de la réalité et de l'allégorie. En Grande-Bretagne, également, la comédie d'intrigue, la comédie de mœurs et la comédie sentimentale ont pris un brillant éclat avec Shaw, Maugham et Coward, à l'époque même où le genre entrait apparemment dans la dernière phase de sa décadence. Aux États-Unis, enfin, c'est surtout la comédie musicale à grand spectacle qui témoigne du visage nouveau et original que notre vieille tradition peut encore emprunter.

En même temps que s'opérait la transformation générale du répertoire, on procédait un peu partout en Europe à une revue de l'héritage théâtral commun. Dans cette entreprise, ce sont les metteurs en scène qui ont joué le premier rôle : en modifiant du tout au tout les conceptions qu'on se faisait communément du répertoire, ils ont posé par là même la question des rapports du théâtre avec son public.

L'avenir de la comédie, s'il est lié aux formes que prendra la culture moderne, dépend aussi dans une large mesure de la manière dont elle se définira face à la société. On a ainsi vu, depuis les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : agrégé des lettres classiques et docteur ès lettres, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  COMÉDIE  » est également traité dans :

LE MARIAGE DE FIGARO (P.-A. de Beaumarchais) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 423 mots
  •  • 1 média

Le Mariage de Figaro , comédie en cinq actes, créée à la Comédie-Française le 27 avril 1784, est sans aucun doute le grand succès théâtral du xviii e  siècle (73 représentations au cours de la seule saison 1784-1785). C'est aussi l'œuvre dramatique la plus profondément novatrice entre la période classique et l'aube du xx e  siècle. De 1781 à 1784, Beaumarchais (1732-1799) dut se débattre dans de […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le théâtre de la réécriture »  : […] Rosencrantz et Guildernstern sont morts (1967) de Tom Stoppard est le dernier rejeton du théâtre de l'absurde proprement dit. Pièce beckettienne qui pose la question de l'existence hors scène de ces deux êtres falots que sont les deux courtisans de Hamlet , happés par une action à laquelle ils ne comprennent rien pour être aussitôt renvoyés dans les coulisses. De même, Neutral Ground (1968) tran […] Lire la suite

ARÉTIN L' (1492-1556)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 3 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie aux cent actes divers »  : […] Vers sa quinzième année, l'Arétin quitte Arezzo et se rend à Pérouse, où il acquiert, au cours d'un apprentissage sans lendemain, les connaissances théoriques en matière de peinture qui feront de lui, plus tard, un critique averti, écouté des plus grands maîtres. C'est là, surtout, qu'il s'essaie pour la première fois à la poésie pétrarquisante alors à la mode, publiant en 1512 un recueil de vers […] Lire la suite

ARIOSTE L' (1474-1533)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 6 206 mots

Dans le chapitre « Les comédies »  : […] Des cinq comédies de l'Arioste, trois laissent voir l'influence précise des Latins : La Cassaria, ou « Comédie de la caisse », écrite en prose en 1508, refaite en vers blancs en 1531, procède de l' Aulularia et de la Mostellaria de Plaute et, à un moindre degré, de L'Andrienne de Térence ; I Suppositi (titre à peu près intraduisible avec la somme de ses équivoques), écrits en prose en 1509, refai […] Lire la suite

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 176 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dernière fête : ambiguïtés et audaces »  : […] L'audace politique de la trilogie de Figaro, et surtout celle du Mariage , n'a pas frappé que les contemporains (Danton disait qu'il avait « tué la noblesse »). C'est la valeur subversive de cette pièce qui l'a portée, contre toutes les hypocrisies de l'ordre politique et moral, à travers le xix e siècle. Elle tient à l'étincelante fête de mots décochés contre l'ordre privilégié et contre les abu […] Lire la suite

LES FEMMES SAVANTES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 683 mots
  •  • 1 média

Avant-dernière comédie de Molière (1622-1673) , Les Femmes savantes font écho aux Précieuses ridicules (1659) qui ont ouvert la carrière parisienne de l'auteur. Sur le même motif (les femmes et leur volonté de prétendre au savoir et à l'art dans une société de salon), Molière est passé d'une pièce en un acte et en prose, fondée sur des types, faisant la satire de précieuses provinciales entichée […] Lire la suite

GENRES DRAMATIQUES

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 607 mots

Dans le chapitre « Une distinction première »  : […] Cet horizon d'attente est particulièrement prégnant dans les genres dramatiques, en raison de la distinction fondatrice entre la comédie et la tragédie. Dans sa Poétique (env. 340 av. J.-C.), Aristote pose en effet une bipartition entre deux genres, selon le type d'action et de personnages qu'ils imitent. La tragédie représente en effet une action noble, où les personnages sont généralement de ha […] Lire la suite

BIBBIENA BERNARDO DOVIZI cardinal (1470-1520)

  • Écrit par 
  • Anna FONTÈS
  •  • 461 mots

Venu de Bibbiena, petit bourg toscan à flanc de montagne, Bernardo Dovizi fut tôt l'homme de confiance de Laurent le Magnifique, puis de son fils Pierre. Compagnon fidèle, puis serviteur zélé du cardinal Jean de Médicis, il partage l'exil de son maître (1494-1512). Hôte des cours italiennes, il est l'ami et le correspondant des seigneurs, hommes de lettres, artistes, qui apprécient son tempérament […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'amour, le mariage, l'adultère »  : […] Avec l'argent, et conditionné par l'argent, on trouve bien entendu, l'amour... Le Boulevard partage l'amour en deux catégories bien distinctes : l'amour-sentiment, souvent très désincarné, du drame, du mélodrame, de la féerie et de la comédie de mœurs ; et l'amour physique, dont on ne parle pas ouvertement, mais auquel on fait de fréquentes allusions dans la comédie légère. C'est le règne du clin […] Lire la suite

CALMO ANDREA (1509/10-1571)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 254 mots

Acteur et auteur de comédies, le Vénitien Andrea Calmo fut très célèbre jusque vers 1560. La critique contemporaine cherche à mieux le situer. Il écrivit quatre églogues pastorales qui font penser aux comédies des Rozzi de Sienne, mais il est surtout connu pour ses comédies en prose, qui constituent une sorte de transition entre la comédie italienne de la première moitié du xvi e  siècle et la com […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-27 décembre 2014 États-Unis – Corée du Nord. Polémique au sujet du film « The Interview »

déclare renoncer à l'exploitation du film de Seth Rogen The Interview, une comédie relatant l'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un par deux journalistes américains engagés par la C.I.A. Cette décision fait suite aux menaces d'attentats formulées par les Guardians of Peace. La Corée du Nord qui, dès juin, avait qualifié le projet de film d'« acte de guerre » dément toute responsabilité, mais salue l'« acte juste » des hackers. […] Lire la suite

12 décembre 2009 Géorgie. Réélection du président de la province sécessionniste d'Abkhazie

La Géorgie parle, elle, de « comédie » orchestrée par la Russie et, avec la communauté internationale, refuse de reconnaître cette élection jugée illégale.  […] Lire la suite

1er-30 avril 1989 France. Fin de la grève des fonctionnaires corses

Le 12, les syndicats des fonctionnaires corses rejettent le « diktat » de Paris, tandis qu'à l'Assemblée nationale le Premier ministre qualifie de « comédie » les négociations des derniers jours. Le soir même, la plus importante manifestation depuis le début de la grève réunit douze mille personnes à Bastia. Elle est suivie de violents incidents entre jeunes et policiers, qui font plusieurs blessés chez les C. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert ABIRACHED, « COMÉDIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/