COMEDIA, Espagne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du genre. Succès et influence

Le genre fit véritablement fureur. On écrivit des milliers de comédies ; on les représenta aux champs et à la ville, sous les formes les plus pures et les plus corrompues, refontes et adaptations, plagiats et mélanges. Mais c'est Madrid qui donna toujours le ton. Sous Philippe III et ses successeurs, la capitale était devenue une « Babylone » monstrueuse par l'afflux d'une jeune population désœuvrée et par le relâchement des mœurs. Là se mêlaient indistinctement les diverses classes, dans un anonymat qui se prêtait à toutes les aventures, à toutes les tromperies. Il revint aux dramaturges de discipliner cette anarchie et de donner une ligne de conduite à la foule hétéroclite – valets, prêtres, grands seigneurs, marchands, fonctionnaires, artisans et aventuriers – qui se pressait dans l'enceinte du corral de comédie. Peu importe qu'ils aient échoué. Il suffit que, se vouant à cette tâche impossible, ils aient créé quelques chefs-d'œuvre ; il suffit qu'ils aient fixé pour des siècles, jusqu'aujourd'hui, l'image idéale que l'Espagnol se fait de lui-même, et que bien souvent il traduit dans son comportement. Car l'Espagnol est depuis lors un noble personnage, dégagé de toute préoccupation sordide, tout entier à ses amours et à ses querelles d'honneur, libre absolument dans les étroites limites de croyances terriblement contraignantes et indiscutables.

Sous Philippe III

Philippe III (1598-1621) n'aimait pas le théâtre ; il vivait éloigné de la ville. En son temps, la comédie, effrontée comme la nouvelle jeunesse, parlait l'amphigouri à la mode, mettait en scène des problèmes réels quotidiens, proposait des solutions et, sous ce couvert, des attitudes mentales et des comportements nouveaux parfois choquants. Le bon dramaturge donne aussi des leçons de bien-dire et de savoir-faire à ce public snob, souvent mal dégrossi, émigré récemment de la campagne et des petites villes. Sur la scène défilent des comédiens mannequins qui fixent la mode vestimentaire et gestuelle. Dans le corral, une cour à ciel ouvert flanquée de maisons avec balcons et loges, se forge l'opinion publique, tant sur les affaires intérieures du royaume que sur les triomphes et les soucis de la chrétienté, tant sur les nouveautés littéraires que sur les rapports de la théologie et de la morale. Ainsi, Lope de Vega prend parti pour les paysans riches contre les seigneurs tyranniques dans Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (vers 1612) : ne s'agit-il pas de retenir la paysannerie qui, maltraitée, émigre vers les villes et les encombre ? Dans Les Jeunesses du Cid (1618) et les Exploits du Cid, Guillén de Castro rappelle aux Valenciens embourgeoisés et aux Madrilènes corrompus les vertus ancestrales auxquelles l'Espagne doit son unité, sa gloire et sa puissance. Tirso de Molina (le père Gabriel Téllez, de l'ordre de la Merci) condamne à une sorte d'enfer les religieux trop indépendants ; ainsi, il met en scène un ermite anxieux de son salut et qui tente de forcer la main de Dieu à force de haire et de discipline (Le Condamné par manque de confiance, vers 1620) ; et c'est à un repas à base de scorpions et de vinaigre qu'il convie un de ces nombreux séducteurs irresponsables qui, bafouant les lois de la société, remettent toujours au lendemain leur conversion à Dieu (Don Juan ou l'Allègre Imposteur de Séville, entre 1618 et 1621).

Sous Philippe IV

Philippe IV monte sur le trône en 1621. Il aime le théâtre et surtout les actrices. Au début de son règne s'épanouit la comédie de cape et d'épée, joyeuse avec ses aventures galantes, ses rixes et ses sérénades. Le jeune Calderón de la Barca y affûte une nouvelle dramaturgie, rapide, brillante, ponctuée de coups de théâtre (Dame ou fantôme, 1629). Le Mexicain Ruiz de Alarcón morigène la folle jeunesse qui se croit tout permis (Vérité suspecte, source du Menteur de Corneille). Lope de Vega garde toujours le sceptre du royaume théâtral, fournissant des pièces à l'Église (concernant les saints canonisés entre 1618 et 1622), au roi (La Sylve visitée par l'Amour, 1630) et au peuple (Le Chien du jardinier).

Or le roi fait édifier à partir de 1630 un nouveau palais, le Retiro, au milieu d'un grand parc, le Prado. Il y fait aménager plusieurs lieux scéniques, à la mesu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification

Autres références

«  COMEDIA, Espagne  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 127 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Symbiose avec la « comedia » »  : […] Un tel théâtre aurait pu être pris en main par des amateurs pieux ranimant chaque printemps des pièces traditionnelles, sans interférences avec la comedia profane qui conquiert alors sa place permanente dans les divertissements urbains. Or, on vit au contraire les comédiens professionnels s'emparer des autos sacramentales et en faire le pivot de leur activité annuelle. Les théâtres fixes ( corrale […] Lire la suite

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit d'un concept clé pour […] Lire la suite

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre baroque »  : […] Goethe, Schiller, Schlegel ont su reconnaître, par-delà les aspects désuets ou exotiques du drame de Calderón, sa forme exemplaire et son contenu profondément humain ; le romantisme européen en a tiré parti dans sa lutte contre l'étroite formule classique. Aujourd'hui, c'est l'aspect baroque de ce théâtre que l'on retient de préférence. La pièce caldéronienne s'intègre à un ensemble, le spectacle, […] Lire la suite

CASTRO GUILLÉN DE (1569-1631)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 186 mots

De famille noble, Guillén de Castro y Bellvís fit tout d'abord une carrière militaire et civile à Valence et en Italie, avant de se fixer à Madrid où il fut en relation avec les plus illustres écrivains. Après avoir fait partie du groupe des dramaturges valenciens, il subit l'influence de Lope de Vega. Le succès de sa pièce Les Enfances du Cid ( Las Mocedades del Cid ) — dont Corneille s'inspira […] Lire la suite

CÉLESTINE LA

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON, 
  • Universalis
  •  • 1 656 mots

Dans le chapitre « Les différentes versions »  : […] En 1499 paraît à Burgos la Comedia de Calisto y Melibea , drame en prose en seize actes. Calisto adore Melibea, fille de Pleberio, depuis qu'il l'a rencontrée par hasard en cherchant un faucon perdu. L'action s'ouvre sur une deuxième rencontre, où sa déclaration est repoussée avec colère. Il se laisse persuader par son valet Sempronio de faire appel à Celestina, entremetteuse et sorcière. Une intr […] Lire la suite

CERVANTÈS MIGUEL DE (1547-1616)

  • Écrit par 
  • Jean CANAVAGGIO
  •  • 5 494 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'appel des muses »  : […] La poésie de Cervantès a été éclipsée par sa prose. Pourtant sa vocation de poète ne s'est jamais démentie, pas même au cours des années pendant lesquelles il a paru renoncer à ses premières ambitions. Nombre de ses compositions, répandues par des copies manuscrites ou publiées anonymement dans des recueils collectifs, sont aujourd'hui perdues ou, à tout le moins, impossibles à identifier. Demeure […] Lire la suite

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « Le Cid du théâtre et de la légende »  : […] Dès le début du xvii e  siècle, l'Espagne recueille sa foi, ses croyances et sa culture dans le creuset de la comedia, un nouveau genre littéraire. Le romancero du Cid fournit maints sujets aux dramaturges, sûrs à l'avance de gagner ainsi la ferveur du peuple et ses applaudissements. Lope de Vega, créateur de la nouvelle formule littéraire, dédie en 1619 Les Créneaux de la cité de Toro , où appara […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] En effet, de l'Empire romain au Moyen Âge européen, ce sont les formes populaires du jeu comique qui fleurissent partout, avec une continuité remarquable, au détriment du théâtre écrit. Si, dans les écoles, on a continué à lire Plaute et Térence, voire à composer des comédies latines, la renaissance du théâtre comique va se faire au Moyen Âge à travers la satire, la farce et l'allégorie, c'est-à- […] Lire la suite

COMÉDIE DE CAPE ET D'ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Genre dramatique fidèlement adapté de la comedia de capa y espada espagnole qui a connu, de 1640 environ à 1656, une grande vogue en France. Les auteurs français — d'Ouville, l'initiateur du genre ( L'Esprit folet , La Dame suivante ), Scarron ( Jodelet ou le Valet maître , Le Gardien de soy-mesme ), Thomas Corneille ( L'Amour à la mode , Le Geolier de soy-mesme ), Boisrobert ( La Jalouse d'elle […] Lire la suite

CUEVA JUAN DE LA (1550?-? 1610)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 407 mots

Poète et dramaturge espagnol né à Séville, qui, en 1577, après un séjour au Mexique, revint définitivement en Espagne. Le lyrisme de Juan de la Cueva est d'abord marqué par l'influence de Pétrarque dont il se détourne ensuite ( Flores de varia poesía , Coro de romances historiales ). L'allégorie et le genre épique lui inspirent le Viaje de Sannio (1585) et Conquista de la Bética (1603). Los Amo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « COMEDIA, Espagne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/