COLZA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les diverses utilisations du colza

L’huile de colza, obtenue à partir de la trituration des graines, bénéficie de débouchés croissants, à la fois alimentaires (sous forme d’huile, de margarine, de sauce…) et non-alimentaires (sous forme de biodiesel, de glycérine…). La trituration est effectuée en deux étapes : tout d’abord un pré-pressage, puis une extraction effectuée à l’aide d’un solvant. Les utilisations non-alimentaires nécessitent une transestérification (ou estérification) de l’huile afin d’aboutir à l’ester méthylique d’huile. Cette technique consiste à transformer les triglycérides de l’huile en esters méthyliques. Ces derniers peuvent être alors utilisés en lipochimie (production de savons, détergents, cosmétiques…) ou comme carburant. Plus concrètement, la transestérification est un processus chimique qui débarrasse les huiles végétales de leur glycérol.

Le gazole vendu en France contient désormais jusqu’à 7 p.100 de biodiesel (commercialisé sous la marque Diester) : il s’agit d’une incorporation banalisée, non mentionnée sur les pompes. Les flottes professionnelles de véhicules qui disposent de leurs propres cuves de carburant (comme de nombreuses entreprises et collectivités locales ou territoriales) consomment des mélanges pouvant contenir jusqu’à 30 p.100 de biodiesel. L’huile de colza peut même être utilisée directement comme carburant sous forme d’huile végétale pure (HVP), sans passer par l’étape de transestérification. C’est le cas pour certains moteurs Diesel spécifiques. Pour les moteurs Diesel courants, l’huile végétale fait toutefois courir un risque d’encrassement.

Pour les utilisations alimentaires, l’huile de colza est de plus en plus recherchée. Désormais dépourvue d’acide érucique (du moins en Europe et au Canada ; c’est moins le cas en Inde et en Chine) et composée à raison de plus de 60 p.100 d’acide oléique (acide gras mono-insaturé) et de 30 p.100 d’acides gras polyinsaturés (dont 9 p.100 d’acide alpha-linolénique de la famille des oméga 3), elle est appréciée pour sa faible teneur en acides gras saturés (moins de 8 p.100). Elle est aujourd’hui la quatrième huile végétale la plus consommée en France (avec 8 p.100 de la consommation nationale) derrière les huiles de tournesol (41 p.100), d’olive (28 p.100) et les huiles combinées (13 p.100). Elle est présente dans certaines huiles combinées composées de mélanges d’huiles de tournesol, de colza et de pépins de raisin. Parmi les composés « mineurs » présents dans l’huile de colza figurent des lécithines (ou phospholipides) employées dans les margarines comme émulsifiants et stabilisateurs en substitution aux lécithines de soja (qui proviennent pour l’essentiel de variétés O.G.M.). L’utilisation de l’huile de colza demeure déconseillée pour la friture en raison de sa teneur élevée en acide alpha-linolénique, non pas pour des raisons sanitaires, mais à cause de l’odeur dégagée.

Concernant les usages non-alimentaires, l’huile de colza, du fait de la présence d’esters d’acides gras et de glycérol, sert de base à la fabrication de solvants et de biolubrifiants. Un des coproduits de l’estérification de l’huile de colza – la glycérine – est de plus en plus utilisé et recherché. La glycérine intervient dans la fabrication de cosmétiques, de résines, de polyuréthanes… Elle est appelée à devenir la matière première d’une production industrielle de fibres textiles au travers d’un monomère qui en est issu. Le principal débouché non-alimentaire de l’huile de colza est toutefois la production de biodiesel, carburant qui est obtenu par transestérification de cette huile par un alcool (en général du méthanol). Une tonne d’huile semi-raffinée de colza permet de produire, avec cent kilogrammes d’alcool, une tonne de biodiesel et cent kilogrammes de glycérine végétale.

Le tourteau est un autre coproduit du biodiesel. Il est valorisé en alimentation animale. Les problèmes jadis posés par la présence de glucosinolates dans les graines de colza sont aujourd’hui surmontés, si bien que les tourteaux de colza peuvent désormais être employés pour apporter des compléments protéinés aussi bien aux bovins qu’aux porcins. Compte-tenu de l’importance prise par la culture du colza en Europe, les importations européennes de graines et de tourteaux de soja ont pu être réduites alors qu’elles constituaient depuis [...]

Tourteau de colza

Photographie : Tourteau de colza

La trituration des graines de colza permet d’obtenir deux coproduits : d’une part, un liquide, l’huile ; d’autre part, un solide, le tourteau. Ce dernier se présente ici sous forme de granulés, ce qui facilite son stockage et sa distribution aux animaux d’élevage. Les tourteaux de... 

Crédits : CETIOM documentation/  Terres Inovia

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Fleur de colza

Fleur de colza
Crédits : Bildagentur Zoonar GmbH/ Shutterstock

photographie

Graines de colza : production mondiale et échanges

Graines de colza : production mondiale et échanges
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tourteaux et huile de colza : production et échanges

Tourteaux et huile de colza : production et échanges
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tourteau de colza

Tourteau de colza
Crédits : CETIOM documentation/  Terres Inovia

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  COLZA  » est également traité dans :

BIOCARBURANTS ou AGROCARBURANTS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Anthony SIMON
  •  • 6 496 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les améliorations des balances commerciales »  : […] Les biocarburants permettent, dans une certaine mesure, de réduire la dépendance des pays industrialisés et de bien des pays en développement envers les énergies fossiles et donc de limiter leurs importations d’hydrocarbures et les factures énergétiques qui en résultent. Parallèlement, pour bien des pays tels que ceux de l’Union européenne, et en particulier pour la France, la production de bioca […] Lire la suite

CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Eugène UCCIANI
  •  • 5 067 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Oléagineux alimentaires »  : […] L' arachide ( Arachis hypogaea ), de la famille des Papilionacées, est une plante herbacée annuelle. Les principaux pays de culture sont l'Inde, la Chine, les États-Unis, l'Indonésie et le Sénégal. Curieusement, les fruits de cette plante mûrissent en terre. Après enlèvement de la coque ligneuse, il reste deux graines revêtues d'une fine pellicule brune : leur teneur en huile est de l'ordre de 5 […] Lire la suite

CRUCIFÈRES

  • Écrit par 
  • Marie-Claude NOAILLES
  •  • 2 481 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Ce sont des plantes herbacées à racine pivotante, dont les tiges portent des feuilles sans stipules, alternes ou toutes à la base. Elles élaborent des sénevols de types variés, qui leur donnent des propriétés médicinales et alimentaires. Les grappes florales, souvent odorantes et généralement de couleur vive, attirent les insectes. L'existence d'un appareil nectarifère renforce ce caractère d'ento […] Lire la suite

LORRAINE

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • René TAVENEAUX
  •  • 7 579 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les espaces ruraux recomposés »  : […] Aussi importants qu'aient pu être – ou que soient encore – les espaces industriels lorrains, et leur prégnance sur les paysages, ils ne couvraient que des surfaces très réduites en comparaison des campagnes. La Lorraine est d'abord une région de labours, de prairies et de forêts. Si la surface agricole utile (SAU) couvre exactement la moitié du territoire, la forêt occupe environ 850 000 hectares […] Lire la suite

O.G.M. - Les risques

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 713 mots

Dans le chapitre «  Les risques environnementaux »  : […] Les premiers risques qui peuvent résulter du transfert de gènes dans des organismes entiers concernent les recherches elles-mêmes. Celles-ci sont étroitement surveillées. En France, la Commission de génie génétique (C.G.G.), créée en 1989, est chargée de définir dans quelles conditions de confinement les expériences impliquant des O.G.M. doivent être conduites. Tous les projets, qu'ils soient aca […] Lire la suite

OLÉAGINEUX

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 7 295 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mondialisation des flux d'échanges »  : […] Si les tourteaux de soja demeurent les plus recherchés en raison de leurs teneurs élevées en protéines, et en particulier en lysine, les nouvelles variétés de colza à faible teneur en glucosinolates et les opérations de dépelliculage, réalisées en huilerie, des graines de colza ont nettement accru la valeur énergétique des tourteaux produits à partir de cet oléagineux. C'est toutefois dans le doma […] Lire la suite

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 615 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réserves lipidiques »  : […] Les lipides ou corps gras sont emmagasinés dans les cotylédons, l' albumen, plus rarement dans le périsperme ou l'axe hypocotylé ou encore dans le mésocarpe du fruit (olive, palmier à huile) ; les plantes dites oléagineuses en renferment ainsi de grandes quantités . Les teneurs en matières grasses sont sujettes à variation, étant influencées par les facteurs saisonniers et géographiques, d'une par […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 novembre 1997 France. Autorisation de la culture d'un maïs transgénique

En revanche, Paris refuse son accord à la culture de colza et de betteraves transgéniques dont les caractères pourraient se transmettre à d'autres variétés. Les dispositifs de surveillance des cultures transgéniques sont renforcés.  […] Lire la suite

20 mai 1989 Espagne. Indulgence des juges dans le scandale des huiles frelatées

Le tribunal de Madrid rend son verdict dans le procès, ouvert en mars 1987, des trente-sept accusés impliqués dans l'« épidémie » causée, en 1981, par la vente et la consommation d'huile de colza à usage industriel. Le drame avait provoqué la mort de six cent cinquante personnes, et rendu infirmes ou diminués vingt-cinq mille consommateurs. Tout en reconnaissant que l'« épidémie » a bien eu son origine dans l'altération du produit vendu, les juges ne prononcent pourtant que deux condamnations sévères (vingt et douze ans de prison), libérant ainsi les autres accusés qui étaient en détention préventive. […] Lire la suite

16 juillet 1985 C.E.E. Accord tacite sur les prix agricoles

100 sur les prix des céréales et du colza au cours de la campagne 1985-1986. Compte tenu des ajustements monétaires, cette décision se traduit pour la France par une augmentation de 0,1 p. 100. […] Lire la suite

11-19 juin 1985 C.E.E. Adhésion de l'Espagne et du Portugal et veto de la R.F.A. à propos de la baisse du prix des céréales

100 les prix du colza et des céréales, celui du blé dur restant inchangé. Cette « décision de gestion », justifiée par la nécessité d'assurer le fonctionnement du Marché commun agricole, est vivement critiquée en R.F.A. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « COLZA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/colza/