COLORIMÉTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Colorimètres et spectrocolorimètres

Au milieu du xxe siècle, la mesure physique des couleurs était généralement réalisée par des spectrophotomètres qui tracent les courbes de transmission ou de réflexion spectrale des échantillons dans le domaine visible (cf. spectrophotométrie optique). Ces courbes, combinées avec celles des illuminants et des composantes X, Y, Z, permettent de calculer les valeurs Yxy dans l'espace colorimétrique C.I.E. 1931. Mais, en raison de l'absence de calculatrices électroniques et du prix des spectrophotomètres, la colorimétrie est demeurée réservée, jusque dans les années 1980, aux laboratoires spécialisés.

La définition d'un nouvel espace CIELAB en 1976, l'arrivée de puissants ordinateurs et le développement des composants optoélectroniques vont provoquer la généralisation de deux nouveaux types d'appareils de mesure : les colorimètres et les spectrocolorimètres. Ceux-ci sont dotés de calculateurs permettant de fournir toutes les données colorimétriques selon les illuminants et les différents espaces.

Les colorimètres sont équipés de trois sondes simulant les réponses spectrales de l'observateur standard. Relativement simples, ces appareils permettent néanmoins d'obtenir des résultats satisfaisants dans des applications de comparaison de routine sur des couleurs relativement peu saturées et dont les spectres sont continus.

Les spectrocolorimètres sont des appareils plus sophistiqués dont les performances sont intermédiaires entre celles des colorimètres et des spectrophotomètres. La lumière réfléchie ou transmise par l'échantillon est projetée sur un dispositif optoélectronique comportant une série de diodes filtrées selon des bandes passantes étroites (par exemple, trente diodes filtrées avec des bandes passantes étroites qui vont analyser le spectre selon trente bandes spectrales de dix nanomètres). La précision des spectrocolorimètres dépend évidemment du nombre de points de mesure. Ainsi les modèles qui ne font que quinze mesures avec des bandes passantes de vingt nanomètres seront moins précis que ceux de l'exemple précédent. Les spect [...]

Spectrocolorimètre

Spectrocolorimètre

Dessin

Schéma de principe d'un spectrocolorimètre. La lumière de la source est diffusée par la sphère d'intégration pour éclairer l'échantillon disposé devant une ouverture. La lumière réfléchie par l'échantillon est captée optiquement et projetée sur un réseau de diffraction qui l'analyse... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


Médias de l’article

Colorimétrie : l'espace couleur CIELAB 1976

Colorimétrie : l'espace couleur CIELAB 1976
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Colorimétrie : le système CMC

Colorimétrie : le système CMC
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Spectrocolorimètre

Spectrocolorimètre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de sensitométrie, École nationale supérieure Louis-Lumière, Noisy-le-Grand

Classification


Autres références

«  COLORIMÉTRIE  » est également traité dans :

COULEUR

  • Écrit par 
  • Pierre FLEURY, 
  • Christian IMBERT
  •  • 7 837 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Méthodes de mesure diverses »  : […] La méthode théoriquement la plus satisfaisante pour étudier une lumière colorée consiste à mesurer en fonction de la longueur d'onde, dans le spectre visible, son flux d'énergie monochromatique P λ . Cette mesure se faisant le plus souvent en valeurs relatives, on détermine d'autre part directement la caractéristique photométrique globale : flux lumineux  F ou luminance  L . Les composantes X , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur/#i_20450

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les procédés trichromes »  : […] C'est le Britannique Thomas Young (1773-1829) qui démontra en 1802, à partir de travaux expérimentaux sur la dissection de l'œil, que la physiologie de la perception est régie par un mode trichrome. Les cellules visuelles qui tapissent le fond de la rétine présentent une sensibilité chromatique variable correspondant aux régions bleue, verte ou rouge du spectre lumineux. L'Allemand Hermann von Hel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_20450

PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 6 034 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La balance des blancs »  : […] La fonction de balance des blancs effectuera le réglage colorimétrique par le calcul du taux de chrominance (R et B) par rapport au taux de luminance (V) afin de respecter la balance chromatique et d'éviter une dominante colorée. Les capteurs sont plus sensibles que les films aux défauts d'illuminants (par exemple, prises de vue sous lumière tungstène ou fluorescente sans utilisation de flash) qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-de-prise-de-vue-numerique/#i_20450

PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 8 498 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rendu des couleurs en valeurs »  : […] Tous les sujets sont en couleurs. Aussi lorsqu'on les photographie en noir et blanc, les différentes couleurs sont-elles transposées en différentes valeurs de gris. Théoriquement, pour que cette transposition se réalise correctement, les films devraient présenter une sensibilité spectrale semblable à celle de l'œil humain (cf. couleur ). Pour ce dernier, les verts sont subjectivement plus lumineux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-sensitometrie/#i_20450

TÉLÉVISION - Télévision analogique terrestre

  • Écrit par 
  • Louis GOUSSOT, 
  • Stéphane LACHARNAY, 
  • Dominique NASSE
  •  • 7 947 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'analyse trichrome »  : […] La trichromie est une propriété de la rétine exploitée tant en cinéma qu'en télévision. La colorimétrie en donne les lois physiques linéaires. Trois lumières dites primaires (rouge, vert, bleu ; cf. couleur ) réalisent la synthèse additive à la réception et imposent les règles de formation de trois signaux vidéo de commande indépendants. Ces trois signaux primaires résultent de l'analyse séparé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/television-television-analogique-terrestre/#i_20450

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard LEBLANC, « COLORIMÉTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colorimetrie/