COLORATION, cytologie

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'identification »  : […] Dans de nombreux cas, un diagnostic de présomption peut être porté dès le stade de collection du produit infecté à analyser ; l'examen microscopique extemporané des préparations non fixées (bactéries immobiles ou présentant une mobilité particulière, portant éventuellement une capsule identifiable par sa réfringence, présence de spores, etc.), puis l'examen après fixation et colorations standards […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_46072

CAJAL SANTIAGO RAMON Y (1852-1934)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 422 mots

Biologiste espagnol, né en 1852 à Petilla (Aragon), mort en 1934 à Madrid, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 pour ses travaux sur l'organisation du système nerveux. Il partage ce prix avec l'Italien Camillo Golgi. Diplômé de médecine puis professeur auxiliaire d'anatomie à l'université de Saragosse (1873-1875), Cajal est promu successivement professeur en titre à Valence (1883), profes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajal-ramon-y/#i_46072

CARYOTYPE HUMAIN

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-François MATTEI, 
  • Marie-Geneviève MATTEI, 
  • Anne MONCLA
  •  • 4 780 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les bandes Q  »  : […] En 1970, Caspersson montre, par la coloration des cellules en division à la moutarde de quinacrine, suivie d'une observation en lumière ultraviolette, que la structure des chromosomes est hétérogène. Cette technique permet l'identification précise de tous les chromosomes, en révélant une succession de bandes plus ou moins fluorescentes (appelées bandes Q pour quinacrine), propre à chaque chromoso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caryotype-humain/#i_46072

EHRLICH PAUL (1854-1915)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Savant allemand , prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant de matières colorantes, Paul Ehrlich mène des études médicales à Breslau, à Strasbourg, à Leipzig et les termine à Bres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ehrlich/#i_46072

GOLGI CAMILLO (1843-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Médecin et cytologiste italien, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 (conjointement à l'histologiste espagnol Santiago Ramon y Cajal) pour ses explorations de la structure fine du système nerveux central. Camillo Golgi est né le 7 juillet 1843, à Corteno, en Italie. Alors qu'il exerce comme médecin dans un asile pour incurables à Abbiategrasso (Italie, 1872-1875) et bien qu'il ne dispose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camillo-golgi/#i_46072

GRAM COLORATION DE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 352 mots

Technique de coloration qui est la plus utilisée dans l'étude et la classification des bactéries en deux grands groupes : les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Le principe de cette méthode, mise au point de façon empirique par le médecin danois Gram en 1884, est le suivant : on étale les bactéries sur une lame de verre, on les fixe par la chaleur ou l'alcool, puis on les colore successiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-de-gram/#i_46072

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hématologie cellulaire »  : […] L'hématologiste, entre tous les médecins, jouit d'un remarquable privilège. Il peut à tout moment, en prélevant une goutte de sang, examiner le tissu dont il a charge de prévenir ou de corriger les variations. Ce privilège est singulier. Pour le rein, pour le foie, des prélèvements ne peuvent être faits qu'une fois, deux fois. Pour le cerveau, pour le cœur, ce type d'exploration reste exceptionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_46072

HÉTÉROPYCNOSE

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 656 mots

Portion ou totalité d'un chromosome, qui se trouve dotée, dans une espèce donnée, de façon régulière, d'une colorabilité (aux colorations cytologiques nucléales, comme celle de Feulgen) différente de celle du restant du lot chromosomique, soit pendant certaines phases de la mitose ou de la méiose (souvent la métaphase ou l'anaphase), soit pendant l'interphase (intervalle séparant deux mitoses). L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heteropycnose/#i_46072

IMMUNOCHIMIE - Immunocytologie

  • Écrit par 
  • Stratis AVRAMEAS
  •  • 3 351 mots

Dans le chapitre « Contrôle de la spécificité du marquage »  : […] Avec toutes les techniques immunocytologiques, il est extrêmement difficile d'éviter complètement une coloration non spécifique. Il est donc essentiel de procéder à des contrôles pour pouvoir différencier sans ambiguïté une réaction spécifique immunologique et une coloration non spécifique : – l'anticorps marqué est absorbé avec son antigène homologue ; dans ce cas, aucun marquage spécifique ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunochimie-immunocytologie/#i_46072

LANGERHANS PAUL (1847-1888)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 399 mots

Paul Langerhans, médecin allemand, est né le 25 juillet 1847 à Berlin. Il fait des études de médecine à Iéna et les finit à Berlin, passant sa thèse de doctorat en 1869. À peine diplômé, il voyage au Proche-Orient, revient en Allemagne et est médecin dans une ambulance pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Professeur d’anatomie à Fribourg-en-Brisgau en 1873, il contracte la tuberculose et a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-langerhans/#i_46072

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « « Voir » les molécules »  : […] Des progrès considérables ont été apportés par la microscopie électronique dans la visualisation des macromolécules isolées. Parmi celles-ci, les acides nucléiques, les protéines et certains polysaccharides ont fait l'objet de très nombreuses études. Il est important de bien comprendre que la microscopie électronique ne remplacera jamais les méthodes biophysiques d'analyse structurale des moléc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_46072

MITOCHONDRIES

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 10 941 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Aspects dans la cellule vivante »  : […] La présence des mitochondries est détectée dans toutes les cellules eucaryotes. Dès 1912, Kinsbury, en utilisant le vert Janus, mettait en relief le rôle des mitochondries dans les oxydations cellulaires. Le vert Janus ne colore les mitochondries que dans la mesure où elles consomment de l'oxygène. Ce colorant est en effet un couple redox qui, en absence d'oxygène, donne un leucodérivé incolore. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitochondries/#i_46072

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 318 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tuberculose »  : […] La tuberculose est une mycobactériose que provoquent chez l'homme et chez l'animal deux mycobactéries pathogènes, Mycobacterium tuberculosis et M. bovis . Jusqu'à la moitié du xx e  siècle, environ 20 p. 100 des cas de tuberculose étaient produits par M. tuberculosis introduit p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycobacteries/#i_46072

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Examen morphologique des tissus »  : […] Cette phase de la recherche histologique fait appel au renforcement des contrastes, c'est-à-dire à la coloration. En effet, l'examen des coupes aux microscopes à contraste de phases ou à contraste interférentiel n'a qu'un intérêt limité, car il permet seulement la reconnaissance des structures. Il en est de même du microscope à fond noir, qui ne s'impose que pour l'examen de tissus renfermant des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-animaux/#i_46072

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mise en évidence du B.K. par coloration »  : […] Alors que le bacille de la lèpre, grâce à sa réfringence, peut dans certaines circonstances favorables être vu sans coloration préalable, ce qui a permis sa découverte neuf ans avant celui de la tuberculose, il n'en est pas de même pour ce dernier. La mise en évidence du bacille de Koch par coloration est plus difficile que pour les autres microbes. Elles nécessite une surcoloration de la prépara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_46072