COLLAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le collage, une tradition moderne

Les débats dont le collage fit l'objet au xxe siècle témoignent du rôle central qu'il a joué dans les développements de l'art moderne et contemporain. La question de son « autonomie » fut en effet posée lorsque, en 1961, le critique américain William Seitz décida de réunir sous le terme générique d'« assemblage » des objets aussi divers que le papier collé cubiste, les Combines de Rauschenberg réalisées à la fin des années 1950, le ready-made ou l'objet surréaliste. Fruits selon lui d'une démarche unitaire consistant à choisir, déplacer et renommer des objets préexistants, ils témoignaient en outre d'une esthétique de la banalité et d'une poétique de la fragmentation propre à la sensibilité moderne. Non dépourvue de fondement, cette vision nominaliste oubliait cependant de resituer la naissance de ces objets dans leurs contextes respectifs ; or, dès lors que l'on prend en compte son origine picturale, le collage ne peut être réduit à un assemblage : avatar pour le moins dégradé du tableau classique, il possède néanmoins les attributs de l'icône. De ce point de vue, il est doté d'une ambivalence intrinsèque, dont le ready-made et l'objet surréaliste sont exempts.

Située au début des années 1910, sa naissance s'inscrit dans la formidable accélération que connut l'histoire dès la fin du xixe siècle, et du collapsus, aussi enivrant qu'inquiétant, qu'elle provoqua dans la mentalité collective. D'emblée, ses matériaux, voire ses supports, ont été élus parmi les rebuts usagés d'une économie machiniste – et foncièrement urbaine – concourant à la fois à la prolifération des signes et à leur obsolescence de plus en plus rapide. Le geste artistique s'est bientôt associé à cette dynamique en adoptant une vitesse et des protocoles d'exécution qui rendaient caduc, de fait, l'apprentissage du « métier » d'artiste. De plus, loin d'opérer cette révolution dans un champ d'action limité au cadre traditionnel des beaux-arts, la technique du collage s'est vite révélée applicable à des domaines qui le débordaien [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  COLLAGE  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

ARP HANS (1887-1966)

  • Écrit par 
  • Anne BOÉDEC
  •  • 1 967 mots

Dans le chapitre « L'abstrait »  : […] Réfugié en Suisse après la déclaration de guerre, Arp expose en novembre 1915, à la galerie Tanner de Zurich, ses premiers collages, faits de papiers et d'étoffes imprimées, différents des collages cubistes par l'absence de référence à un objet. À l'occasion de cette exposition, il rencontre Sophie Taeuber (1889-1943), dont les œuvres, déjà totalement abstraites, l'influencent ; ensemble ils exéc […] Lire la suite

BERLIN ALEXANDERPLATZ, Alfred Döblin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman de la ville »  : […] Berlin Alexanderplatz est publié sept ans après l' Ulysse (1922) de James Joyce (1822-1941), et quatre ans après Manhattan Transfer (1925) de John Dos Passos (1896-1970). Lors de sa parution en Allemagne, il a été fréquemment comparé à ces œuvres, tenues pour des piliers du roman moderne. Döblin a reconnu qu'il avait découvert Joyce une fois qu'il avait écrit le quart de son propre livre, mais […] Lire la suite

BESTER WILLIE (1956- )

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 195 mots

Le peintre et sculpteur Willie Bester, aîné d'une famille de sept enfants, est né en 1956 à Montagu, province du Cap, Afrique du Sud. Il avait dix ans quand le Group Areas Act du gouvernement d'apartheid obligea les siens à quitter leur ferme pour intégrer un homeland où étaient regroupés dans des zones d'habitation exclusives ceux qui n'étaient pas nés blancs. Très jeune adolescent, il dut quitt […] Lire la suite

BRAQUE GEORGES (1882-1963)

  • Écrit par 
  • Dominique BOZO
  •  • 3 251 mots

Dans le chapitre « Braque et Picasso »  : […] Braque progresse désormais dans ce que l'on nomme le précubisme ou cubisme cézannien durant toute l'année 1909. À propos de Port en Normandie (The Art Institute, Chicago), Vauxcelles parle cette fois de « bizarreries cubiques ». Dans cette toile comme dans les différentes versions du Château de la Roche-Guyon (Moderna Museet, Stockholm), Braque prend conscience de ce que l'espace entre les objet […] Lire la suite

BURAGLIO PIERRE (1939- )

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 736 mots

Originaire de la banlieue parisienne – Charenton, dans le Val-de-Marne –, le peintre Pierre Buraglio, né en 1939, travaille à Paris. Il est professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts, où il avait été élève à partir de 1959 dans l'atelier de Roger Chastel, en compagnie de Viallat, Buren, Parmentier, Bioulès et Rouan, qui transformèrent en profondeur la scène artistique française à par […] Lire la suite

CIESLEWICZ ROMAN (1930-1996)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 702 mots

Dans le chapitre « L'école polonaise »  : […] Né à Lwów, en Pologne (aujourd'hui Lvov, en Ukraine), Roman Cieslewicz suit l'enseignement de l'Académie des beaux-arts de Cracovie, dont il obtient le diplôme dans le cadre de l'atelier d'affiches, en 1955. Installé à Varsovie, il dessine des affiches pour les Éditions artistiques et graphiques d'État (W.A.G.), pour la Centrale de distribution des films (C.W.F.), pour des théâtres et des maison […] Lire la suite

CORNELL JOSEPH (1903-1972)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  • , Universalis
  •  • 1 397 mots

Dans le chapitre « La fantaisie du promeneur »  : […] Artiste américain, Joseph Cornell, né à Nyack, au nord de New York, a vécu son enfance auprès d'un père, élégant designer de textiles, et d'une mère dont le hobby était d'écrire des scénarios. Musiciens, ils l'emmenaient au Metropolitan Opera pour écouter Enrico Caruso et Geraldine Farrar. Enfance de conte de fées, dont Andersen et les frères Grimm étaient pour Cornell les trois enchanteurs. Mais […] Lire la suite

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Picasso et Braque »  : […] C'est au cours de la période du cubisme analytique, et particulièrement autour de 1911, que l'amitié entre Braque et Picasso fut la plus étroite. Aussi les œuvres qu'ils firent à cette époque sont-elles si voisines qu'on a du mal à les distinguer les unes des autres. Toutefois, la disposition plus géométrique des plans angulaires qu'on peut observer dans les œuvres de Picasso – le Portrait de M.  […] Lire la suite

DARBOVEN HANNE (1941-2009)

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 770 mots

Dès ses débuts, l'œuvre de l'Allemande Hanne Darboven (née en 1941 à Munich), qui vit près de Hambourg, n'a cessé de susciter l'intérêt tant il se démarque des formes de création dites d'avant-garde. Après des études aux Beaux-Arts de Hambourg, Hanne Darboven part en 1966 pour New York où C. Andre et S. LeWitt s'intéressent à son travail, qui se rapproche alors des tendances conceptuelles (pages d […] Lire la suite

DAVIS STUART (1894-1964)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 464 mots

Peintre américain né le 7 décembre 1894 à Philadelphie (Pennsylvanie), mort le 24 juin 1964 à New York. Stuart Davis grandit dans un milieu artistique. Son père, artiste graphique et directeur artistique d'un journal de Philadelphie, travaille avec William Glackens, George Luks, John Sloan et Everett Shinn, qui feront partie des peintres de l'Ashcan School. Encouragé dans sa vocation artistique p […] Lire la suite

DIX OTTO (1891-1969)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 784 mots

Dans le chapitre « « DadaDix » »  : […] Otto Dix est né le 2 décembre 1891 dans une famille ouvrière de Gera, près de Dresde. Son père était mouleur dans une fonderie. Son intérêt pour l'art lui est venu, enfant, d'un cousin, Fritz Amann, peintre régionaliste auquel il rendait souvent visite dans son atelier. Après ses études primaires, il se tourna vers un apprentissage de peintre décorateur. Cet apprentissage terminé, il obtint à l'au […] Lire la suite

DOUCET JACQUES (1924-1994)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 406 mots

Peintre français. Pour Jacques Doucet, seuls comptent les jeux de la matière, ceux dont il peut varier à l'infini les textures et ceux dont il tire parti avec subtilité et fantaisie dans ses peintures, ses papiers collés et ses « pétrifications ». Artiste solitaire, encouragé dès 1941 par Max Jacob, qui lui trouve de l'humour, il est un des rares peintres français à se sentir, en compagnie d'Atlan […] Lire la suite

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « Le collage comme défi à la peinture »  : […] Aragon, qui a été l'un des premiers théoriciens du collage, consacre à cette notion ses premiers textes de critique d'art. Cette pratique devient ainsi le pivot de son analyse de la modernité dans la création artistique. En 1926, il consacre un texte au maître de l'illusion et de l'erreur : Max Ernst. Contrairement aux cubistes, qui utilisaient des papiers de couleur dans une optique chromatique, […] Lire la suite

ERNST MAX (1891-1976)

  • Écrit par 
  • Günter METKEN
  •  • 1 493 mots

Dans le chapitre « Peintures et collages »  : […] Max Ernst est né à Brühl (Rhénanie) en 1891. Pendant ses études de philosophie et de psychologie à l'université de Bonn, il rencontre August Macke et Hans Arp. En 1913 il fait un séjour à Paris. Après la guerre, il participe au mouvement dada à Cologne, devient l'ami de Paul Eluard et s'installe en France en 1922. De 1924 à 1938, il est membre du groupe surréaliste. Puis, en 1938, il se retire à […] Lire la suite

ERRÓ GUNDMUNDUR GUNDMUNSSON dit (1932- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 054 mots

Après avoir étudié la peinture à l'Académie de Reykjavik et contribué au sauvetage des passagers d'avions qui s'écrasent parfois sur les sommets de l'Islande ou récupéré la cargaison des bateaux qui font naufrage sur ses rives, Gundmundur Gundmunsson, peintre islandais né le 19 juillet 1932 à Olafsvik, dit Ferró, puis Erró, devenu professeur d'art en 1951, a d'abord peint des fresques à l'Académie […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

GRIS JUAN (1887-1927)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 2 042 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mathématique picturale »  : […] De 1912 à 1916, Gris poursuit ses recherches avec une ardeur et dans une indépendance d'esprit rares. Sa situation matérielle est assurée : il a signé un contrat d'exclusivité avec D.-H. Kahnweiler, son futur biographe ; ses envois à la Section d'or sont remarqués, les collectionneurs s'intéressent à lui. C'est une période d'intense création, pendant laquelle la contribution du peintre au développ […] Lire la suite

HAMILTON RICHARD (1922-2011)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 702 mots

Dans le chapitre « Le « Big Daddy of Pop » (M.G. McNay) ? »  : […] À partir de 1966, Hamilton abandonne ses différentes charges d'enseignement, ainsi que ses fonctions de designer d'exposition, pour se consacrer entièrement à la création. L'ampleur de ses activités de diffusion et de pédagogue ne doit pas éclipser l'importance de son œuvre picturale. Après avoir entamé, au début des années 1950, une réflexion sur l'abstraction géométrique, Hamilton réagit rapide […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « COLLAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/