CŒLACANTHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cœlacanthe : répartition

Cœlacanthe : répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cœlacanthe

Cœlacanthe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cœlacanthe : squelette et viscères

Cœlacanthe : squelette et viscères
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Biologie et écologie

Latimeria chalumnae est ovovivipare : les embryons se développent en effet dans l'oviducte de la femelle et leur source principale de nourriture est constituée par les réserves contenues dans les œufs (ovocytes). Ces derniers atteignent une taille considérable (9 cm de diamètre) pour un poids qui varie de 300 à 345 g. Dix-neuf œufs de cette grosseur, de couleur rouge sombre, ont été trouvés dans la cavité abdominale d'une femelle de 163 cm de longueur capturée en 1972 lors de l'expédition franco-anglo-américaine aux Comores. Quelques années plus tard, en 1975, cinq petits cœlacanthes d'une trentaine de centimètres de longueur étaient découverts dans l'oviducte d'une femelle acquise par l'American Museum of Natural History. Tous étaient munis d'un sac vitellin encore volumineux appendu à la partie antérieure de l'abdomen. Plus récemment, une femelle de 179 cm de longueur, capturée sur les côtes du Mozambique, a fourni 26 juvéniles presque à terme (leur sac vitellin était, dans la plupart des cas, résorbé), mesurant de 31 à 36 cm de longueur. Le plus petit cœlacanthe connu, pêché en 1974, mesurait 42 cm pour un poids de 800 g. L'étude des stries d'accroissement des écailles (scalimétrie) a permis de déterminer l'âge de douze spécimens de collections du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Le plus jeune individu (un embryon de la femelle des collections de l'American Museum) était âgé de moins d'un mois et le plus vieux (une femelle de 180 cm) de 10 ans et 11 mois.

Le long de la côte ouest de la Grande Comore, les cœlacanthes se trouvent pendant le jour dans des anfractuosités de la pente volcanique de l'île, entre 180 et 210 mètres de profondeur. Ils constituent de petits groupes dont le nombre d'individus varie, car les poissons quittent ces refuges provisoires la nuit pour chasser individuellement. La distribution bathymétrique dépend en premier lieu de la présence de ces abris et de l'abondance des proies : en dessous de 220 mètres, les cavernes sont moins nombreuses et les proies moins abondant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COELACANTHE  » est également traité dans :

FOSSILES

  • Écrit par 
  • Raymond FURON, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fossiles vivants »  : […] Découvert en 1957 par l'Américain Sanders sur les côtes du Massachusetts, Hutchinsoniella est un Crustacé de trois millimètres de long au biotope tout à fait original : il vit en effet dans la vase en train de floculer, par trente à quarante mètres de fond. La morphologie d' Hutchinsoniella frappe par son aspect primitif : il est très allongé et possède […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fossiles/#i_16550

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 887 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] Les relations de parenté entre les divers groupes de sarcoptérygiens actuels et fossiles sont toujours l'objet d'importantes recherches, car elles conditionnent l'étude de l'émergence des tétrapodes et de l'adaptation des vertébrés à la vie en milieu terrestre. Au début du xix e  siècle, les premières hypothèses scientifiques sur l'homologie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcopterygiens/#i_16550

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ROBINEAU, « CŒLACANTHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coelacanthe/