CODE NOIR (1685)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le texte

Les sept premiers articles imposent aux propriétaires et aux gens d'Église les mesures à prendre pour faire entrer tous les esclaves dans le catholicisme et bannir des îles toutes autres croyances. Les suivants contraignent le propriétaire à gérer la vie de ses esclaves au mieux de ses intérêts dans la sauvegarde de leur durée physique, qui ne saurait être raccourcie autrement qu'en épuisement au travail ou par l'exécution légale. Parfait dans son agencement, le Code noir étale son effrayante logique si on le lit en groupant ses soixante articles sous treize titres d'inégale longueur :

– Sept articles (1-7) pour l'économie de salut, comme déjà dit.

– Six articles (8-13) règlent concubinage, mariage et effets civils de l'un et l'autre sur les esclaves.

Un seul article (14) pour l'inhumation des esclaves. Ainsi donc, du premier au quatorzième article, les arrangements sont établis entre les deux économies (salut et propriété) dont les effets convergent aux moments clés de l'entrée en catholicisme, de la naissance, du mariage, de la mort.

Les articles 15 à 21 réglementent les allées et venues, les déplacements des esclaves drastiquement surveillés, totalement soumis à l'arbitraire des maîtres.

Une bête de somme, ça mange et ça aime se protéger des intempéries : les articles 22 à 27 déterminent en détail ce que doivent être la nourriture et l'habillement des esclaves.

Nourri et habillé, l'esclave pourrait-il se débrouiller pour se constituer un petit pécule ? Les articles 28 et 29 scellent l'incapacité de l'esclave à la moindre propriété.

S'il était homme, l'esclave pourrait avoir recours à la justice, mais il ne l'est pas : deux articles, 30 et 31, proclament son incapacité juridique.

Et néanmoins il a une existence juridique : il est pénalement responsable, disent les articles 32 à 37. Il ne peut donc poursuivre parce qu'il n'est pas homme, mais sa bestialité ne le met pas à l'abri de la poursuite.

Aux articles 38 et 39, le Code noir énumère les peines (amputations, mort) à appliquer aux esc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie politique, universités de Paris-I et de Toulouse-II

Classification


Autres références

«  CODE NOIR (1685)  » est également traité dans :

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le Code noir »  : […] La première protection légale des esclaves fut « octroyée » par la fameuse ordonnance de mars 1685, ou « Code noir ». Or, la lecture de ce code, à notre époque « sociale », est très décevante. Ce texte ne semble apporter aucun progrès par rapport aux coutumes les plus barbares. À la première évasion de l'esclave, et si celle-ci durait plus d'un mois, il avait les oreilles coupées et était marqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclavage/#i_33457

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Colbert et le domaine colonial »  : […] Ce n'est qu'avec Colbert qu'on peut parler sinon d'un empire, tout au moins d'un véritable domaine colonial français. Administrativement, Colbert réalise la fusion des affaires maritimes et des entreprises coloniales. Cependant, le domaine colonial ne présentera jamais une véritable unité administrative. La colonisation apparaît comme une des conditions de la prospérité économique de la France. Dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_33457

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 673 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La colonisation française aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Le laxisme espagnol a facilité l'installation des aventuriers venus des pays d'Europe du Nord qui n'avaient pas pris part à la découverte. Installés dans l'île de la Tortue, les flibustiers français, hollandais et anglais lançaient des expéditions contre les galions chargés d'or des Espagnols et se répartissaient en butin de guerre les produits de leur rapine. L'île de la Tortue fut longtemps ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_33457

TATOUAGE

  • Écrit par 
  • Catherine GROGNARD, 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marque d'infamie »  : […] Le tatouage, comme toute autre marque corporelle, est interdit par la Bible (Deutéronome XIV 1, et Lévitique XIX 28) puisque il suppose l'altération de la figure de Yahvé dont l'homme est à l'image. Les marques tégumentaires sont prohibées par les trois religions du Livre. Même si les paléochrétiens inscrivent des croix sur leur corps, le concile de Calcuth (Northumberland) en 787 se prononce cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tatouage/#i_33457

TRAITE DES ESCLAVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 248 mots

8 août 1444 Vente publique d'Africains (blancs et noirs) à Lisbonne. 1518 Charles Quint crée le système de l 'asiento (monopole de l'État et concession à des particuliers). 1602 Création de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, modèle des compagnies concessionnaires qui pratiqueront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-esclaves-reperes-chronologiques/#i_33457

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis SALA-MOLINS, « CODE NOIR (1685) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-noir/