CLONAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grandes étapes du clonage chez les vertébrés

À la fin du xxe siècle, l'obtention de Dolly, le premier mammifère cloné, est l'aboutissement de recherches entreprises depuis les années 1930 afin d'obtenir une progéniture copiée à partir d'un seul animal. D'abord menés sur des batraciens, les travaux sur le clonage consistent à introduire l'information génétique d'un noyau dans une cellule receveuse (ovule) et à faire fonctionner cette chimère comme s'il s'agissait d'un œuf résultant de la fécondation. Les plus importants de ces travaux, qui fondent l'histoire du clonage, sont rappelés ici.

1934. J. Hämmerling, en dissociant le noyau et le cytoplasme d'une algue unicellulaire, montre que le noyau contrôle l'activité du cytoplasme.

1938. L'Allemand Hans Spemann, dans son ouvrage Embryonic Development and Induction, résume ses expériences qui, à partir de ligature partielle d'œufs fécondés de salamandre, montrent que les noyaux des cellules issues des premières divisions de cet œuf (stade 16 cellules) peuvent à leur tour induire un développement embryonnaire après leur introduction dans une fraction énucléée d'un œuf fécondé.

1942. J. Comandon et Pierre de Fontbrune définissent les bases de la technique de transfert de noyau, qu'ils avaient mise au point dès 1939, et conçoivent le principe des équipements, encore utilisés de nos jours, pour le façonnage des instruments en verre (microforge) et leur positionnement sous le microscope (micromanipulateurs).

1943. Le biologiste et moraliste français Jean Rostand tente les premiers essais de transfert de noyaux d'embryons de grenouille dans des œufs énucléés. Il contribuera activement, par la suite, à faire connaître au public la technique du clonage.

1952. Les Américains Robert William Briggs et Thomas J. King réussissent la première expérience de clonage par transfert de noyaux en obtenant, chez la grenouille, un développement au stade larvaire après transfert de noyaux issus de cellules en cour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Ian Wilmut et la brebis Dolly

Ian Wilmut et la brebis Dolly
Crédits : S. Ferry/ Liaison/ Getty

photographie

Clonage : la brebis Dolly

Clonage : la brebis Dolly
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Techniques de clonage des mammifères

Techniques de clonage des mammifères
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine
  • : directeur de recherche honoraire de l'Institut national de la recherche agronomique, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  CLONAGE  » est également traité dans :

DOLLY

  • Écrit par 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

En juillet 1996 naissait, dans les laboratoires du Roslin Institute d'Édimbourg (Écosse), le premier mammifère cloné, la brebis Dolly , obtenu par transfert du noyau d'une cellule somatique (cellule adulte non sexuelle, ici une cellule de mamelle) dans un ovocyte (ovule) préalablement énucléé. Cette technique de clonage permet d'obtenir, à partir des noyaux d'un organisme adulte, des individus qui […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 août 2004 Royaume-Uni. Autorisation du clonage humain à des fins thérapeutiques

La Haute Autorité en charge des activités d'assistance médicale à la procréation et à la recherche en embryologie accède à la demande émise par une équipe de biologistes de l'université de Newcastle de créer des embryons humains à des fins de recherche médicale. Elle met ainsi pour la première fois en application une législation sans précédent dans […] Lire la suite

9 juillet 2004 France. Révision de la loi sur la bioéthique

clonage reproductif appliqué à l'homme de « crime contre l'espèce humaine » et le clonage thérapeutique de « délit ».  […] Lire la suite

7-8 février 2001 France. Polémique autour du clonage thérapeutique

clonage thérapeutique, qui « rend matériellement possible le clonage reproductif et risque de conduire à des trafics d'ovocytes ».  […] Lire la suite

16-23 août 2000 Royaume-Uni – États-Unis. Avancées dans le domaine de la bioéthique

clonage d'embryons humains à des fins thérapeutiques, et non reproductives. La technique consiste à produire in vitro des cellules souches humaines qui pourront être introduites dans un organisme, sans risque de rejet, afin de traiter des affections telles que le diabète, l'hépatite ou des maladies dégénératives jusqu'à présent incurables comme les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, Jean-Paul RENARD, « CLONAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clonage/