VIVIER CLAUDE (1948-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analyses

Afin d'avoir une idée plus précise de cette musique singulière, procédons à une analyse de quelques œuvres de Claude Vivier.

Shiraz (1977), pour piano seul, dédiée à Louis-Philippe Pelletier, est la première d'une série de pièces portant des noms de ville (à l'orthographe parfois déformée : Paramirabo, pour flûte, violon, violoncelle et piano, 1978 ; Bouchara, pour soprano, quintette à vent, quintette à cordes, percussion et bande préparée, 1981 ; Samarkand, pour quintette à vent et piano, 1981). Elle s'appuie sur une écriture strictement à quatre voix (deux voix par main). Lentement, de cette homophonie naît un contrepoint à deux voix. Et l'œuvre s'achève sur un choral que le contexte qui précède rend dès lors quelque peu énigmatique. Cela dit, Shiraz est bel et bien une toccata, mais son propos premier, s'appuyant sur une gageure extramusicale, s'articule à partir d'un unique questionnement : comment construire une œuvre avec un matériau réduit à trois mouvements des mains (stables, opposées, parallèles) ? La réponse, Claude Vivier nous l'a donnée en inventant un axe horizontal, imaginaire, par rapport auquel ces éléments vont se dérouler de façon discontinue en créant des sections et des sous-sections qui perturbent les profils de l'œuvre et l'emplissent de faux départs, de fausses sorties, de retours brusques et de creux abrupts. Il est ici inutile de chercher une transition quelconque. Tout le « jeu » se fonde alors sur la saturation et la raréfaction de l'espace sonore, sur la répétition et le changement constant de ses éléments constitutifs, sur la réfraction d'une écriture où l'absence de direction est devenue règle. Ce qui donne à cette partition son aspect paradoxal, à la fois fractionné et statique. Une musique qui ne cesse de s'énoncer et qui, par ce refus même de développer un discours, nous amène à percevoir les sons comme le seul propos.

Lonely Child est un véritable hymne à la pureté de l'enfance et à l'immortalité (dont elle est, pour Claude Vivier, le symbole) ; cette page pour soprano, percussion [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  VIVIER CLAUDE (1948-1983)  » est également traité dans :

NOUVELLE SIMPLICITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 514 mots

En 1981 paraît chez Universal Edition, à Vienne, dans la revue Studien zur Wertungsforschung dirigée par Otto Kolleritsch, une série d'articles rassemblés sous le titre Zur « neuen Einfachheit » in der Musik , que l'on peut traduire par « Vers une nouvelle simplicité en musique ». Ce manifeste est signé par les compositeurs et musicologues Peter Andraschke, Elmar Budde, Wolf Frobenius, Detlef Goj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-simplicite-musique/#i_2921

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « VIVIER CLAUDE - (1948-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-vivier/