SIMON CLAUDE (1913-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le présent de l'écriture

À partir de La Bataille de Pharsale (1969) – livre de transition : on y retrouve encore Corinne et l'oncle Charles –, le ton de Simon change. Les Corps conducteurs (1971), Triptyque (1973), Leçon de choses (1975) sont des jeux surprenants sur des formes géométriques ou sur des structures, proches des « collages » en peinture. On n'y trouve plus la quête du passé : le passé est irrémédiablement perdu. Seul existe le présent, le présent de l'écriture. Ces livres restent, à leur manière, de caractère autobiographique : Simon a effectué le voyage en Grèce de La Bataille de Pharsale, il s'est rendu à un congrès en Amérique latine, et c'est sa propre marche dans New York qui est décrite dans Les Corps conducteurs ; des souvenirs de son enfance dans le Jura constituent une des fictions croisées de Triptyque. Mais l'« autobiographie » n'est plus ici recherche du passé : elle devient description de ce que ressent l'auteur au moment même où il écrit. L'écrivain a pris conscience que l'on n'écrit jamais sur le passé disparu, mais sur ce que, dans l'instant de l'écriture, on ressent de ce passé : « Stendhal, explique-t-il, est en train de rédiger sa Vie d'Henry Brulard et entreprend de raconter avec le plus d'exactitude possible son passage du Saint-Bernard. Et il arrive ceci : il se rend compte tout à coup qu'il décrit non pas ce qu'il a lui-même vécu, mais une gravure de cet événement qu'il a vue depuis et qui, dit-il, a pris la place de la réalité. Voilà : nous écrivons toujours quelque chose qui a pris la place de la réalité et qui l'occupe dans notre cerveau. »

Femmes (publié aux éditions Maeght en 1966, puis, en 1983 aux éditions de Minuit, sous le titre La Chevelure de Bérénice) dit au présent les sensations que font naître en lui des toiles de Miró qu'il a sous les yeux au moment où il écrit. Dans Les Corps conducteurs, Simon, impressionné par la structure géométrique de l'architecture new-yorkaise, écrit en phrases courtes, sèches, « à angles droits ». Inspiré au départ par un tableau de Rauschenberg et[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé de lettres modernes, éditeur

Classification


Autres références

«  SIMON CLAUDE (1913-2005)  » est également traité dans :

L'ACACIA, Claude Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe MERCIER
  •  • 1 360 mots
  •  • 1 média

Dans le paysage des lettres françaises de la seconde moitié du xxe siècle, l'œuvre de Claude Simon (1913-2005), couronnée en 1985 par le prix Nobel, s'affirme comme l'une des plus puissantes. Paru en 1989, L'Acacia est une tentative pour retourner aux sources de la mémoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-acacia/#i_39587

HISTOIRE, Claude Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 841 mots
  •  • 1 média

Couronné par le prix Médicis, Histoire constitue un tournant dans l'œuvre de Claude Simon (1913-2005) : appartenant au cycle « familial » ouvert par L'Herbe, le roman annonce par sa construction La Bataille de Pharsale et par sa thématique familiale et mémorielle les œuvres de la maturité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire/#i_39587

LE JARDIN DES PLANTES (C. Simon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 338 mots

Le Jardin des Plantes de Claude Simon (éditions de Minuit , Paris) a constitué l'événement de la rentrée littéraire 1997. L'attribution à l'écrivain du prix Nobel de littérature en 1989 avait scandalisé une partie de la critique littéraire. Puis, insensiblement, elle a fait de lui un « classique » et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-jardin-des-plantes/#i_39587

LE TRAMWAY (C. Simon)

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 1 002 mots

Un enfant dont la mère est en train de mourir se rend au collège en tramway ; un vieil homme renaît à la conscience dans la chambre de transit d'un hôpital. Autour de ces deux images, Le Tramway (Minuit, Paris, 2001), Claude Simon compose la fresque fragile et émouvante d'une mémoire. Après soixante ans d'écriture « à base de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tramway/#i_39587

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « De la poésie au roman »  : […] est parfois à l'œuvre dans des textes antérieurs, bien sûr, et que résument ces lignes de Claude Simon : « Est-ce qu'il n'est donc pas permis de se demander non seulement si, de même qu'indépendamment des choses représentées (nature morte, paysage, nu) il existe une logique de la peinture en soi, il n'existerait pas aussi une certaine logique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description/#i_39587

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] La mise en question de l'intrigue engageait une nouvelle conception du temps du récit. Claude Simon déclare en 1972 : « Assez vite (et dans Le Vent j'ai expressément formulé cela dans quelques pages) j'ai été frappé par l'opposition, l'incompatibilité même, qu'il y a entre la discontinuité du monde perçu et la continuité de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_39587

Pour citer l’article

Christophe MERCIER, « SIMON CLAUDE - (1913-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-simon/