PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Almageste »

Le principal traité de Ptolémée portait dans sa version grecque originale le titre modeste de Syntaxe mathématique ; son succès en a fait la « Grande Composition », puis simplement, en arabe, la « Très Grande », Almagesti.

La dernière observation astronomique consignée dans ce livre pouvant être datée du 22 mars 141, on possède une donnée sûre pour situer l'activité de l'auteur au milieu du iie siècle. Ptolémée naquit probablement vers 110, peut-être en Thébaïde, à Ptolemaïs d'Hermias, mais certainement pas à Peluse comme on l'a cru longtemps. La tradition de ses disciples atteste son rôle à Alexandrie et ses ouvrages postérieurs à l'Almageste supposent qu'il vécut au moins jusqu'en 160.

Syntaxe, ou Composition, est bien le titre qui convient à l'Almageste. À côté des exposés concernant le catalogue des étoiles et les mouvements des astres (Soleil, Lune, planètes), il contient un traité complet de trigonométrie plane et sphérique, puis la description des instruments nécessaires à un grand observatoire : armilles, quarts de cercles mobiles, équatoriaux, astrolabes, globes célestes à pôles mobiles, dioptres pour l'observation des diamètres apparents. Ce rassemblement, unique en son genre dans l'Antiquité, explique déjà pour beaucoup le renom de l'ouvrage. Mais ce renom tient surtout à la manière dont l'auteur met en œuvre les résultats de ses prédécesseurs, particulièrement ceux de l'astronome Hipparque, qu'il cite maintes fois. Car s'il emprunte manifestement à ce dernier la découverte de l'excentricité des trajectoires apparentes du Soleil et de la Lune par rapport à la Terre et l'idée de composer ces trajectoires à l'aide de deux mouvements circulaires (l'un, le déférent, pour l'astre moyen ; l'autre, l'épicycle, autour de l'astre moyen), il complète et perfectionne. Suffisamment pour dresser du mouvement de la Lune des tables plus exactes et déterminer à l'avance avec plus de certitude les époques des éclipses et leurs caractéristiques.

Épicycle de sens direct

Dessin : Épicycle de sens direct

Epicycle de sens direct. Le mouvement de l'épicycle sur le déférent permet d'interpréter les rétrogradations apparentes de la planète. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sans doute Ptolémée est-il obligé, pour parvenir à ce perfectionnement qu'il applique ensuite aux planètes, de compliquer la représentation du mouvement de la Lune en supposant que le cercle déférent lui-même est excentré par rapport à la Terre et que son centre est mobile ; mais il montre que quatre données de l'observation suffisent pour déterminer mathématiquement les éléments de la composition des mouvements circulaires uniformes. Et c'est là une compensation remarquable.

Système de Ptolémée

Dessin : Système de Ptolémée

Système de Ptolémée. Mouvements circulaires avec épicycles et déférents. Les centres des déférents sont eux-mêmes mobiles. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De manière analogue, si les variations de latitude des planètes amènent Ptolémée à introduire un balancement du plan de leurs épicycles, cette complication supplémentaire ne se traduit pas par une difficulté grave dans le calcul, et c'est à un quart de degré près que le système permet en définitive de dresser les tables des mouvements planétaires.

L'ensemble relève d'une habileté calculatrice séduisante. Si cette habileté n'est aujourd'hui connue que des spécialistes de l'astronomie, du moins est-il à la portée de tous de comprendre combien la Terre immobile au centre du monde est une formule fallacieuse pour schématiser la pensée ptoléméenne. C'est chez Copernic que le centre du monde coïncide nécessairement avec un centre de rotations uniformes. Les excentricités des représentations de Ptolémée préparaient mieux, à ce point de vue, les voies de Kepler.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Médias de l’article

Ptolémée, Juste de Gand

Ptolémée, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Épicycle de sens direct

Épicycle de sens direct
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)  » est également traité dans :

SYSTÈME GÉOCENTRIQUE DE PTOLÉMÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 212 mots
  •  • 2 médias

Dans sa Syntaxe mathématique, plus connue sous le titre d'Almageste, et dans laquelle la dernière observation consignée date de 141, Claude Ptolémée (iie siècle) expose l'ensemble des connaissances astronomiques de son époque. Il décrit en particulier le mouvement […] Lire la suite

ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 765 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mathématique alexandrine »  : […] L'enseignement supérieur des mathématiques comprenait évidemment la lecture commentée des écrits majeurs des grands classiques : Éléments d'Euclide, ouvrages d'Archimède, traités des Coniques d'Euclide d'abord, d'Apollonios ensuite. Nous savons par exemple que Théodose commenta la Méthode mécanique (ou Lettre à Ératosthène ) d'Archimède, que Théon d'Alexandrie procura de nouvelles éditions des Él […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Le rapport planète-signe avant Ptolémée »  : […] Les luminaires ont certainement constitué le noyau d'un premier stade astrologique. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'on a élaboré une astrologie incluant des astres moins présents. Or il nous apparaît que, dans l'arsenal astrologique, cette dualité n'a jamais tout à fait disparu, et que la Lune fait parfois double emploi avec Vénus, ou le Soleil avec Jupiter. Le dispositif de domiciles plané […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Aristarque de Samos (env. 310-230 av. J.-C.) est le premier grand astronome de l'école d'Alexandrie. C'est aussi le précurseur de Copernic, de dix-sept siècles en avance sur ses contemporains quand il affirme que la Terre, loin d'être fixe, non seulement tourne sur elle-même comme l'a proposé Héraclide, mais aussi décrit une orbite circulaire autour du Soleil, qui devient le centre de tous les mo […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie ancienne »  : […] Dès l’Antiquité, les hommes ont cherché à représenter leur territoire et à mémoriser des itinéraires. Jusqu'au xvii e  siècle, les cartographes se sont surtout préoccupés de donner une image d'ensemble de la Terre au fur et à mesure de sa découverte. Ils procédaient par compilation des connaissances acquises par les voyageurs et les marins, reportées sur des canevas de projection construits à part […] Lire la suite

CONSTELLATIONS

  • Écrit par 
  • Owen GINGERICH, 
  • Warren Melvin YOUNG
  •  • 3 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines grecques »  : […] La littérature grecque ancienne reflète l'importance des étoiles pour une civilisation d'agriculteurs et de marins. Homère ( viii e  siècle av. J.-C. ?) désigne plusieurs constellations par des noms qui demeurent en vigueur aujourd'hui, et les étoiles circumpolaires sont pour la première fois mentionnées dans l' Odyssée (Chant V, trad. Leconte de Lisle) : « Et le divin Odysseus, joyeux, déploya s […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 385 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

ÉQUANT

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 179 mots

Concept astronomique de l'ère précopernicienne, introduit vers 130 par Claude Ptolémée pour expliquer les variations périodiques d'éclat des planètes Mars et Jupiter. Déjà, pour rendre compte de l'inégalité des saisons, Ptolémée avait été amené à imaginer la théorie des excentriques, selon laquelle la Terre n'était pas exactement au centre des orbites circulaires concentriques parcourues par le S […] Lire la suite

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 228 mots
  •  • 6 médias

On désigne par géocentrisme le système cosmologique hérité du monde grec – et qui dominera jusqu'à Copernic, au xvi e  siècle – où la Terre non seulement est au centre du monde, mais s'y tient rigoureusement immobile. Mais de quel cosmos s'agit-il ? Le cosmos antique est peu peuplé : on y trouve la Terre, les deux luminaires (c'est-à-dire la Lune et le Soleil), les cinq planètes visibles à l'œil […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des théories de l'Antiquité aux découvertes arabes »  : […] Le bilan de la géographie antique n'est pas négligeable, et son influence s'est étendue jusqu'au xvi e  siècle ; trois courants s'y sont formés. Le premier, représenté par Ératosthène, est une géographie mathématique et astronomique. Ératosthène (284 env.-192 env. avant J.-C.) calcula la circonférence de la sphère terrestre, mettant en évidence un ordre de représentation géométrique ; il divisa l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-ptolemee/