CLAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Descendance unilinéaire

Dans les langues gaéliques, la consonne latine p se transforme en k ; c'est ainsi que le mot latin planta donna naissance à clann, d'où procède notre clan. Cette étymologie indique très clairement en quel sens les premiers utilisateurs du mot clan le comprenaient : les rejetons, les bourgeons ; ainsi se désignaient les membres des clans écossais et irlandais.

La descendance qu'ils visaient ainsi n'était pas la descendance biologique. Biologiquement, chaque individu est le descendant d'un nombre considérable d'hommes et de femmes, puisque, partant de lui et remontant dans le temps, à chaque génération, le nombre de ses ascendants double (un père et une mère, quatre grands-parents, huit arrière-grands-parents, et ainsi de suite). Si on se reconnaissait un lien de parenté avec tous les descendants biologiques de ses propres ascendants biologiques, disons de la huitième génération – ils sont deux cent cinquante-six –, on trouverait bien difficilement dans sa propre société un contemporain non parent. Le lien de parenté n'aurait plus aucune signification comme principe de distinction à l'intérieur d'une société globale.

La descendance est toujours comptée unilinéairement. Parmi la multitude de parents biologiques, chaque société choisit de ne considérer comme parents que ceux qui appartiennent soit à la ligne maternelle, soit à la ligne paternelle (il y a d'autres arrangements, mais ils ne sont que des variantes). Ainsi un seul individu de chaque génération est-il considéré comme ancêtre. Dans un système matrilinéaire, les parents d'une personne quelconque (homme ou femme), qu'on nommera ici Ego sont toutes ses ascendantes (sa mère, sa grand-mère, son arrière grand-mère, etc.) et tous ses collatéraux (hommes et femmes) qui descendent eux-mêmes, en ligne féminine, d'une de ses ascendantes. Un système patrilinéaire se décrit d'une manière analogue dans la ligne masculine.

On se rend compte que la restriction qu'apporte à la parenté biologique le principe unilinéaire deviendrait illusoire si l'ancêtre commun reculait, de génération en génération, ad infinitum. Sa proximité réduit la parenté de Ego. En fonction de cette variable (la distance en générations de Ego à l'ancêtre reconnu comme point de départ de la lignée), on distingue habituellement lignage, clan et tribu.

Dans le lignage, l'ancêtre commun des vivants n'est distant que de quelques générations (cinq ou six, rarement une dizaine) ; il s'agit d'un homme (ou d'une femme) qui, pendant sa vie, manifesta des qualités remarquables et dont on est fier d'être un « fils » ou une « fille ». Ego connaît fort bien les quelques maillons qui le relient à l'ancêtre lignager, et il en va de même pour tous ses consanguins lignagers. Le lignage ne peut être un groupe permanent : à chaque génération, les descendants se multiplient et l'ancêtre recule : pour garder son efficacité, le lignage se scinde. Un certain nombre de descendants de l'ancêtre A choisissent, à l'occasion d'un déplacement résidentiel, d'un différend, de se référer désormais à un ancêtre B, célèbre lui aussi et, dans la même ligne d'ascendance, moins éloigné que A.

L'ancêtre clanique est généralement si lointain que ses descendants vivants ne peuvent établir la chaîne généalogique complète qui les relie à lui. D'ailleurs, cet ancêtre, doué de pouvoirs merveilleux, est souvent un être plus mythique qu'humain. Ce passé originel vague est une des raisons de la relative stabilité des clans : ils ne sont pas, comme les lignages, en perpétuel changement ; leur nombre et leur identité restent constants dans une société globale ; ils en constituent des divisions permanentes.

Le groupe le plus large fondé sur la descendance unilinéaire est la tribu. L'ancêtre tribal se situe aussi dans un passé brumeux, à la fois proche des origines de l'humanité (l'ancêtre tribal est un dieu, ou est descendu du ciel) et antérieur de peu aux ancêtres claniques (qui sont souvent ses enfants ou petits-enfants). La tribu se confond avec la société globale ; la parenté unilinéaire, fictive ou réelle, fonde l'esprit de corps de l'unité sociale la plus vaste dans laquelle s'insèrent les activités d'un individu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLAN  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parenté et pouvoir »  : […] L'anthropologie moderne, loin de concevoir parenté et politique comme des termes exclusifs l'un de l'autre ou opposés l'un à l'autre, a révélé les liens complexes existant entre les deux systèmes, et fondé l'étude théorique de leurs rapports à l'occasion de recherches conduites « sur le terrain ». On a constaté, à diverses reprises, que les relations politiques s'expriment aussi dans le langage d […] Lire la suite

BATAK, ethnie

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 334 mots

Estimés à 6 230 000 personnes (1991), les Batak, qui vivent dans l'île de Sumatra, se divisent en plusieurs groupes : les Angkola, les Nandheling (ou Mandailing, qui sont des clans malaïcisés), les Karo, les Toba, les Timor (ou Simalungun), les Dairi et les Alas-Kluet. Les villages semblent avoir été, de tout temps, formés comme un assemblage de minuscules républiques jalousement indépendantes les […] Lire la suite

BÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 973 mots

Établis en Côte-d'Ivoire et appartenant au groupe des Krou, les Bété représentent, dans les années 1990, 18 p. 100 de la population ivoirienne, soit 2 millions de personnes environ. Le pays bété, qui s'étend sur la forêt et sur la savane, entre Gagnoa et Daloa, a pour capitale cette dernière ville, distante de 400 kilomètres d'Abidjan. Autrefois situés à proximité des cours d'eau, les villages se […] Lire la suite

BORORO, Amérique

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 361 mots

Indiens d'Amérique du Sud, les Bororo, qui seraient moins de 1 000, habitent le Mato Grosso et le Goiás occidental au Brésil et se rencontrent également en petit nombre au-delà de la frontière bolivienne. Les Bororo ont été avant tout chasseurs, collecteurs et pêcheurs ; mais, dans la région du rio Vermelho, on voit leurs femmes cultiver le manioc, le maïs et le riz introduit récemment. La raréfac […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Rôle de l'habitat et du clan »  : […] Le modèle régissant l'habitat joue un grand rôle dans le fonctionnement du principe unilinéaire. Chez les Tallensi, les maisonnées de frères et de fils de frères sont habituellement voisines, puis les maisonnées d'une même zone forment un lignage plus vaste et ainsi de suite, reflétant la structure du lignage. Chez les Nuer, cette localisation existe, mais elle est fictive car souvent les homme […] Lire la suite

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rapports de filiation »  : […] De ces rapports de parenté, si déterminants dans la composition ou la définition des groupes sociaux primaires, il faut différencier les relations établies selon la filiation  ; celles qui impliquent la référence à un ancêtre paternel ou maternel plus ou moins éloigné dans l'échelle des générations. Cette différenciation conserve encore toute sa pertinence : le principe de filiation opère soit e […] Lire la suite

GUÈGUES

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 687 mots

Habitant de la Guégarie, c'est-à-dire le nord de l'Albanie actuelle, les Guègues se distinguent des autres ethnies albanaises par des particularités dans le domaine de la langue, de l'organisation et du costume. Ils appartiennent au vieux substrat balkanique qui n'adopta pas la slavophonie. La Guégarie n'a pratiquement jamais admis l'autorité d'aucun État. Alors que sa côte et ses petites plaines […] Lire la suite

GURUNG

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 631 mots

Population himalayenne du Népal. Le territoire gurung s'étend sur les hautes vallées du versant méridional de la chaîne de l'Annapurna dans la zone centrale des hautes collines du Népal. Les villages apparaissent entre 1 500 et 2 500 mètres et leurs « alpages » montent jusqu'à 3 500 et même 4 000 mètres. Les voies de communication sont quasi inexistantes ; les véhicules à roue sont inconnus et le […] Lire la suite

HERERO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 471 mots
  •  • 2 médias

Peuple de langue bantoue, originaire d'Afrique centrale et vivant dans le centre et le nord-ouest de la Namibie, l'ethnie herero compte, au début du xxi e siècle, 130 000 personnes environ. Malgré la pénétration missionnaire, les Herero restent largement fidèles à leur religion traditionnelle. Ayant d'abord subsisté essentiellement grâce aux élevages bovin, caprin et ovin, ils s'adonnent aussi a […] Lire la suite

LOBI

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 847 mots

Les Lobi peuplent une région qui s'étend entre le 9 e et le 11 e degré de latitude nord et entre le 5 e et le 6 e degré de longitude ouest, de part et d'autre de la frontière séparant le Burkina Faso de la Côte-d'Ivoire, sur la rive droite de la Volta Noire. Ils forment une population de 1 million de personnes environ, en majeure partie (650 000) sur le territoire ivoirien . Un mouvement migra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-31 décembre 2019 Algérie. Élection d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence.

Celui-ci n’a pas de lien direct avec le clan de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Le 31, Issad Rebrab, dirigeant du premier groupe privé du pays, Cevital, qui avait été arrêté en avril, est condamné à dix-huit mois de prison, dont six mois ferme, peine assortie d’une amende de près de 1,4 milliard de dinars – environ 10 millions d’euros – pour des malversations financières. […] Lire la suite

4-25 mai 2019 Algérie. Arrestation de Saïd Bouteflika.

Les manifestants poursuivent leur mobilisation au cours du mois, continuant d’exiger l’annulation de l’élection présidentielle programmée pour le 4 juillet et le départ du « clan Boutef ». Le 25, date limite d’enregistrement des candidatures à l’élection présidentielle, seules deux personnes, inconnues, ont déposé des dossiers. […] Lire la suite

1er-30 avril 2019 Algérie. Démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Enfin, il somme le clan présidentiel d’« appliquer immédiatement » la solution qu’il avait proposée en mars. Dans la soirée, Abdelaziz Bouteflika annonce sa démission, avec effet immédiat. Le 9, le président du Conseil de la nation – le Sénat –, Abdelkader Bensalah, un fidèle d’Abdelaziz Bouteflika, est nommé président par intérim pour une durée de quatre-vingt-dix jours, en application de la Constitution. […] Lire la suite

5-29 octobre 2017 Irak. Reconquête par l'armée des territoires contrôlés par les Kurdes.

Le Parti démocratique du Kurdistan du président kurde Massoud Barzani et l’Union patriotique du Kurdistan gérée par le clan rival de la famille Talabani se renvoient la responsabilité de la perte de la ville, rompant l’unité de façade affichée lors de la préparation du référendum d’indépendance de septembre. Les jours suivants, les forces fédérales reconquièrent sans affrontements notables l’ensemble des territoires contrôlés par les peshmergas autour du Kurdistan. […] Lire la suite

8 février 2017 Somalie. Élection de Mohamed Abdullahi Mohamed à la présidence.

Membre d’un clan différent de celui du président sortant, Mohamed Abdullahi Mohamed a une réputation de patriote et d’opposant à la corruption. Le scrutin au suffrage direct prévu en août 2016 avait été reporté et converti en un scrutin indirect pour des raisons de sécurité. Les élections législatives d’octobre et novembre 2016 ‒ les premières depuis 1984 ‒ avaient déjà donné lieu à un scrutin indirect et avaient été marquées par des fraudes et des violences. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « CLAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clan/