CIVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une notion au statut ambigu

Au xxe siècle, il est impossible de traiter du civisme sans référence à la valeur, comme le montrent ses deux antonymes contemporains, anticivisme et incivisme.

Incivique se dit de la conduite d'un citoyen qui n'accomplit pas les actes exigés par le dévouement à la chose publique, bien plus : qui laisse libre cours à ses intérêts ou à son égoïsme. L'incivisme peut dériver d'une volonté mauvaise, d'une mauvaise volonté ou simplement d'une absence de volonté. Il n'implique aucune axiologie contraire à celle du civisme et, dénoncé, doit toujours être imputé à faute. Anticivisme, au contraire, n'indique rien quant à la conduite d'un individu : c'est la profession d'une table des valeurs contraires à celles de la société qui propose à ses membres le civisme, voire le rejet de toute adhésion à cette société. C'est une position théorique, qui peut être condamnée comme ferment de dissolution, mais qui ne se présente jamais en elle-même comme une faute. L'incivisme peut dériver d'un anticivisme militant : selon les niveaux du militantisme, on aura la désobéissance civile ou le terrorisme (la contestation active prend la forme du délit ou du crime). Mais l'anticivisme peut exclure tout recours à l'incivisme actif. Au xixe siècle, l'Église catholique n'a jamais cessé de condamner la société libérale qui ne demande pas seulement un certain civisme, mais, nous le verrons, fonde – et elle seule – le civisme en général : le Syllabus (déc. 1864) apparaît, surtout dans ses chapitres vi et x, comme une déclaration d'anticivisme. L'Église ne saurait admettre en effet ni qu'une valeur émane du groupe politique et non de Dieu, ni l'autonomie des consciences. Mais comme, d'autre part, elle reçoit la leçon de saint Paul pour qui tout pouvoir vient de Dieu, elle exclut formellement l'incivisme. De là l'interprétation habile de Mgr Dupanloup dans La Conventio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CIVISME  » est également traité dans :

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La charge symbolique des cérémonies électorales »  : […] Le droit de vote est généralement – bien qu'inégalement – perçu comme une conquête. Des hommes et des femmes ont sacrifié leur vie pour l'obtenir et le transmettre. Il symbolise l'appartenance et l'adhésion à la communauté nationale (Sophie Duchesne) et distingue traditionnellement le citoyen de l'étranger. Voter, c'est donc aussi manifester son intérêt pour son pays. Les élections sont par aille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstentionnisme/#i_94427

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desobeissance-civile/#i_94427

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La laïcité aujourd'hui »  : […] Résultat d'un conflit, la laïcité a permis la paix civile. Une symbolique républicaine s'est développée au xix e  siècle, forgée dans un combat, mais elle est devenue progressivement une imagerie commune : le même bonnet phrygien peut « figurer sur l'écusson officiel du R.P.R. et sur la tête des manifestants C.G.T. » (Maurice Agulhon). Il faut rem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_94427

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Attachements, engagements et dévouements »  : […] La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_94427

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le soldat de l'an II, un citoyen modèle »  : […] L'idée de régénérer l'homme et le citoyen est au cœur de la Révolution française. Des siècles de « féodalisme », disait-on, avaient souillé les Français des vices propagés par l'aristocratie. La Révolution enlèverait peu à peu ces macules, l'homme retrouverait la pureté de ses origines et deviendrait un citoyen vertueux sans lequel il n'est point de République. Cette mission proposée à la Révolut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_94427

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GUILLEMAIN, « CIVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/