HELLÉNISTIQUE CIVILISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps des grandes monarchies

Ce fut à cause de Philippe II de Macédoine et surtout d'Alexandre que la monarchie apparut comme le seul régime adapté au gouvernement des royaumes composites dont les contours se dessinèrent après la mort du conquérant de l'Égypte et de l'Asie perse. La distinction que l'on établit entre « monarchies nationales « (Épire et Macédoine) et monarchies fondées sur la conquête (« droit de la lance ») n'est que partiellement vraie. Certes, la composante nationale était plus forte en Macédoine qu'en Syrie ou en Égypte, où les Macédoniens ne furent jamais nombreux. Toutefois, si l'on adopte le point de vue des indigènes, les Séleucides furent réellement « rois de Babylone » pour les Mésopotamiens, les Lagides « rois de la Haute et de la Basse-Égypte » pour les Égyptiens. Inversement, les rois de Macédoine ou d'Épire ne se contentèrent jamais de leur domaine ancestral : comme les autres, ils tentèrent d'étendre leur domination. Il suffit de songer à l'équipée italienne de Pyrrhus ou aux entreprises militaires des Antigonides.

Personnalisation du pouvoir et idéologie royale

En fait, tout roi hellénistique était en quête de victoires pour la simple raison que celles-ci, signe de la faveur divine, légitimaient sa présence sur le trône. Le charisme du souverain suscitait le dévouement (eunoia) de ses collaborateurs, de ses troupes et de ses sujets. Inversement, celui qu'abandonnait la Fortune (Tychè) perdait rapidement ses soutiens. Cette personnalisation du pouvoir, associée à la croyance que certains hommes sont prédestinés à accomplir de grandes choses, s'établit si fortement que les cités elles-mêmes, à commencer par les capitales (Antioche et Alexandrie) firent de la Fortune, couronnée de tours, leur principale divinité poliade.

Chef d'armée, payant de sa personne ou du moins rassurant l'armée par sa présence sur le champ de bataille, le roi hellénistique est d'abord un chef militaire acclamé à son avènement par ses Macédoniens, puis par les autres corps de troupes. Mais disposer de la force ne suffisait pas. Comme le roi achéménide, le basileus eut recours, pour s'imposer, au prestige qu'apportent le costume et l'apparat aulique : des armes superbes, un manteau de pourpre parfois brodé de signes cosmiques, un diadème, un anneau, un cortège de gardes et de courtisans entourant le trône où, comme Zeus, le prince siégeait, sceptre en main, tels furent les symboles d'un pouvoir sans commune mesure avec ce que l'on avait connu jusqu'alors chez les Grecs.

Des rois égaux des dieux

Les sujets et alliés de ces princes tout-puissants les acceptèrent volontiers comme des dieux, leur accordant les mêmes honneurs qu'aux Olympiens. Ils y étaient encouragés par la philosophie d'Évhémère, enseignant que les dieux n'étaient que des hommes de l'ancien temps, qui avaient mérité la reconnaissance de leurs semblables par l'étendue de leurs bienfaits. De nombreuses cités grecques instaurèrent donc le culte de rois qui les avaient aidées dans des circonstances critiques, le plus souvent en dressant leur statue près de celle d'un dieu, avec lequel le roi était censé cohabiter (synnaos). Ces rois se choisirent des surnoms (épiclèses) qui les rattachaient à la sphère des dieux : Sôter (Sauveur) comme Zeus ; Kallinikos (« à la belle victoire ») comme Héraclès, ou encore Évergète (Bienfaisant), Épiphane (« qui apparaît tel un dieu »), etc. À l'exception de la Macédoine, les familles au pouvoir songèrent vite à organiser des cultes dynastiques, associant le prince régnant et son épouse à ses ancêtres divinisés et au fondateur de chaque royaume, Alexandre le Grand. L'effigie du souverain, parfois accompagné de son épouse à l'arrière-plan, remplaça sur les monnaies royales l'image des divinités. Rien de surprenant à cela, puisque, chez les Lagides, le roi fut souvent considéré comme un « Nouveau Dionysos » (Ptolémée IV, Ptolémée XII Aulète), la reine comme une « Nouvelle Aphrodite » (Arsinoé II) ou une « Nouvelle Isis » (Cléopâtre).

Dans toutes les écoles philosophiques, on tenta de justifier ou de critiquer l'institution monarchique. Ces œuvres ont péri, sauf quelques traités Sur la royauté qui, rédigés sous l'empire romain, reflètent néanmoins une idéologie plus ancienne : on y lit que le roi joue sur terre le rôle que tiennent les dieux dans l'Univers, et qu'il est la « Loi faite homme » (Nomos empsychos). C'é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur de langue et littérature grecques à l'université de Nancy-II

Classification

Autres références

«  HELLÉNISTIQUE CIVILISATION  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La période irano-hellénistique »  : […] Des céramiques, des petites terres cuites, des objets de bronze sont également découverts dans les villes construites par les satrapes achéménides pour servir de bases à leur organisation politique et financière ; mais en dehors de ces objets, ces capitales de la Drangiane, de la Bactriane et de l'Arachosie livrent peu d'informations ; leurs murs d'argile crue, séchée au soleil du désert, se sont […] Lire la suite

AGORA

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv , 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni […] Lire la suite

ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • André BERNAND, 
  • Jean-Yves EMPEREUR, 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 5 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un carrefour artistique de l'Antiquité »  : […] Sur les rivages de la Méditerranée, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de la branche la plus occidentale du Nil, Alexandre le Grand choisit d'installer en 331 avant notre ère une nouvelle cité grecque : fondation macédonienne, l'une des dix-sept cités appelées Alexandrie sur le parcours du conquérant dans sa grande marche vers l'Inde. Alexandrie d'Égypte n'est certes pas, à l'inverse de ce q […] Lire la suite

ALEXANDRIE À L'ÉPOQUE HELLÉNISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 127 mots

21 janvier — 331 Fondation d'Alexandrie d'Égypte par Alexandre le Grand. Avant — 305 Transfert du corps d'Alexandre à Alexandrie. Vers — 300 Institution du culte de Sarapis, nouvelle divinité gréco-égyptienne. — 297-— 285 Construction, par Sôstratos de Cnide, du phare, haut d'une centaine de mètres ( ?), l'une des sept merveilles du monde. Vers — 295 Fondation du Musée et de la bibliothèque d […] Lire la suite

ALEXANDRIE, MÉTROPOLE DE L'HELLÉNISME

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 238 mots

Sur la côte sablonneuse du delta du Nil, aucun port naturel ne s'impose, ce qui avait favorisé le repli de l'Égypte ancienne sur elle-même. C'est pourquoi Alexandre le Grand y fonde en — 331 la première de ces villes neuves dont il jalonnera son expédition en Asie. Grâce à un large môle de plus de 1 200 mètres, l' Heptastadion , reliant la terre à un îlot où se dressera plus tard le fameux phare, […] Lire la suite

ART NÉO-ATTIQUE (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

Au lendemain des guerres puniques, la puissance militaire et diplomatique de Rome s'impose progressivement à l'ensemble du monde méditerranéen. Enrichis par les conquêtes et séduits par les nombreux originaux pillés par les généraux, les Romains et les Italiens recherchent des œuvres d'art ou des objets d'artisanat de luxe. Face à cette demande très forte, les centres producteurs du monde grec rép […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les royaumes hellénisés (IIIe-IIe s. avant notre ère) »  : […] En Asie centrale comme au Proche-Orient, l'héritage d'Alexandre avait été recueilli par les Séleucides. Vers 250 avant notre ère, deux monarchies firent sécession : en Parthyène-Margiane celle des Parthes, noyau de l'empire du même nom ; à l'est celle des Grecs de Bactriane, destinée à s'étendre en direction de l'Inde. Les rois parthes, bien qu'issus du milieu iranien de la steppe, se proclamèren […] Lire la suite

BACTRIANE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 569 mots

Ancienne région d'Asie centrale s'étendant entre les montagnes de l'Hindou-Kouch et l'Oxus (Amou-Daria), sur le nord de l'Afghanistan actuel. La Bactriane fut le premier foyer du zoroastrisme. Entre ~ 600 et 600, elle joua un rôle commercial important sur la route de la soie reliant la Chine et l'Occident ; elle fut en outre un carrefour où se rencontrèrent divers courants religieux et artistiques […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Le terme même de bibliothèkè est attesté pour la première fois en Grèce dans un texte de la seconde moitié du iv e siècle avant J.-C. Il n'est cependant question que de bibliothèques privées dans la Grèce classique. En revanche, on vit apparaître à l'époque hellénistique de grandes bibliothèques créées par les successeurs d'Alexandre. La plus célèbre fut fondée par Ptolémée Sôter (322-283) dans […] Lire la suite

BRONZES ANTIQUES

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 5 585 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les bronzes grecs »  : […] L'époque dite « géométrique », celle qui se termine par l'ouverture de la Grèce à l'Orient et son expansion en Occident, dans la seconde moitié du viii e  siècle avant J.-C., n'a d'abord été, pour les objets de bronze, étudiée que timidement. Quelques articles seulement avaient paru depuis le volume, fondamental, consacré en 1890 par A. Furtwaengler aux bronzes d'Olympie. Depuis 1950, l'étude des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul GOUKOWSKY, « HELLÉNISTIQUE CIVILISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-hellenistique/