CIUDAD GUAYANA, anc. SANTO TOMÉ DE GUAYANA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville et port du Venezuela. L'exploitation des immenses gisements de fer guyanais du bas Orénoque (CiudadPiar, El Pao), l'équipement hydro-électrique du bas Caroní (en particulier, à Guri) et l'implantation d'un complexe sidérurgique sur les bords du fleuve ont entraîné, en 1961, la planification et le développement, sur l'emplacement d'un petit village de pêcheurs, de deux villes jumelles, Puerto Ordaz et San Félix, regroupées sous le nom de Santo Tomé de Guayana, puis de Ciudad Guayana. Sa population était d'environ 800 000 habitants en 2005. Cette agglomération extraordinaire est le produit des bureaux d'urbanisme. Son développement a répondu à trois buts : accroître la population et les activités de l'Oriente, traditionnellement oublié, pour contrebalancer le poids des Andes et la centralisation croissante autour de Caracas ; exploiter des ressources gigantesques, en minerais et en électricité, comme substitut au pétrole ; créer une industrie lourde nationale (sidérurgie), gage d'indépendance économique. Les vastes ressources hydroélectriques (barrages de Macagua et de Guri, ce dernier un des plus productifs au monde) ont attiré (pour utiliser des gisements de bauxite proches) des raffineries d'aluminium. Ciudad Guayana possède aussi des usines de transformation du bois, des mines de diamants, une industrie papetière et de produits semi-finis (matériaux de construction, tubes pour forage).

La population est venue de l'Oriente, à la suite de la décadence des champs de pétrole, des montagnes peuplées et pauvres du Nord-Est (Sucre) et, pour un faible contingent, des fermes d'élevage des llanos environnants. Les bacs sur l'Orénoque ont été remplacés par un grand pont suspendu à Ciudad Bolívar, qui relie l'État de Bolívar au nord du Venezuela. Puerto Ordaz est un port accessible aux grands navires minéraliers.

—  Bernard MARCHAND

Écrit par :

  • : maître assistant à la Sorbonne, visiting associate professor at the Northwestern University, Evanston, États-Unis

Classification


Autres références

«  CIUDAD GUAYANA, anc. SANTO TOMÉ DE GUAYANA  » est également traité dans :

ORÉNOQUE

  • Écrit par 
  • Dieter BRUNNSCHWEILER, 
  • William M. DENEVAN, 
  • Mercedes Fermín GÒMEZ
  •  • 3 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exploitation des ressources »  : […] Le massif des Guyanes possède de nombreux gisements minéraux. Le minerai de fer, très concentré, est extrait à Cerro Bolívar et El Pao. Le massif est également riche en manganèse, nickel, vanadium (métal utilisé pour fabriquer des alliages), bauxite et chrome. La région compte aussi des mines d'or et de diamants. Le pétrole (extra-lourd) et le gaz naturel sont exploités dans les llanos et le delt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orenoque/#i_48110

VENEZUELA

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Véronique HÉBRARD
  • , Universalis
  •  • 14 164 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Llanos, Amazonie, Guyanes : des périphéries en cours d'intégration »  : […] Du piedmont andin aux bouches de l'Orénoque , les vastes plaines des llanos, bassins sédimentaires issus de l'orogenèse andine, sont peu peuplées. Domaines de l'élevage extensif et des grandes propriétés foncières, mais aussi zones de colonisation agraire (périmètres irrigués de riz et de coton vers Barinas, par exemple), elles font office de transition entre le Venezuela « utile » du nord, et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venezuela/#i_48110

Pour citer l’article

Bernard MARCHAND, « CIUDAD GUAYANA, anc. SANTO TOMÉ DE GUAYANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciudad-guayana-santo-tome-de-guayana/