CITÉ-ÉTAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La cité grecque comme modèle politique

Si le mot cité vient du latin (civitas), la réalité a d'abord été grecque (polis). D'origine indo-européenne, le mot polis correspond au sanskrit pur, « citadelle », « forteresse ». Mais dans la langue grecque, les linguistes rapprochent polis de polus (« nombreux »). Si bien que la signification originelle pourrait avoir été « foule », « communauté réunie ».

Historiquement, la polis comme forme politique nouvelle s'est répandue au cours du viiie siècle av. J.-C. L'ont rendue possible une révolution démographique, une extension de l'agriculture et une augmentation du nombre des propriétaires fonciers. Elle désigne une communauté indépendante, dotée d'un « territoire politique », où pour la première fois – et la dernière jusqu'à l'époque moderne – des paysans sont reconnus comme des citoyens à part entière. Les citoyens sont aussi les soldats de la cité. Outre la campagne environnante, une cité comprend un centre urbain, qui est le lieu de résidence pour la bonne société, le centre administratif et politique, le centre religieux et culturel, le lieu des échanges aussi où se concentrent l'artisanat et les services. À côté des grandes cités, les plus connues mais aussi les plus atypiques (Athènes, Sparte, Rome), il en a existé des milliers d'autres. Si la grande époque des cités-États, représentée par la prépondérance d'Athènes appuyée sur son empire, s'étend entre le vie et le ive siècle avant J.-C., ni les monarchies hellénistiques ni l'Empire romain ensuite n'ont mis fin à l'ère des cités, tout au contraire, même s'il est bien entendu que la grande politique était désormais fermée à celles-ci. Synonymes de civilisation, agents d'hellénisation et de romanisation, elles sont restées l'horizon indépassable du monde antique.

Entre les Grecs et les autres peuples, la différence fondamentale était « politique ». Eux, estimaient-ils, avaient créé la vie en cité, alors que les barbares étaient incapables de vivre sans rois. Instaurer une cité véritable passe par le renversement du pouvoir d'un seul : le tyran. On place alors « le pouvoir au centre », et la liberté de parole, le débat public et la règle de la majorité remplacent le cours de la seule parole despotique. Ainsi s'instaure le règne de la loi (nomos) de sorte que tous les citoyens – mais la cité est un club d'hommes excluant les femmes, les esclaves et les étrangers – sont non seulement égaux devant la loi (isonomie) mais tous également « législateurs ». Le citoyen, selon Aristote, est celui qui, tour à tour, commande et est commandé. Dans l'espace public ainsi constitué sont débattues « les affaires communes », qui comprennent à la fois les affaires des hommes et celles des dieux. Pour le dire avec les mots d'aujourd'hui, ceux de Cornelius Castoriadis (1922-1997), l'émergence de la cité a marqué le passage de « l'hétéronomie » (la loi vient d'ailleurs) à « l'autonomie » (la société se reconnaît comme source de la loi). Pour la première fois, une société s'institue, et trouve dans cette auto-institution la possibilité de se remettre en cause, c'est-à-dire de devenir démocratique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

19 mars 2022 Église catholique. Promulgation de la réforme de la curie romaine.

Le dicastère pour l’évangélisation est désormais présidé par le pape lui-même et cité en tête de la liste des subdivisions de la curie, derrière la secrétairerie d’État. La nouvelle Constitution privilégie la notion de « synodalité », c’est-à-dire la capacité à travailler collectivement, ainsi que la décentralisation du fonctionnement de la curie au profit des conférences épiscopales. […] Lire la suite

4-12 novembre 2021 Belgique. Citation en justice de l'État dans l'affaire Mawda.

Le 12, l’ONG Défense des Enfants International (DEI) Belgique cite l’État belge devant la justice bruxelloise. Mettant en cause l’opération policière Medusa, lancée en février 2016 pour « protéger les victimes des passeurs » agissant aux frontières, l’ONG affirme que les policiers impliqués dans l’« affaire Mawda » « ont fautivement manqué à cette obligation de protection ». […] Lire la suite

26 mars 2017 France. Colère de la communauté chinoise après la mort d'un homme tué par un policier.

Lors d’une intervention dans un appartement d’une cité du 19e arrondissement de Paris, un homme, Liu Shaoyo, est tué par un policier qui affirme avoir agi en état de légitime défense. La famille de la victime conteste cette version. Le drame donne lieu, les jours suivants, à des manifestations de colère de la communauté chinoise. En août 2016, l’agression d’un commerçant chinois à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) avait déjà suscité une forte mobilisation de ses compatriotes. […] Lire la suite

11-19 mars 2017 Inde. Victoire électorale des nationalistes hindous dans plusieurs États.

Le parti du Congrès l’emporte dans l’État du Pendjab. Narendra Modi renforce ses positions, trois ans après la victoire de son parti aux élections générales. Le 19, l’ultranationaliste Yogi Adityanath (BJP) prête serment comme ministre en chef de l’Uttar Pradesh. Cet hindouiste extrémiste qui a dirigé une milice impliquée dans des actes de violences contre les musulmans est cité dans dix-huit affaires criminelles. […] Lire la suite

19 janvier 2017 Brésil. Mort d'un juge de l'enquête Lava Jato.

Celui-ci est considéré comme un proche du chef de l’État qui est lui-même cité dans l’enquête Lava Jato. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François HARTOG, « CITÉ-ÉTAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cite-etat/