CIRQUE PLUME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réinventer le cirque

Au commencement de cette aventure, il y a une bande de saltimbanques venus des milieux les plus divers, le plus souvent populaires. C’est le cas de Bernard Kudlak, directeur et metteur en scène du Cirque Plume, et de Pierre, son frère. Natifs de Valentigney, non loin de Besançon (Doubs), tout près de Montbéliard, ces Francs-Comtois sont issus d’une famille de cinq enfants. Leur père, militant de l’Action ouvrière chrétienne, est « ouvrier hautement qualifié » chez Peugeot où, pendant les vacances d’été, les deux garçons iront travailler. Une séquence drôle et touchante de Tempus fugit ? y fait allusion.

Avec Mai-68, l’heure est à la contestation, aux utopies et aux grandes luttes sociales. Pour toute une jeunesse, l’art peut lui aussi transformer la société, participer au réveil des consciences. Bernard Kudlak explique (La Croix, 22 décembre 2014) : « Nous étions portés par un désir de rupture. Dans les années 1980, nous avions compris que nous ne parviendrons pas à renverser le monde, mais nous pouvions, au moins bouger des choses par l’échange et le partage avec les autres. » C‘est ainsi que, malgré leurs attraits pour les grandes aventures du Théâtre du Soleil, du Grand Magic Circus, du Bread and Puppet Theatre, ces artistes en quête d’une scène se tournent vers le cirque. Un art « populaire et marginal » qui se pratique « hors des salons dorés et de l’ordre établi ».

Dans les années 1970-1980, cet art connaît lui aussi sa révolution. Alors que les grands chapiteaux traditionnels sont touchés de plein fouet par une crise de désaffection (les cirques Amar et Jean Richard font faillite ; à Paris, boulevard de Rochechouart, Médrano est détruit), une nouvelle génération entre en piste. Dès 1979, Bartabas fonde le Cirque Aligre, qui sera rebaptisé Zingaro en 1984 ; en 1985 et en 1986 apparaissent le Cirque du Docteur Paradi, Archaos et le Cirque Baroque, qui succède aux Puits aux Images, lancé treize ans plus tôt.

Tous se sont formés hors des circuits reconnus, à l’école du théâtre de rue. Bernard et Pierre Kudlak n’ont pas échappé à la règle, pas plus que les autres cofondateurs du Cirque Plume : Hervé Canaud, Michèle Faivre, Vincent Filliozat, Jean-Marie Jacquet, Robert Miny et Brigitte Sepaser. Ils se sont rencontrés à Besançon à l’orée des années 1980. Après diverses expériences sous divers noms (Fanfare Léa Traction, La Gamelle aux étoiles, Le magicien de balle…), ils présentent, en 1984, leur premier spectacle à l’enseigne du Cirque Plume : Amour, jonglage et falbalas.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Autres références

«  CIRQUE PLUME  » est également traité dans :

PLIC PLOC (Cirque Plume)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 779 mots

Au début des années 1980, une bande de rêveurs impénitents se lançait dans l'aventure du « nouveau cirque » et fondait le Cirque Plume. Depuis lors, sans animaux ni paillettes, la troupe n'a cessé de courir les routes, rassemblant autour d'elle un public toujours plus nombreux. Leur premier spectacle, en 1984, s'intitulait Amour, jonglage et fa […] Lire la suite

CIRQUE

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE, 
  • Tristan RÉMY
  •  • 7 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle esthétique de la piste »  : […] La raison de ce miracle ? Une véritable révolution culturelle, plus connue sous le nom de « nouveau cirque », appelé aussi – plus justement – « cirque de création ». Loin des numéros mille fois répétés, ce qui compte dans ce cirque d'un nouveau genre, sans Monsieur Loyal ni animaux dressés, c'est l'émotion produite par un spectacle conçu moins comme une simple succession de performances que comm […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « CIRQUE PLUME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque-plume/