CIRCULATION DU SANG PAR W. HARVEY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les physiologistes ont longtemps pensé, à la suite de Galien, que les sangs veineux et artériel se distribuaient dans tout le corps à partir du foie et du cœur et qu'ils étaient consommés à sa périphérie. En 1628, le médecin anglais William Harvey (1578-1657) montre que cette distribution centrifuge et sans retour du sang n'existe pas. Il décrit au contraire dans Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus l'existence d'un trajet aller et retour du sang à partir du cœur, c'est-à-dire d'une véritable circulation sanguine. Après être remonté par les veines, des extrémités vers le ventricule droit du cœur, le sang est envoyé par ce dernier vers les poumons d'où il revient vers le ventricule gauche, lequel le renvoie par les artères vers les autres organes et les extrémités, et ainsi de suite. Le cœur, nullement passif comme on le pensait jusque-là, est le moteur de cette circulation. Bien que disciple fervent d'Aristote, Harvey n'en fonde pas moins sa démonstration sur un raisonnement à la fois expérimental et quantitatif emprunté à la physique de Galilée. Molière fait état (dans Le Malade imaginaire) du scepticisme de ses confrères attachés à défendre la tradition galénique contre les « circulateurs ».

—  Pascal DURIS

Écrit par :

  • : professeur en histoire des sciences, université de Bordeaux

Classification

Pour citer l’article

Pascal DURIS, « CIRCULATION DU SANG PAR W. HARVEY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulation-du-sang-par-w-harvey/