CINQUIÈME RÉPUBLIQUELes années Hollande (2012-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Politique économique et sociale : un long malentendu

Un quinquennat en deux temps

Le mandat de François Hollande connaît deux phases, la premère correspondant au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, la seconde à celui de Manuel Valls. Le passage de l’une à l’autre est marqué par un net infléchissement de la politique de l’exécutif. La première est plus sociale, alors qu’au cours de la seconde se développent des thématiques plus libérales. L’inflexion est annoncée par le président dans ses vœux du 31 décembre 2013 (annonce d’un « pacte de responsabilité » entre l’État et les entreprises, programme de réduction des déficits…). Elle se concrétise fin mars 2014 par la nomination à Matignon de Manuel Valls qui, pendant la primaire socialiste de 2011 (désignation du candidat à la présidentielle), avait représenté l’aile droite du parti et n’avait obtenu que 5,6 p. 100 des suffrages. Dès le mois d’août 2014, les ministres les plus à gauche, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Aurélie Filippetti – qui marquent publiquement leur distance vis-à-vis de la politique du Premier ministre – quittent le gouvernement, tandis qu’Emmanuel Macron (ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée) devient ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Des députés socialistes, qu’on surnomme les « frondeurs », amplifient alors leur opposition à la politique du gouvernement, en accentuant par la même occasion les tendances à l’éclatement du Parti socialiste.

Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014

Photographie : Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014

Photographie

À Matignon, passation de pouvoir entre les deux hommes. Manuel Valls devient le deuxième Premier ministre de François Hollande. Le quinquennat connaît alors une seconde phase, marquée peu après par le départ du gouvernement des ministres les plus à gauche et par une nette inflexion... 

Crédits : Thibault Camus/ AP/ SIPA

Afficher

Les ministres de la discorde

Photographie : Les ministres de la discorde

Photographie

Les ministres Arnaud Montebourg (Économie et Redressement productif) et Benoît Hamon (Éducation nationale) en juin 2014, sur les bancs du gouvernement à l'Assemblée nationale. Leurs tentatives pour infléchir la politique du gouvernement Valls se solderont par leur démission au mois d'août... 

Crédits : Revelli-Beaumont/ SIPA

Afficher

Au cours du quinquennat, le désaveu de l’opinion publique se traduit dans les urnes. En mars 2014, les socialistes perdent de nombreux conseils municipaux, dont 162 dans les 1 052 villes de plus de 9 000 habitants, administrées désormais à 38 p. 100 seulement par la gauche. En 2015, ils perdent 27 départements et ne conservent que 5 régions métropolitaines sur 13.

En fin de mandat, selon un sondage Odoxa du 5 avril 2017, François Hollande est considéré c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Investiture de François Hollande, 15 mai 2012

Investiture de François Hollande, 15 mai 2012
Crédits : Bertrand Guay / AFP

photographie

Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014

Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014
Crédits : Thibault Camus/ AP/ SIPA

photographie

Les ministres de la discorde

Les ministres de la discorde
Crédits : Revelli-Beaumont/ SIPA

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  CINQUIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 1 150 mots

En deux siècles d'histoire, la France a expérimenté plusieurs systèmes politiques. Outre les deux périodes napoléoniennes, celles des monarchies constitutionnelles et de Vichy, le pays a connu cinq Républiques dont certaines furent de courte durée. La Ve République est le régime le plus pérenne après la IIIe République. Mais la Constitution de 1958 a c […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Le retour du général de Gaulle au pouvoir s'explique par deux raisons principales. D'une part, le fonctionnement des institutions de la IVe République s'était révélé défaillant et l'Assemblée nationale n'arrivait pas à dégager des majorités de gouvernement durables. D'autre part, la men […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 5 médias

Après le départ du général de Gaulle, une nouvelle période s'ouvre pour les institutions françaises : celle de la Ve République sans le soutien de son fondateur. Plusieurs scénarios d'évolution étaient possibles, c'est en fait la confirmation des institutions qui a prévalu. La présidentialisation du régime n'a fait que se renforcer après le départ du général, alors que certa […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

L'année 1981 marque un tournant dans l'histoire de la Ve République : la gauche accède au pouvoir après vingt-trois ans dans l'opposition. Elle va utiliser à son profit tous les ressorts d'une Constitution qu'elle rejetait à l'origine, finissant ainsi de légitimer les institutions nées du pouvoir gaulliste.Les deux septennats de […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Les douze années de présidence de Jacques Chirac (1995-2007) ont été marquées sur le plan institutionnel par le raccourcissement du mandat présidentiel à cinq ans, l'inversion du calendrier électoral et le rejet du traité constitutionnel européen. Sur le plan politique, on a assisté à la poursuite des alternances et à des sanctions régulières par les électeurs du pouvoir en place. Élu président en […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Si la rupture de Nicolas Sarkozy avec les politiques de ses prédécesseurs est moins nette que ce qu'il avait annoncé durant sa campagne, sa présidence est en revanche marquée par une forte volonté de réformes, menées « tambour battant », avec un sens aigu des annonces médiatiques et une grande réactivité aux événements. La victoire à une élection pré […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 427 mots
  •  • 4 médias

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions. Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par l […] Lire la suite

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un t […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le 13 mai 1958, naissance de la Ve République »  : […] Le F.L.N. ayant établi ses bases arrière en Tunisie, l'aviation française décide d'y pourchasser les « rebelles » algériens et, le 8 février 1958, bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youcef. Il y aura de nombreuses victimes civiles. La France se retrouve isolée sur le plan international, souvent condamnée par l'Assemblée générale de l'O.N.U. Le gouvernement français, affaibli, ne peut fair […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-hollande-2012-2017/