SCANDINAVE CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or du muet

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le cinéma danois est un des premiers producteurs mondiaux. Les réalisateurs August Blom, Urban Gad, Viggo Larsen, Robert Dinesen tournent des mélodrames et des drames romantiques d'atmosphère parfois fantastique, dominés par des figures de femmes émancipées qui préfigurent l'archétype de la vamp, où excellent Asta Nielsen (« la Duse du Nord »), Clara Pontopiddan, Lily Blech. Forest Holger-Madsen, acteur devenu réalisateur de films conventionnels, passe à des œuvres pacifistes comme À bas les armes, sur un scénario de Carl Dreyer (1915). Benjamin Christensen, chanteur d'opéra devenu metteur en scène, abandonne le mélodrame avant de s'affirmer comme un des maîtres du fantastique avec La Sorcellerie à travers les âges, tourné en Suède en 1921. Carl Dreyer, journaliste devenu scénariste à la Nordisk, dirige ses propres films à partir de 1918. Son œuvre, très personnelle et exigeante, où une sorte de « réalisme métaphysique » rejoint la critique morale et sociale, se poursuivra non sans mal jusqu'aux années 1960.

Le cinéma danois, déjà privé de sa grande star Asta Nielsen et de son époux Urban Gad par les studios berlinois en pleine ascension, subit le choc de la guerre tandis que le cinéma suédois connaît son premier âge d'or. Ses deux grands maîtres sont Mauritz Stiller et Victor Sjöström, chez Magnusson depuis 1912. Le premier adapte avec esprit des pièces de théâtre puis crée un réalisme lyrique original avec une adaptation du roman finlandais Le Chant de la fleur écarlate (1918), suivi de La Légende de Gösta Berling (1924), d'après Selma Lagerlöf, qui révèle l'actrice Greta Garbo. Il est aussi l'auteur d'un chef-d'œuvre qui va inspirer maints cinéastes, Le Trésor d'Arne (1919), également adapté de Lagerlöf. Les premiers grands films de Sjöström sont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman
Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

photographie

L’Autre Côté de l’espoir, A. Kaurismäki.

L’Autre Côté de l’espoir, A. Kaurismäki.
Crédits : Sputnik Oy/ BBQ_DFY/ Aurimages

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCANDINAVE CINÉMA  » est également traité dans :

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait des études de philosophie et de psychologie avant d’intégrer la Femis, d’où elle sort diplômée en […] Lire la suite

BERGMAN INGMAR

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 2 042 mots
  •  • 4 médias

Ingmar Bergman est mort à quatre-vingt-neuf ans, dont soixante années vouées au cinéma et un peu plus au théâtre. De tous les grands auteurs de films de cette génération, il est celui dont la vie a le plus évidemment été consacrée au travail, et dont l'œuvre est le plus abondant : des dizaines voire des centaines de mises en scène, de scénarios, de films pour la télévision, près de cinquante film […] Lire la suite

BERGMAN INGMAR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots

14 juillet 1918 Naissance d'Ingmar Bergman à Uppsala (Suède). 1930 Après avoir découvert le cinéma avec un projecteur amateur, le jeune Bergmanvisite les studios de la Svensk Film Industri près de Stockholm. 1937-1939 Néglige ses études de littérature et d'histoire de l'art au profit de la mise en scène, en montant des spectacles étudiants, puis Shakespeare et Strindberg ; Écrit des pièces, des […] Lire la suite

BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 120 mots

Depuis son premier long-métrage, Element of Crime ( Forbrydelsens element , 1984), suivi d' Epidemic (1987) et d' Europa (1991), trois films partiellement ou totalement en noir et blanc, le réalisateur danois Lars von Trier, né en 1956, s'était fait remarquer pour son goût « maniériste » des exercices de style formels, qui s'expriment dans des films très apprêtés, remplis de références cinéphili […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les pays nordiques »  : […] La production européenne a été remarquable dans les pays nordiques, où la tradition cinématographique est séculaire. En Suède, Bille August, né en 1948, deux fois primé à Cannes ( Pelle le conquérant , 1987, et Les Meilleures Intentions , 1992), a confirmé son talent. Au Danemark, Lars Von Trier, né en 1956, a puissamment influencé le cinéma contemporain, par son talent propre, mais aussi en f […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dramatisation de l'image »  : […] C'est autour de 1915 que se généralise la possibilité de recourir entièrement à l'éclairage artificiel. Il n'est guère surprenant, dès lors, que ce ne soit plus sur la côte ouest des États-Unis que se produisent de véritables révolutions en matière de photographie mais plutôt dans des pays moins favorisés par l'ensoleillement, comme les pays nordiques et l'Allemagne. L' expressionnisme allemand f […] Lire la suite

DOGMA 95

  • Écrit par 
  • Vincent PINEL
  •  • 1 163 mots

1995 : le cinéma fête ses cent ans. C'est à cette date que quatre jeunes cinéastes danois, Lars von Trier, Kristian Levring, Thomas Vinterberg et Søren Kragh-Jacobsen choisissent de fonder à Copenhague Dogma 95. Ce collectif repose sur un commun rejet « d'une “certaine tendance” du cinéma d'aujourd'hui : superficielle, illusionniste, décadente, individualiste et bourgeoise ». Leur engagement se ve […] Lire la suite

DREYER CARL

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 343 mots
  •  • 2 médias

Avec Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein, La Passion de Jeanne d'Arc de Dreyer est sans doute le film le plus célèbre du cinéma muet. Des générations de cinéphiles ont recueilli avec ferveur cette liturgie de visages tourmentés, ces face-à-face tragiques de gros plans sans autre fard que la lumière la plus crue, dans un décor réduit à quelques voûtes obsédantes, où les soldats casqués se glissent […] Lire la suite

DREYER CARL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 582 mots

3 février 1889 Naissance d'un enfant sans nom à Copenhague, d'une fille mère employée dans une ferme, Joséphine Nillson. 5 avril 1891 Adopté, l'enfant reçoit le nom de Carl Theodor Dreyer. 1905-1912 Après des études au cours desquelles il a fréquenté des groupes « libéraux », Dreyer entre à la compagnie des télégraphes. Il fait un peu de théâtre, se passionne pour l'aviation, et a une activité […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « SCANDINAVE CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-scandinave/