CINÉMA (Aspects généraux)Les cinémathèques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diversification des cinémathèques

Parallèlement, la notion de cinémathèque, ou d'archive, a évolué. Le problème de la conservation des films, voire de leur survie, est partout passé au premier plan. Les fonds archivés dans les années 1930, 1940 et 1950, dont le support nitrate dangereusement inflammable vieillit mal, se décomposent dans leurs boîtes et exigent pour le moins un transfert sur pellicule de sécurité, et souvent un travail coûteux de restauration.

Par ailleurs, sous l'effet de la multiplication des chaînes de télévision thématiques, le statut même des films anciens a été bouleversé. En 1950, les bobines se vendaient au poids à des industriels qui récupéraient les sels d'argent de l'émulsion et la cellulose du support. Après 1980, ces mêmes films que les cinémathèques ont sauvés retrouvent une valeur marchande, que souvent les ayants droit revendiquent. À la fin du xxe siècle se sont rapidement constitués des portefeuilles de droits « multimédias », qui ont pour vocation de rentabiliser le patrimoine cinématographique sur le marché du cinéma, mais surtout sur celui de la télévision, des vidéocassettes et des DVD, et bientôt sur celui d'Internet.

La cinéphilie n'est plus cette exploration lente et désordonnée du passé du septième art, lorsqu'il fallait dix ans et une attention constante au programme de la Cinémathèque et de quelques salles d'art et essai à l'heureux Parisien (le provincial étant encore plus mal loti) pour voir l'œuvre à peu près complète d'un vieux maître américain ou japonais. Le temps est révolu des voyages de groupe à la Cinémathèque de Bruxelles pour découvrir deux inédits d'Edgar G. Ulmer. La télévision, relayée par les vidéocassettes a changé les règles du jeu. Dans les grandes villes, des institutions nouvelles (à Paris le Centre Georges-Pompidou ou le Forum des images), des salles commerciales et parfois des musées (Orsay, le Louvre, le Jeu de paume) programment eux aussi des films. L'accès au patrimoine cinématographique s'est diversifié ou démocratisé. La Cinémathèque, avec les deux salles qu'elle gérait au tournant du siècle (celle de Chaillot et celle des Grands Boulevards), avait perdu la dimension initiatique qui avait fasciné Chris Marker.

Les cinémathèques en général sont passées de l'âge mythique à un âge quasi industriel. Tantôt sous l'effet du dépôt légal imposé aux films (en France, c'est le Service des archives du film qui depuis 1978 stocke et conserve les films sur support photochimique : 3 770 longs-métrages déposés à la fin de 2000), tantôt parce qu'une décision politique (au Québec par exemple) les chargeait d'accueillir aussi les archives de la télévision publique, elles se sont alourdies et bureaucratisées. Elles se sont également multipliées et diversifiées : cinémathèques régionales, cinémathèques thématiques ou cinémathèques d'entreprise se sont ajoutées, en France, aux cinémathèques « historiques » : la Cinémathèque française, la Cinémathèque de Toulouse, créée en 1964 par Raymond Borde à partir d'une collection privée et accueillie à la F.I.A.F. en 1965, ou la Cinémathèque des armées, gérée par l'Établissement cinématographique et photographique des armées (E.C.P.A.) au fort d'Ivry.

Les célébrations du centenaire du cinéma, en 1995 et 1996, ont fourni un observatoire privilégié sur les archives, cinémathèques et collections actives telles qu'elles se présentaient à la fin du « premier siècle ». À Paris, la Cinémathèque française invita une quinzaine d'institutions à participer activement (par l'envoi de quelques-uns de leurs trésors) à un hommage à l'art du film. Les grandes archives européennes étaient évidemment représentées, la National Film and Television Archive du British Film Institute, la Cinémathèque royale de Belgique, le Filmmuseum de Munich, le Nederlands Filmmuseum d'Amsterdam, la Cinémathèque suisse de Lausanne. C'est dans ces années 1990 que la génération des directeurs de cinémathèque européens qui, après Langlois, avaient accompagné ou porté la grande vague de la cinéphilie (Jacques Ledoux à Bruxelles, Freddy Buache à Lausanne, Raymond Borde à Toulouse, Enno Patalas à Munich), a passé le relais à des équipes associant généralement administrateurs et techniciens. Les tâches s'étaient multipliées, les budgets avaient gonflé, des archives nouvelles se créaient : il s'agissait parfois de collections privées (celle de Raymond Rohauer) aux États-Unis, mais aussi de cinémathèques municipales (la Cineteca del Comune di Bologna, maître d'œuvre d'un programme de restaurations remarquables en Italie), ou de fonds liés aux grandes universités (en Californie, la U.C.L.A. Film and Television Archive). La grande affaire des années 1990 a été l'identification et surtout le sauvetage de dizaines de milliers de films sur support nitrate. Deux possibilités : la préservation indifférenciée par transfert sur une pellicule de sécurité, le plus souvent une pellicule en polyester (en France dans le cadre du « Plan nitrate » mis en place par le ministère de la Culture en 1991), ou la restauration. Cette dernière pratique, plus complexe, fait souvent appel à la confrontation de copies conservées dans différentes archives nationales et privées, et justifie l'intervention de la F.I.A.F. La restauration est souvent une véritable recréation d'un film et pose des problèmes de déontologie. « Nous nous servons de copies comme objets d'étude, chacune diffère de son original. Chaque copie est en fait une sorte d'original. Chaque représentation est unique. Chaque restauration est une interprétation, une traduction, une explication, une représentation. Si le restaurateur et le chargé de programmation jouent les historiens, ils peuvent ressusciter un film de façon authentique et sincère » (Enno Patalas).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  CINÉMA  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

La première projection du cinématographe Lumière a lieu le 28 décembre 1895, au Grand Café, boulevard des Capucines à Paris. Le nouvel art puisera abondamment dans le trésor dramatique aussi bien théâtral que romanesque, du xixe siècle finissant. Il lui empruntera sa puissance d'évocation liée à l'appétit de conquête d'une société industrielle en plei […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

S'il fleure bon le grec, comme le cinématographe, le terme « cinéphile » est – lui aussi – une création bien française qui supplante rapidement son malheureux rival « cinémane », et s'implante peu à peu dans le monde entier, comme l'atteste son adoption par les Anglais. Le mot recèle un pouvoir d'expansion qui ne se limite aucunement à « l'amour du cinéma », si l'on entend par là le goût indiffére […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Le cinéma a la particularité d'être né de la technique moderne. Il est même l'un des symptômes et des causes de la modernité. Par leur existence, ses principes – c'est-à-dire la reproduction technique, le collage et le montage, avec les nouveaux rapports d'espace-temps, de discontinuité et d'hétérogénéité qu'ils impliquent – ont bouleversé les modes de repré […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 490 mots
  •  • 17 médias

Avant de devenir un art et une industrie, le cinéma est une somme de techniques. Du xviiie siècle à nos jours, mais surtout au xixe siècle, une suite de découvertes aboutit à la mise au point des premières caméras. Par un brevet en date du 13 février 1895, les frères Lum […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - L'industrie du cinéma

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean BENGHOZI, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 17 612 mots
  •  • 9 médias

Les industries du cinéma ont été et restent des industries mineures, si l'on compare leurs chiffres d'affaires ou le nombre de leurs personnels avec ceux d'autres secteurs industriels ; en France, par exemple, les recettes du cinéma correspondent au seul chiffre d'affaires d'une grande société de vente par correspondance. En revanche, si l'on replace les industries du film dans l'économie des médi […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Le droit du cinéma

  • Écrit par 
  • Gaëlle ROMI, 
  • Raphaël ROMI
  •  • 5 707 mots

Remise en question de façon récurrente par l'évolution du marché, la création cinématographique recouvre un ensemble d'activités protégées par un droit essentiellement économique. Celui-ci traite en particulier des conditions de régulation d'un secteur bénéficiant d'une limitation de la concurrence, notamment au moyen d'aides publiques. En tant qu'activité de production et de divulgation de conten […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 535 mots
  •  • 3 médias

Le cinéma d’avant-garde n’est pas une école. On hésite à écrire que c’est un genre cinématographique, quoiqu’adopter ce terme comme hypothèse de travail permette de le circonscrire plus facilement. Le cinéma d’avant-garde s’est d’abord défini « contre » : contre le cinéma traditionnel, littéraire, industriel, d’où la difficulté de le considérer comme un genre à part entière – ce ne sera plus le ca […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 453 mots
  •  • 2 médias

L'origine du mot « documentaire » est incertaine. On peut noter son emploi dans des articles restés célèbres, mais sa première apparition en tant que substantif pour désigner une catégorie de films n'a pas été localisée avec précision. Ce n'est qu'avec l'apparition de Nanouk l'Esquimau (Robert Flaherty, 1922) qu'un nouveau mot se devait d'être employé. Il fu […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 835 mots
  •  • 6 médias

La représentation symbolisée, suggérée ou réalisée du mouvement apparaît comme une tentation constante des arts plastiques. Des siècles de simulacre magique (comme les peintures rupestres datant de la préhistoire et représentant des animaux à huit pattes, comme saisis en pleine course), de théâtre d'ombres ou de spectacle de projection confirment la persistance du vieux rêve humain de donner le mo […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le vocabulaire courant, les termes « metteur en scène », « réalisateur » et « cinéaste » sont synonymes et interchangeables. Pourtant, si l'on s'en tient aux définitions, les deux notions sont bien différentes. Réaliser, pour le dictionnaire Robert, c'est « faire exister à titre de réalité concrète ce qui n'existait que dans l'esprit », et le « réalisateur » est « la personne qui dirige toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « CINÉMA (Aspects généraux) - Les cinémathèques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-cinematheques/