CIMABUE (1250 env.-env. 1302)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Crucifix, Cimabue

Crucifix, Cimabue
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

La Vierge, saint François et les anges, Cimabue

La Vierge, saint François et les anges, Cimabue
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Vierge en Majesté, G. Cimabue

Vierge en Majesté, G. Cimabue
Crédits : Bridgeman Images

photographie


L'invention d'un langage figuratif

L'apport de Cimabue, la qualité que lui reconnaissent Dante puis Vasari tiennent à l'invention d'un langage figuratif, pouvant concurrencer les langages byzantins et illustrer une nouvelle manière de peindre. Il serait en quelque sorte à la source d'un art “illustre”, pour reprendre l'expression que Dante emploie dans son De vulgari eloquentia (1304-1306) quand il parle d'un “illustre italien” susceptible de rivaliser avec la langue latine. Cela se traduirait par l'abandon progressif des arts somptuaires, pour la maîtrise de plus en plus affirmée des ressources d'une peinture sur bois, a tempera. À Assise, dans le transept, et en particulier sur la grande Crucifixion du bras nord, Cimabue demeure encore très proche de la peinture constantinopolitaine, telle qu'on la pratique alors à la cour des Paléologues : ses figures sont d'un style très expressif, les mouvements brusques, les contours rendus par des traits hachurés. De la même façon, sa vaste composition s'inspire directement des programmes de décoration des églises byzantines : il dispose les évangélistes sur la voûte de la croisée puis, sur les murs, les peintures représentant des épisodes de la Vie de Marie, de l'Apocalypse, des Vies des saints Pierre et Paul. Toutefois, un sentiment tout personnel de l'espace perce dans le rendu en perspective oblique des architectures qui abritent ses évangélistes. Le style change plus nettement avec la Majesté de Marie qu'il peint pour le couvent Saint-François, à Pise : une profonde sérénité commence à envahir ses compositions et se traduit par l'élégance des lignes et l'unité des formes. Dans les grands crucifix qu'il exécute à Arezzo, mais surtout à Florence dans l'église Santa Croce, Cimabue déploie une sensibilité nouvelle au modelé du corps, tout en courbes et en volume, à la légèreté des apparences vues à travers une gaze, par exemple à Santa Croce, et non plus à travers un pagne (perizonium) de couleur opaque, comme encore à Arezzo. À la fin de sa vie, travaillant à un saint Jean en mosaïque, dans l'abside du dôme de Pise, il réu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification


Autres références

«  CIMABUE (1250 env.-env. 1302)  » est également traité dans :

ASSISE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 204 mots

La petite ville aux toits roux, dominant une vallée ouverte sur les horizons clairs de l'Ombrie, est aujourd'hui une cité hors du temps, recueillie dans le souvenir de saint François. Mais Assise avait déjà vécu une longue histoire lorsque apparut le Poverello et, après la mort de celui-ci, elle fut, grâce au culte franciscain, un foyer artistique rayonnant qui vit l'apparit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assise/#i_13200

DÉCOR DE LA NEF DE LA BASILIQUE SAINT-FRANÇOIS, Assise

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 228 mots

Vers la fin du xiii e  siècle à Assise l'ordre des franciscains voulait présenter aux yeux du public un cycle imagé retraçant la vie de leur saint fondateur. Ils virent en la personne de Giotto, qui avait déjà travaillé au décor de la basilique saint-François, avec son maître Cimabue, l'artiste répondant le mieux à leurs aspirations. Vers 1295, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decor-de-la-nef-de-la-basilique-saint-francois/#i_13200

DUCCIO DI BUONINSEGNA (1255 env.-env. 1318)

  • Écrit par 
  • Gabriella RÈPACI-COURTOIS
  •  • 1 376 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Duccio et Cimabue »  : […] Duccio est sans doute l'un des artistes du Moyen Âge sur lequel on est le mieux renseigné, grâce à un nombre exceptionnel de documents concernant sa vie et sa carrière. Cependant, la reconstitution de son activité jusqu'à l'exécution de la célèbre Maestà de la cathédrale de Sienne pose des problèmes critiques qui n'ont pas encore reçu de solution définitive. Sa personnalité f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duccio-di-buoninsegna/#i_13200

GIOTTO

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 3 174 mots
  •  • 5 médias

Au chant XI de son Purgatoire , Dante fait dire vers 1320 à Oderisi da Gubbio, enlumineur à Paris, que Giotto avait éclipsé Cimabue, comme en poésie le Florentin Guido Cavalcanti l'avait fait du Bolognais Guido Guinizelli. Pour Boccace, la peinture de Giotto n'égaie pas seulement les yeux des ignorants, mais réjouit aussi l'esprit des savants ( Décaméron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giotto/#i_13200

GIOTTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 677 mots

1228 Le 18 juillet 1228 a lieu la canonisation de Francesco di Bernardone (saint François d'Assise), deux ans après sa mort. La même année va être entreprise la construction d'une basilique sur deux niveaux en bordure de la ville d'Assise, au-dessus du tombeau du saint. 1260-1263 À la demande du chapitre de l'ordre des Franciscains, saint Bon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giotto-reperes-chronologiques/#i_13200

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Europe »  : […] L'Europe et le Proche-Orient ont eu une littérature érémitique et un culte des beautés naturelles comparables à ceux de l'Extrême-Orient. Cela est vrai si l'on en juge par la situation des plus anciens ermitages qui dominent de haut des groupes de montagnes et de vallées, des gorges et des forêts sauvages, des étendues d'eau. Toutefois, pendant tout le Moyen Âge européen, les éléments de paysage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_13200

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une « renaissance » avant la Renaissance ? »  : […] La première renovatio de l'art toscan n'est pas un phénomène florentin. À Pise, avec la construction de la piazza dei Miracoli, formée de la cathédrale dont la façade a des allures de temple, conçue en 1063, après la victoire de Palerme, complétée par le baptistère commencé en 1153, puis par le campanile à l'inclinaison contrôlée sur ce terrain instable (1173-1350), et enfi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_13200

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « CIMABUE (1250 env.-env. 1302) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cimabue/