CILIÉS ou INFUSOIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cytologie

Organites ectoplasmiques

La membrane qui recouvre la cellule peut, parfois, s'épaissir pour constituer une véritable carapace. Un feuillet membranaire externe recouvre entièrement les cils vibratiles, fins prolongements ectoplasmiques qui battent rythmiquement.

Paramécie

Dessin : Paramécie

Dessin

Structure d'une Paramécie 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En rapport avec la double fonction ciliaire (locomotion et alimentation), on peut distinguer une ciliature somatique et une ciliature buccale. De structure uniforme, chez les Ciliés Holotriches, les cils peuvent fusionner pour constituer des membranelles (Hétérotriches) ou des cirres (Hypotriches).

Battement ciliaire

Photographie : Battement ciliaire

Photographie

Chez Stylonychia, l'entonnoir buccal cilié bat à son rythme propre. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Tous les cils sont issus des cinétosomes ou granules basaux (appelés aussi blépharoplastes). Les cinétosomes ne sont pas isolés, mais réunis les uns aux autres, par le cinétodesme, ensemble fibrillaire à orientation antéro-postérieure. L'ensemble constitue l'infraciliature. Dans de nombreux cas, les cinétosomes sont disposés en files longitudinales. Chaque rangée ciliaire porte le nom de cinétie.

Frontonia

Dessin : Frontonia

Dessin

Infraciliature chez Frontonia 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La structure fine du cil est désormais bien connue : chaque cil est constitué par neuf paires de fibrilles périphériques emprisonnant une paire de fibrilles centrales. Cette structure ne se distingue pas de celle du flagelle. Les cils sont ancrés dans le cytoplasme grâce à des racines ciliaires, fibres striées issues des cinétosomes.

On connaît d'autres structures fibrillaires dépendantes des cinétosomes. Signalons simplement l'argyrome, réseau superficiel colorable par imprégnation argentique dont la signification exacte reste controversée (d'anciens auteurs lui attribuaient une fonction conductrice).

Les cils peuvent se résorber et disparaître à certains stades de la vie d'un Cilié. De nouveaux cinétosomes proviennent toujours de la duplication de granules basaux préexistants. Les cils qui entourent l'aire buccale sont généralement spécialisés et constituent un ensemble particulier (ciliature orale) qui peut présenter une grande diversification structurale. La disposition exacte de cette ciliature buccale joue donc un rôle très important dans la taxonomie des Ciliés. Très souvent d'ailleurs, toute la ciliature orale [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nage des unicellulaires eucaryotes

Nage des unicellulaires eucaryotes
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Paramécie

Paramécie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Battement ciliaire

Battement ciliaire
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Frontonia

Frontonia
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Clermont- Ferrand, détaché à l'université de Cotonou, Bénin

Classification

Autres références

«  CILIÉS ou INFUSOIRES  » est également traité dans :

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 559 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les unicellulaires eucaryotes »  : […] De très nombreuses espèces unicellulaires eucaryotes se déplacent grâce à des ciliatures ou à des appareils flagellaires d'une très grande variété, parfois constitués de plusieurs milliers de cils ou de flagelles. Cependant, tous les cils et tous les flagelles possèdent, à de rares exceptions près, une structure de base identique, reposant essentiellement sur des microtubules. Les cils ou les fla […] Lire la suite

LWOFF ANDRÉ (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 190 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des protistes au colibacille »  : […] C'est en travaillant sur des protistes ciliés dans le laboratoire de Chatton qu'il commence sa carrière de chercheur. Ses travaux reflètent une continuité de pensée remarquable. Comment la disposition et le nombre de cils de la surface d’un prostite cilié se transmettent-ils à la descendance lors da la division cellulaire ? Il établit la notion des métamorphoses ciliaires et révèle la continuité […] Lire la suite

PROTISTES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 266 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classification »  : […] Les Protistes sont divisés en cinq grandes classes. Les Flagellés comprennent des formes à affinités végétales (Phytoflagellés) et des espèces typiquement animales qui peuvent être libres (Choanoflagellés) ou parasites (Trypanosomes), ou encore symbiotiques (Flagellés des Termites). Les Rhizopodes, dont le type est l'Amibe, semblent à première vue très éloignés des Flagellées et on les a longtemp […] Lire la suite

THÉORIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 3 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’émergence de la théorie cellulaire et ses premières formulations (1800-1839) »  : […] Ce foisonnement théorique au sujet des constituants du vivant ne fit que s’intensifier lors des premières décennies du xix e  siècle. Pour ne citer qu’un exemple, le biologiste allemand Lorenz Oken (1779-1851) imagina en 1805 la théorie des infusoires. Selon lui, les êtres vivants étaient composés d’organismes élémentaires répandus dans le monde, s’associant lors du développement embryonnaire et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DRAGESCO, « CILIÉS ou INFUSOIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cilies-infusoires/