CHYPRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Chypre (CY) ; République turque de Chypre du Nord
Chef de l'État et du gouvernementNicos Anastasiades (depuis le 28 février 2013) en République de Chypre ; Ersin Tatar (depuis le 23 octobre 2020) en République turque de Chypre du Nord
CapitaleNicosie
Langues officiellesgrec, turc en République de Chypre ; turc en République turque de Chypre du Nord
Unité monétaireeuro (EUR) en République de Chypre ; livre turque (TRY) en République turque de Chypre du Nord
Population1 323 000 (estim. 2021) 2
Note : Inclut de 160 000 à 170 000 immigrés (principalement originaires de Turquie). Exclut environ 2 600 soldats britanniques stationnés dans les bases militaires britanniques de la République de Chypre et 920 casques bleus de l'ONU
Superficie (km2)9 251

Chypre depuis l'indépendance

Les accords conclus en février 1959 et imposés aux Chypriotes prévoyaient une période transitoire : un an pour négocier l'étendue des bases militaires concédées au Royaume-Uni à Dhékélia et Akrotiri, sur la côte sud, finir de rédiger la Constitution et transférer les pouvoirs. Reçus avec soulagement par la plupart des Chypriotes, ces accords semblaient mettre un terme aux disputes qui les avaient opposés depuis 1950, et aux incidents parfois sanglants survenus entre eux, surtout en 1958. Mais rien n'avait encore été réglé un an plus tard, sinon l'élection par les Chypriotes grecs de l'archevêque Makarios à la présidence et celle du Dr Fazil Küçük, par les Chypriotes turcs, à la vice-présidence de la future république. La Constitution étant mise en vigueur en mai et la Chambre des représentants élue en juillet 1960, l'île fut indépendante en août.

Makarios III à Chypre, années 1950

Photographie : Makarios III à Chypre, années 1950

L'archevêque de Chypre, Makarios III (au centre) appelle à combattre pacifiquement pour l'union de l'île à la Grèce, laissant la conduite de la lutte armée au général Grivas. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À la recherche d'une nation cohérente

Même s'ils mettaient fin au statut colonial en consacrant l'indépendance de Chypre sous le patronage des trois États qui devaient la garantir, ces accords furent reçus sans enthousiasme par les habitants de l'île : les aspirations nationalistes contradictoires, réunion à la Grèce ou partition, exprimées par des groupes militants souvent antagonistes n'étaient pas satisfaites. La plupart des Chypriotes grecs – 76,61 p. 100 d'une population totale de 577 615 habitants en 1960 – regrettaient de n'avoir pas été consultés à propos des dispositions constitutionnelles ; mécontents de ce qu'elles répartissaient le pouvoir selon la population dénombrée dans ses deux groupes plutôt que de le fonder sur le principe majoritaire, ils s'inquiétaient des avantages accordés à la minorité chypriote turque pour surmonter sa méfiance et ses regrets de ne pas obtenir la partition de l'île : avec 18,06 p. 100 de la population, celle-ci obtenait 30 p. 100 des sièges au Parlement, trois ministères sur dix, 30 p. 100 des emplois dans les services publics et 40 p. 100 dans la police et dans l'armée où encadrement et commandement étaient confiés à des officiers détachés de Turquie et de Grèce. De nombreux Chypriotes grecs, attristés par l'abandon du projet de réunion à la Grèce, ne continuèrent à faire confiance à l'ethnarque, leur guide national, l'archevêque Makarios, qu'en se persuadant qu'il n'avait pas renié le serment d'y aboutir et qu'il contournerait l'obstacle de ces accords ; ils s'opposèrent durement à lui quand il apparut qu'il ne pouvait pas ou ne voulait plus y parvenir.

Reconnue par les autres États à travers le monde, admise aux Nations unies en septembre 1960, intégrée dans le Commonwealth britannique en mars 1961, reçue au Conseil de l'Europe en mai 1961, la République de Chypre demanda dès décembre 1962 à rejoindre la Communauté économique européenne. Mais elle apparaissait déjà comme traversée par une frontière virtuelle : s'agissant de la famille, de l'école, sa Constitution reconnaissait des droits spécifiques à chacun des membres des deux groupes nationaux, grecs et turcs, dans l'île ; en outre, elle faisait de ces groupes des collectivités distinctes, fondées à administrer séparément divers chapitres de leurs affaires, et cela sans avoir envisagé quelles seraient les conséquences sur le plan territorial. Il était de plus conféré au vice-président turc un droit de veto aux décisions prises par le corps législatif et que devait sanctionner l'exécutif présidé par un grec. Que le président de la république fût nécessairement élu parmi les îliens se réclamant de la langue grecque et du christianisme et le vice-président parmi ceux qui s'expriment en turc et se rattachent à l'islam consacrait en effet la distance et la différence entre deux groupes qui continuaient à se présenter comme des minorités nationales résidant à l'extérieur des États nationaux qu'elles avaient espéré rejoindre. La capacité de construire dans l'île une nation cohérente réunie par des projets partagés et portée par des aspirations communes manquait à l'État censé administrer et représenter cette population divisée.

Une division inévitable

Cet édifice céda à la première crise : elle survint à la fin de 1963. La minorité turque réclamait des administrations municipales distinctes dans les agglomérations urbaines à population mixte et la majorité grecque voyait là une menace [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Chypre : carte physique

Chypre : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Chypre : drapeau

Chypre : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Lefkara

Lefkara
Crédits : Walkabout Photo Guides/ Shutterstock.com

photographie

Caterina Cornaro, reine de Chypre

Caterina Cornaro, reine de Chypre
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : visiting lecturer, Department of Turkish and Middle Eastern Studies, University of Cyprus
  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : professeur d'histoire médiévale à l'université de Rouen
  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

Classification

Autres références

«  CHYPRE  » est également traité dans :

CHYPRE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La limite Europe-Asie »  : […] La limite occidentale de l'Asie est celle qui soulève le plus de problèmes géographiques. Elle pose intrinsèquement et relativement la question de la limite orientale de l'Europe, que l'élargissement politique et économique de l'Union européenne a relancée depuis l'effondrement du bloc soviétique. Le consensus est loin de régner à ce sujet, bien que la géographie soit régulièrement convoquée de f […] Lire la suite

CHRISTOFIAS DIMITRI (1946-2019)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 683 mots

Homme politique chypriote, président de la République de Chypre de 2008 à 2013, Dimitri Christofias a été le premier communiste à diriger un pays membre de l’Union européenne. Il a gravi tous les échelons de son parti pour en devenir le secrétaire général, un parti très orthodoxe sur le plan idéologique, mais très libéral dans sa pratique. Dimitri Christofias est né à Kato Dikomo dans le district […] Lire la suite

CLÉRIDÈS GLAFCOS (1919-2013)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 730 mots

Président de la République de Chypre de 1993 à 2003, Glafcos Cléridès (ou Glafkos Kliridis) est né le 24 avril 1919 à Nicosie, capitale de l’île de Chypre, alors colonie britannique. Son père, Ioannis Kliridis, était avocat et participait à la vie politique de la communauté chypriote grecque de l’île, laquelle représentait à l’époque plus de 80 p. 100 de la population. Glafcos Cléridès s’engage v […] Lire la suite

DENKTASH RAUF (1924-2012)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 302 mots

Homme politique chypriote turc, Rauf Denktash s'est battu durant toute sa vie pour tenter de trouver une solution binationale à la « question chypriote » et pour la reconnaissance internationale de la République turque de Chypre du Nord, proclamée unilatéralement en 1983, dont il fut le président de facto (sous divers titres) de février 1975 à avril 2005. Rauf Denktash est né le 27 janvier 1924 à […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intensité des conflits frontaliers »  : […] Les conflits frontaliers se distinguent ainsi par leurs enjeux, mais aussi par leur intensité selon un gradient qui va de la frontière bornée et reconnue au front, c’est-à-dire à la zone de contact entre deux belligérants, en passant par la contestation diplomatique et juridique. Les frontières « chaudes » se caractérisent par une conflictualité intense qui prend la forme d’affrontements militair […] Lire la suite

GRIVAS GEORGES (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Nikos ATHANASSIOU, 
  • Liliane PRINCET
  •  • 840 mots
  •  • 2 médias

Après des études secondaires au gymnase panchypriote de Nicosie, Georges Grivas, né à Trikomo (Chypre), opte pour la nationalité grecque et suit les cours de l'Académie militaire d'Athènes, dont il sort en 1919 lieutenant d'artillerie. En 1926-1927 puis en 1932-1934, il suit des stages de perfectionnement à l'École supérieure de guerre de Paris. Il est chargé des cours de tactique à l'École d'appl […] Lire la suite

KYPRIANOU SPYROS (1932-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 134 mots

Homme politique chypriote. Avocat formé au Royaume-Uni, Spyros Kyprianou devient le ministre des Affaires étrangères de M gr  Makarios III, premier président de Chypre, lorsque l'indépendance de l'île est proclamée en 1960. Il démissionne de ce poste en 1972, pour protester contre les pressions du régime des colonels grecs. En 1976, il fonde le Parti démocratique, qui remporte les élections de la […] Lire la suite

LÁRNACA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Lárnaca (Lárnax en grec, Lârnaka ou Iskele en turc) est une ville portuaire du sud-est de la République de Chypre. Située dans la baie bordée par les caps Kiti et Pyla, elle recouvre une grande partie de l'ancienne Citium (ou Kition), fondée par les Mycéniens au xiii e  siècle avant J.-C. et reconstruite par les Byzantins. Citium est la ville natale du philosophe grec Zénon, fondateur du stoïcism […] Lire la suite

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

La naissance des États latins d'Orient est la conséquence de deux des croisades organisées par la papauté pour la libération des chrétiens d'Orient . Au cours de la première croisade, des éléments de l'armée des croisés s'établirent successivement à Édesse (fin 1097), à Antioche (1098), à Jérusalem (1099) et finalement devant Tripoli (1102). En 1191, lors de la troisième croisade, le débarquemen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-26 juillet 2021 Union européenne. Début d'approbation des plans de relance post-Covid-19.

Le 26, les instances européennes entérinent les plans de relance nationaux de quatre autres pays membres (Croatie, Chypre, Lituanie, Slovénie). […] Lire la suite

30 mai 2021 Chypre. Élections législatives.

Le Rassemblement démocrate (DISY, conservateur) du président Nicos Anastasiades arrive en tête aux élections législatives, en dépit d’un léger recul, avec 27,8 % des suffrages et 17 sièges sur 56. Les deux autres grands partis traditionnels sont également en recul : le Parti progressiste des travailleurs (AKEL, communiste) obtient 22,3 % des voix et 15 sièges, et le Parti démocrate (centre), membre de la coalition gouvernementale, 11,3 % des suffrages et 9 députés. […] Lire la suite

11-18 octobre 2020 Chypre. Élection d'Ersin Tatar à la présidence de la République turque de Chypre du Nord.

Le 11, le Premier ministre de la République turque de Chypre du Nord (RTCN), Ersin Tatar, candidat du Parti de l’unité nationale (nationaliste), qui est soutenu par Ankara, arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle en RTCN, avec 32,4 p. 100 des suffrages. La RTCN n’est pas reconnue par la communauté internationale. Ersin Tatar devance le président social-démocrate sortant Mustafa Akinci, qui obtient 29,8 p. […] Lire la suite

4 septembre - 12 octobre 2020 Turquie – Grèce. Baisse des tensions en Méditerranée orientale.

Le 12 octobre, toutefois, Ankara annonce la reprise de la mission d’exploration du navire Oruç Reis au large de l’île grecque de Kastellorizo, proche de la côte anatolienne, et l’envoi d’un autre navire d’exploration, le Yavuz, au large de Chypre. […] Lire la suite

4-31 août 2020 Liban. Explosion dévastatrice et meurtrière dans le port de Beyrouth.

La déflagration est ressentie jusqu’à Chypre, distante de deux cents kilomètres. Le Premier ministre Hassan Diab, s’exprimant devant le conseil de défense, confirme que la déflagration a été causée par l’explosion d’un stock de deux mille sept cent cinquante tonnes de nitrate d’ammonium, un engrais azoté, entreposé « depuis six ans dans un entrepôt sans mesures de précaution ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc AYMES, Christophe CHICLET, Gilles GRIVAUD, Pierre-Yves PÉCHOUX, « CHYPRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chypre/