CHRISTIE'S & SOTHEBY'S

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sotheby's : des ventes de livres à une activité diversifiée

Des deux maisons, Sotheby's est la plus ancienne et elle fut longtemps spécialisée dans les ventes aux enchères de livres. En effet, le fondateur de la maison, Samuel Baker, s'installa à Londres en 1733 comme libraire. Profitant de l'engouement de l'époque pour les livres (certaines collections ne comptaient pas moins de 200 000 ouvrages), Baker organisa rapidement des ventes aux enchères de bibliothèques à la mort de leurs propriétaires. En 1744, il organisa ainsi une première vacation sous son propre nom. Celle-ci fut la première d'une longue série de ventes de plus en plus prestigieuses, dont celles de très nombreux aristocrates britanniques. Lorsque Napoléon Bonaparte décéda, ce fut également Sotheby's qui dispersa les livres emportés par l'empereur déchu lors de son exil à Sainte-Hélène.

En 1767, Baker s'associa à George Leigh, qui contribua au développement de la maison par son talent dramatique et un sens très aigu de la théâtralité des enchères. À la mort de Baker, en 1778, l'affaire fut confiée à Leigh et au neveu de Baker, John Sotheby ; la famille de ce dernier dirigea alors la maison pendant plus de quatre-vingts ans. À cette époque, la compagnie diversifia ses activités en organisant notamment des ventes de numismatique.

En 1842, John Wilkinson entra dans l'association et, quand le dernier membre de la famille Sotheby décéda, en 1861, il prit la tête de l'entreprise. En 1864, il promut un de ses employés les plus expérimentés, Edward Grose Hodge, et la maison s'appela jusqu'en 1924 Sotheby, Wilkinson and Hodge. En 1917, la société s'installa à New Bond Street, rue de Londres qu'elle n'a plus quittée. S'ouvrit alors une nouvelle ère durant laquelle les ventes aux enchères de peintures et d'œuvres d'art occupèrent une place toujours croissante.

Les années 1920 marquèrent en effet la fin d'un certain mode de vie de l'aristocratie britannique, beaucoup de nobles se séparant de leurs maisons de campagne et de leurs fabuleuses collections d'œuvres d'art. Sotheby's multiplia alors les ventes de château sur place.

Les années 1950 connurent le triomphe de Peter Wilson, entré dans l'entreprise au cours des années 1930, et qui devait en devenir le principal dirigeant. Les ventes des collections Weinberg – peinture impressionniste et postimpressionniste – en 1957 et Goldschmidt en 1958 battirent des records.

En 1955, Sotheby's ouvrit un bureau à New York, accédant ainsi directement au marché américain. Le premier, Peter Wilson comprit en effet que le marché de l'art s'internationalisait toujours davantage. En 1964, Sotheby's racheta même la première maison américaine de ventes aux enchères, le new-yorkais Parke-Bernet. En raison du succès rencontré par son implantation américaine, Sotheby's installa alors des bureaux dans de nombreux pays à la fin des années 1960, dont Paris et Monaco.

En 1977, l'affaire fit son entrée en Bourse, dernier succès remporté par Peter Wilson avant son départ à la retraite en 1980. En 1983, le magnat américain de l'immobilier Alfred Taubman prit le contrôle de Sotheby's : la vénérable institution britannique passait ainsi sous contrôle américain. Dans les années qui suivirent, les résultats de la société connurent une très forte progression. Durant les années 1987-1990, marquées par l'envolée du marché de l'art, les records se multiplièrent et les résultats de la firme progressèrent de façon extrêmement soutenue, avant de souffrir de la crise qui suivit, puis de croître à nouveau à partir de 1995. Parmi les grandes ventes qui ont émaillé l'histoire de Sotheby's depuis les années 1980, il faut mentionner les ventes de tableaux impressionnistes de Havemeyer en 1983 et de Florence J. Gould en 1985, la vente de bijoux de la duchesse de Windsor en 1987, la vente Dorrance en 1989, ou encore, en 1993, celle de la très aristocratique collection Thurn und Taxis. Sotheby's a également organisé des ventes fort médiatiques comme celle des objets de Jacky Kennedy en 1996, ou la vente Windsor en 1998.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie de l'art à l'université de Marne-la-Vallée, ancien élève de l'École normale supérieure de Cachan et de l'Institut d'études politiques de Paris, professeur agrégé de sciences sociales, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  CHRISTIE'S & SOTHEBY'S  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le marché de l'art contemporain, à l'étranger et en France »  : […] Les ventes d'art sont bien souvent entourées de discrétion et les économistes spécialistes du secteur sont les premiers à regretter l'absence de transparence de ce secteur. Il faut donc fréquemment se contenter d'estimations plus ou moins fiables et précises. Dans un rapport d'avril 1999, la Commission européenne évaluait le volume mondial des ventes d'œuvres d'art à près de 8 milliards d'euros (d […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sociétés multinationales de ventes aux enchères »  : […] La concentration du marché mondial s'est réalisée autour de deux sociétés anglo-saxonnes dont les objectifs stratégiques sont mondiaux : Sotheby's, comptant d'importants capitaux américains, et Christie's, passée sous contrôle français depuis son rachat par François Pinault en 1998. Toutes deux sont des sociétés commerciales cotées en Bourse. En 2006, elles contrôlaient à elles deux plus de 75 p. […] Lire la suite

COQUILLE DE NAUTILE (E. Weston)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 217 mots

La vente, au prix de 190 000 dollars, d'une épreuve d'Edward Weston (1886-1958), la Coquille de Nautile , datant de 1927, marque l'entrée, en 1990, de la photographie dans le marché de l'art. Réalisée par un marchand de San Francisco, la transaction de près d'un million de francs va donner une vive impulsion aux ventes publiques d'épreuves anciennes, jusqu'alors rarissimes. Christie's et Sotheby' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain QUEMIN, « CHRISTIE'S & SOTHEBY'S », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christie-s-et-sotheby-s/