CHOUANNERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du mécontentement à la Contre-Révolution

Celles-ci éclatent vraiment en février-mars 1793, en réponse à la levée des 300 000 hommes décidée par la Convention, à l'image et en même temps que les révoltes qui débouchent dans la « guerre de Vendée » ; mais le succès au nord de la Loire est éphémère et les troupes républicaines reprennent rapidement le contrôle de toute la région, écrasant les émeutiers dans le Léon et sur la rive droite de la Loire – alors que la rive gauche échappe à la République. La présence de fortes garnisons et l'efficacité des généraux républicains ont eu raison de l'absence de coordination entre les insurrections comme de la médiocrité de leur armement. Cependant, les causes du mécontentement n'ont pas disparu. Une petite partie des ruraux vaincus s'engage dans les armées vendéennes, comme Cadoudal. La plus grande partie attend le passage des Vendéens au nord de la Loire, au cours de la Virée de Galerne (oct.-déc. 1793), pour se joindre à eux et se soulever à nouveau. Les forêts entre Maine et Bretagne servent ainsi de foyers de résistance et de bases de repli. C'est alors que le mot « chouannerie » commence à être utilisé comme terme générique.

On peut distinguer trois phases successives qui expliquent l'évolution du mouvement. Entre la fin de 1793 et 1795, les bandes chouannes, de médiocre envergure, quadrillent les campagnes, opèrent des coups de mains contre les administrateurs locaux et les partisans de la Révolution, entravent la circulation des troupes, notamment en attaquant les convois de grains ou d'armes. Il s'agit d'une guerre menée à la course, les chouans accrochant de petits groupes de républicains et décrochant systématiquement pour éviter des affrontements. L'agilité est essentielle, en même temps que la dissimulation. Nombre de jeunes chouans apparaissent dans la journée comme de paisibles paysans. Seule une petite partie des effectifs, dont les chefs, vivent dans la clandestinité, cachés dans les forêts, voire dans des souterrains. Chaque petite région est ainsi soumise à l'autorit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHOUANNERIE  » est également traité dans :

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Les insurrections armées »  : […] Ni les armées d'émigrés, ni les complots n'ont sérieusement mis en danger la Révolution. Il n'en fut pas de même des insurrections qui secouèrent l'ouest et le midi de la France, puis Paris. Au soulèvement de l'Ouest on assigne diverses raisons. L'origine religieuse est difficilement contestable. Le refus de la Constitution civile du clergé (sorte de réorganisation laïque de l'Église) par un nombr […] Lire la suite

COTTEREAU JEAN, dit JEAN CHOUAN (1757-1794)

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 350 mots

Héros de la chouannerie, Jean Cottereau avait hérité son surnom de son père Pierre, sabotier et probablement faux saunier, se servant du cri de la chouette pour se faire reconnaître de ses complices. Il pratiquait le faux saunage avec ses frères François et René. En 1780, il fut poursuivi pour avoir d'abord rossé un nommé Marchois qu'il soupçonnait de l'avoir vendu aux gabelous, puis pour avoir tu […] Lire la suite

PUISAYE JOSEPH comte de (1755-1827)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 309 mots

Issu d'une famille de vieille noblesse, colonel en 1783, Puisaye commence sa carrière politique en représentant la noblesse du Perche aux assemblées provinciales de 1787, puis est élu comme député de la noblesse aux États généraux, où il joue un petit rôle. À cette époque, il paraît peu favorable au courant réformateur. Cependant, il devient commandant des gardes nationales du district d'Évreux, p […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir jusque-là. Cependant, Louis XVIII met aussitôt son […] Lire la suite

VENDÉE GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « L'échec de la Vendée et sa répression »  : […] Après une offensive qui échoue du fait de rivalités politiques, les républicains reprennent l'initiative, et l'essentiel des armées vendéennes est écrasé lors de la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793. Dans ce qui va s'appeler la Virée de Galerne, plusieurs dizaines de milliers de Vendéens (dont des femmes et des enfants), rejoints par les chouans, traversent le Maine et la Bretagne, jusqu'à G […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « CHOUANNERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chouannerie/