CHONDRICHTHYENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chondrichthyens éteints

Les chondrichthyens actuels et cénozoïques présentent des morphologies relativement homogènes au sein de chacun des trois grands groupes que sont les requins, les batomorphes et les chimaeroïdes. Cependant, avant la fin du Crétacé, il a 65 millions d'années, et en particulier du Dévonien au Permien (400-250 millions d'années), ils présentaient une disparité morphologique beaucoup plus grande qu'actuellement. Au sein des élasmobranches, les hybodontiformes (fig. 2), groupe frère des néosélaciens, furent un groupe extrêmement florissant depuis le début du Carbonifère jusqu'à la fin du Crétacé, soit pendant près de 280 millions d'années. Ils ressemblaient à des requins mais s'en distinguaient notamment par de grosses écailles en forme de crochet de chaque côté de la tête, de puissantes épines en avant des nageoires dorsales et des dents massives et surbaissées. Les cténacanthiformes (fig. 2), essentiellement dévoniens et carbonifères, ressemblaient également à des requins, mais leurs nageoires étaient armées d'épines ornementées et leurs écailles présentaient une couronne composée de multiples denticules. Les xénacanthiformes, probablement les plus primitifs des élasmobranches, vivaient du Dévonien inférieur au Jurassique et possédaient un corps allongé, avec une seule nageoire dorsale allongée s'étendant en arrière d'une puissante épine. Outre ces groupes majeurs, on a aussi rapporté aux élasmobranches quelques groupes paléozoïques moins importants, mais qui présentaient une morphologie générale de requin, avec des fentes branchiales séparées. Parmi eux, les cladosélachidés (fig. 2), du Dévonien supérieur, ont longtemps été considérés comme des élasmobranches primitifs, mais des découvertes récentes suggèrent qu'ils sont plutôt apparentés aux stéthacanthides (fig. 2), autres élasmobranches paléozoïques présumés qui, curieusement, partagent aussi certains caractères avec les holocéphales. Parmi les plus anciens chondrichthyens connus, du Dévonien inférieur, Doliodus présente des épines en avant des nageoires pectorales, comme les acanthodiens et les ostéichthyens les plus anciens (cf. acanthodiens, ostéichthyens), suggérant qu'il s'agit là d'un caractère primitif pour les chondrichthyens.

Les chimaeroïdes, dont les plus anciens sont connus dès le Trias, ne sont que les reliques d'un groupe considérablement plus diversifié entre le Dévonien supérieur et le Permien et représentés par des formes que l'on regroupe avec les chimaeroïdes sous le nom d'holocéphales. Parmi ces holocéphales éteints, certains, comme Echinochimaera, évoquent les chimaeroïdes par leur aspect, tandis que d'autres, comme les chondrenchélyides ou les menaspides ne partagent avec les chimaeroïdes que quelques caractères, comme la structure tubulaire de leurs dents. En outre, d'autres groupes sont rapprochés des holocéphales (et regroupés avec eux sous le nom d'euchondrocéphales) car ils partagent avec ces derniers quelques caractères anatomiques assez vagues, comme la fusion du palatocarré (élément endosquelettique supérieur des mâchoires) avec le neurocrâne (suspension « holostylique » des mâchoires) ou la quasi-disparition des écailles du corps. Parmi ces derniers groupes, on peut citer les eugénéodontides, aux allures de requins et dont les mandibules étaient armées de grandes spirales dentaires symphysaires, les étranges inioptérygiens, aux allures de rascasses, les hélodontides, et les pétalodontides, trapus et aux dents antérieures en forme de bec de perroquet. Ces lointains précurseurs des chimaeroïdes possédaient des « familles » de dents séparées, comme celles des élasmobranches, mais à remplacement lent (d'où leur nom informel de « bradyodontes »). Chez les chimaeroïdes et beaucoup d'holocéphales, les « familles dentaires » ont fusionné en plaques à croissance continue. Les relations phylogénétiques entre ces parents éteints des chimaeroïdes sont encore mal élucidées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Chondrichthyens actuels

Chondrichthyens actuels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Raies

Raies
Crédits : Martin Barraud/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Raie ronde jaune

Raie ronde jaune
Crédits : M. Gibson/ Animals Animals

photographie

Élasmobranches : évolution

Élasmobranches : évolution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHONDRICHTHYENS  » est également traité dans :

ACANTHODIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 817 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] Bien que la question des relations de parenté des acanthodiens ne soit pas encore résolue, il semble de plus en plus probable qu'ils constituent un groupe souche, comprenant des formes apparentés aux chondrichthyens, tandis que d'autres sont apparentées aux ostéichthyens. Des indices en faveur de cette hypothèse ont été mis en évidence récemment, notamment la découverte d'acanthodiens du Dévonien […] Lire la suite

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire des vertébrés à mâchoires longtemps considérée comme admise »  : […] La faune des vertébrés actuels est représentée par des animaux sans mâchoires (lamproies et myxines) et par deux grands groupes d'animaux à mâchoires : les chondrichthyens (requins, raies et chimères) et les ostéichthyens. Ce dernier groupe est lui-même composé des poissons à nageoires rayonnées (esturgeons, espadons, saumons, etc.) et d’animaux à nageoires ou pattes charnues (cœlacanthes, dipneu […] Lire la suite

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 143 mots
  •  • 2 médias

Les gnathostomes (du gr. gnathos , mâchoire, et stoma , bouche) représentent un groupe majeur de vertébrés défini par la présence de mâchoires fonctionnant verticalement et généralement pourvues de dents, telles nos propres mâchoires. Dans la nature actuelle, les gnathostomes comprennent environ 50 800 espèces, comprenant la plupart des poissons, mais aussi tous les tétrapodes (cf.  tétrapodomorph […] Lire la suite

LAMPRIS GUTTATUS

  • Écrit par 
  • Lionel CAVIN
  •  • 1 044 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Animaux homéothermes et poïkilothermes, endothermes et ectothermes  »  : […] La plupart des mammifères et des oiseaux gardent leur température corporelle à peu près constante : on dit qu’ils sont homéothermes. Ils sont aussi capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique : on dit qu’ils sont endothermes. Au contraire, les amphibiens et les reptiles, dans leur grande majorité, ont une température corporelle qui varie avec la température extérieure : i […] Lire la suite

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 026 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Rappel anatomique »  : […] La structure du pterygium ichthyen est extrêmement variable. On trouvera aux articles acanthodiens , actinoptérygiens , chondrichthyens , crossoptérygiens , dipneustes et placodermes des détails sur l'anatomie des nageoires paires de ces différents groupes. Il suffira donc de rappeler quelques notions générales sur la structure des nageoires paires et des ceintures. Chez les Sélaciens (requins) […] Lire la suite

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 067 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Mécaniques respiratoires »  : […] Les mouvements qui assurent la circulation de l'eau autour des branchies sont complexes et diffèrent nettement dans les divers groupes. En général, l'eau pénètre dans la cavité buccale par la bouche et en sort par les fentes branchiales. Pourtant, il n'en est pas ainsi chez les Cyclostomes, sinon chez la larve ammocète de la Lamproie. Chez la Lamproie adulte, qui est le plus souvent fixée par la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « CHONDRICHTHYENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrichthyens/