CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph ArrowFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une analyse formelle des procédures de choix collectif

Dès l'introduction, Arrow précise que toutes les procédures imaginables pour effectuer des choix collectifs (que ce soient les multiples règles de vote – unanimité, majorité, etc. – ou le mécanisme de marché) partagent des caractéristiques formelles communes, car ce sont toutes des « fonctions de bien-être collectif ». Étudier ces propriétés formelles de manière axiomatique constitue l'objet de Choix collectifs et préférences individuelles.

La première étape (chapitres i et ii) consiste à définir le concept de fonction de choix collectif. Pour Arrow, le choix d'une collectivité peut être compris comme le fruit d'un classement des différents états sociaux possibles. Ce classement collectif est lui-même issu du classement des états sociaux par chaque individu. La fonction de bien-être collectif est très précisément la manière par laquelle on passe des classements individuels au classement collectif. Le vote à la majorité est un exemple d'une telle fonction : aux préférences des individus (par exemple, A et B préfèrent l'état social 1 tandis que C préfère l'état social 2), il associe un choix collectif (la société préfère 2 à 1).

Il serait a priori souhaitable que les procédures de choix collectif possèdent une rationalité et une cohérence minimales. La démarche d'Arrow est alors, dans un deuxième temps, d'énoncer un certain nombre de propriétés « raisonnables » que ces procédures devraient posséder et qui se traduisent, formellement, par autant d'axiomes (O, U, I, P, D) pesant sur la fonction de bien-être collectif. L'axiome O énonce que la règle de décision doit classer la totalité des états sociaux et que ce classement doit être transitif (si 1 préféré à 2 et 2 préféré à 3, alors 1 est préféré à 3). L'axiome U suppose que la règle de décision est définie sur tous les classements individuels possibles. Les axiomes P et I énoncent, d'une part, que, si tous les individus préfèrent une option, alors la collectivité fera de même, et, d'autre part, que le choix collectif entre deux options ne dépend que de leur place r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph Arrow  » est également traité dans :

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Choix social »  : […] Lorsque deux mesures concurrentes permettent l'une et l'autre d'augmenter l'efficacité économique et recueilleraient chacune l'unanimité si elles étaient proposées isolément, rien n'assure que le choix entre les deux puisse se faire à l'unanimité. Pour choisir, il faut disposer d'une règle d'agrégation des intérêts privés qui puisse représenter l'intérêt collectif. La théorie du « choix social » é […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Le théorème d'impossibilité »  : […] L'idéal serait d'avoir une règle qui permette de déduire un classement collectif cohérent à partir des classements individuels ; il suffirait alors de choisir l'alternative la plus haute dans ce classement, compte tenu des ressources dont dispose la société, pour résoudre sans contestation possible, le problème du bien-être collectif. En fait, une telle règle n'existe pas. Il y a plus de deux sièc […] Lire la suite

NOUVELLE ÉCONOMIE POLITIQUE, analyse économique du vote

  • Écrit par 
  • Jean-François LASLIER
  •  • 7 212 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle majoritaire »  : […] Par définition, la règle majoritaire est l'exigence que, entre deux possibilités sur lesquelles des individus expriment leur préférence, on retienne la possibilité préférée par le plus grand nombre d'entre eux. Dans le cadre de préférences individuelles unimodales qu'on vient de décrire, la règle majoritaire possède une propriété remarquable : aucune autre politique ne peut être préférée par une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Samuel FEREY, « CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph Arrow - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/choix-collectifs-et-preferences-individuelles/