CHLORURES

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autres sels d'antimoine »  : […] Les sulfures, correspondant aux deux degrés d'oxydation, sont faciles à préparer par action directe du soufre, en proportions calculées, sur l'antimoine métallique, ou par voie aqueuse, en faisant agir un courant d'hydrogène sulfuré sur une solution acide d'antimoine tri- ou pentaoxydé. Ces sulfures sont proches des sulfures d'arsenic : en milieu très acide ou basique, ils se dissolvent en condui […] Lire la suite

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 432 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Halogénures »  : […] Les halogénures de béryllium doivent être divisés en deux groupes très différents. Le fluorure donne avec les ions béryllium des complexes fluorés très stables et très peu de complexes avec des coordinats neutres. Le chlorure et le bromure, très semblables entre eux, et l'iodure, moins bien connu, donnent des complexes stables avec des coordinats neutres, mais pas d'halogénobéryllates. Cette dif […] Lire la suite

BÉTON

  • Écrit par 
  • Jean-Michel TORRENTI
  •  • 8 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Durabilité »  : […] La durabilité des structures en béton est maintenant devenue un point important, y compris dans l'approche normative des ouvrages, ne serait-ce que parce que les réparations ont un coût non négligeable. Ainsi, les Eurocodes (règles européennes de construction) définissent la notion de durée d'utilisation de projet, durée pour laquelle la structure doit être dimensionnée de sorte que sa détériorat […] Lire la suite

BROMURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 314 mots

Formule brute : HBr Masse moléculaire : 80,92 g Point de fusion : — 88,5 0 C Point d'ébullition : — 67 0 C Température critique : 89,9 0 C Gaz de forte odeur piquante formant dans l'air un nuage lourd ; âcre et corrosif, il irrite fortement la peau et les muqueuses. Par abaissement de la température, il se liquéfie en un liquide incolore, puis se solidifie en cristaux blancs. Une solution aqueuse […] Lire la suite

CHLORURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 580 mots

Formule brute : HCl Masse moléculaire : 36,46 g Point d'ébullition : — 84,9  0 C Point de fusion : — 114  0 C Température critique : 51,54  0 C. Gaz incolore d'odeur forte et étouffante, très soluble dans l'eau (qui à la température ordinaire en dissout environ 450 fois son volume), fumant dans l'air humide, corrosif. On appelle acide chlorhydrique (esprit de sel, acide muriatique) les solutions a […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Parmi les composés naturels du chlore, les chlorures sont les plus répandus. Prenant difficilement place dans la charpente des silicates, le chlore ne se rencontre que dans quelques minéraux des roches magmatiques, mais il est souvent présent sous forme d'acide chlorhydrique dans les fumerolles volcaniques. L'altération de ces roches magmatiques à la surface des continents libère des ions Cl - , m […] Lire la suite

ÉTAIN

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE
  •  • 3 422 mots

Dans le chapitre « Degré d'oxydation IV »  : […] L'étain possède un caractère ionique prédominant dans ses oxydes (SnO 2 , les spinelles Mg 2 SnO 4 et Co 2 SnO 4 , les pérovskites CaSnO 3 et PbSnO 3 ...) et ses fluorures (SnF 4 , LiSnF 6 , Na 2 SnF 6 ...). L'ion Sn 4+ y possède toujours la coordinence 6. Dans ses composés covalents, l'étain IV possède soit une configuration tétraédrique correspondant à une hybridation sp 3 (hydrure SnH 4 , […] Lire la suite

MÉTHANE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 472 mots

Formule brute : CH 4 Masse moléculaire : 16,04 g Masse spécifique : 0,716 8 g/l Point d'ébullition : — 161,5 0 C Point de fusion : — 184 0 C Le méthane est un hydrocarbure saturé, le plus simple des alcanes. C'est un gaz incolore, d'odeur légèrement alliacée, qui a été découvert en 1778 par A. Volta. Les quatre liaisons C—H du méthane sont de longueur égale et identiques par leurs propriétés physi […] Lire la suite

NEPTUNIUM

  • Écrit par 
  • Monique PAGÈS
  •  • 1 173 mots

Dans le chapitre « Chimie de l'état solide »  : […] Le métal Np 0 a l'aspect de l'argent, il est aussi malléable que l'uranium ; sa densité est d'environ 20,3. Il présente trois variétés allotropiques avant sa fusion à 637  0 C. De caractère électropositif (le potentiel normal du couple Np 0 -Np III est de − 1,83 V), Np 0 est obtenu en réduisant sous vide du trifluorure NpF 3 ou du tétrafluorure NpF 4 par les vapeurs d'un métal très réactif, tel […] Lire la suite

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 769 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Composés du nickel »  : […] Le nickel forme des composés dans lesquels il a la valence 0, 2, 3 ou 4, la valence 2 étant la valence normale. Le protoxyde de nickel NiO peut être obtenu par calcination d'un sel (nitrate, carbonate, sulfate) ou par oxydation du sulfure de nickel. Il est soluble dans les acides minéraux, mais n'est pas soluble dans l'eau. Il est utilisé dans l'industrie de l'émaillage, de la poterie, et comme ca […] Lire la suite

OR

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  •  • 2 344 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composés de l'or trivalent »  : […] Alors que les composés obtenus en phase solide sont peu nombreux et d'ailleurs souvent métastables, on rencontre un grand nombre d'ions complexes correspondant au degré d'oxydation + III en solution aqueuse. Tous sont facilement réduits au stade métallique. La structure de ces ions est souvent carrée, la libération d'une case 5 d dans l'or trivalent permettant l'hybridation dsp 2  ; c'est le cas, […] Lire la suite

PHOSPHORE

  • Écrit par 
  • François MATHEY, 
  • Maurice MAURIN, 
  • Maurice SLANSKY
  •  • 9 137 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Halogénures de phosphonitrile »  : […] Les combinaisons du phosphore et de l' azote fondées sur des liaisons à caractère π se sont révélées particulièrement intéressantes parce qu'elles forment des polymères dont les propriétés peuvent être utiles à température élevée. En tant que matériaux, elles vont des fluides, utiles en transfert de chaleur et en lubrification, aux solides dont les propriétés mécaniques se rapprochent de celles de […] Lire la suite

VANADIUM

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 2 617 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Composés du vanadium »  : […] La structure électronique lacunaire du vanadium, élément de transition, confère à ses composés des possibilités catalytiques : – le pentoxyde (V 2 O 5 ) catalyse l'oxydation de composés organiques et inorganiques ; son emploi principal est l'oxydation de l'anhydride sulfureux en anhydride sulfurique dans le procédé « par contact » de fabrication de l'acide sulfurique ; le pentoxyde trouve égaleme […] Lire la suite

VAN ARKEL PROCÉDÉ

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 156 mots

Procédé industriel de préparation du bore. Dans la nature, on trouve seulement de l'acide borique, accompagné parfois d'halogénures (surtout du chlorure). L'acide borique peut être transformé en chlorure, par action simultanée du charbon et du chlore, selon la réaction : B 2 O 3  + 3 C + 3 Cl 2  → 2 BCl 3  + 3 CO, l'opération se faisant à température élevée. Le chlorure de bore est réduit à l'état […] Lire la suite

ZINC

  • Écrit par 
  • Noël DREULLE, 
  • Paule DREULLE, 
  • Jean-Louis VIGNES, 
  • Bernard WOJCIEKOWSKI
  •  • 5 307 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Les composés du zinc »  : […] Les composés du zinc ayant une importance industrielle sont l'oxyde, le chlorure, le sulfure et le sulfate. L' oxyde est préparé par deux procédés : dans le procédé américain, on brûle les vapeurs de zinc produites par la réduction du minerai par le charbon, ce qui fournit un composé relativement impur ; dans le procédé français, on brûle des vapeurs venant de la distillation de zinc métallique. […] Lire la suite