CHLOROQUINE ET HYDROXYCHLOROQUINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les 4-aminoquinoléines comme agents antiviraux

Les virus utilisent pour se multiplier le métabolisme des cellules qu’ils infectent. Dans le cas le plus général, ils pénètrent dans la cellule en se fixant d’abord sur un récepteur membranaire. Le renouvellement normal de la membrane entraîne la formation de vésicules dans lesquelles le récepteur et le virus sont insérés. Ces vésicules, ou endosomes, migrent ensuite vers l’intérieur de la cellule. Le cycle viral débute par la libération du matériel génétique du virus grâce à des enzymes contenues dans des vésicules intracellulaires comme les lysosomes, avec lesquelles les endosomes ont fusionné. Les étapes de production puis de libération de particules infectieuses impliquent également des systèmes membranaires intracellulaires et des vésicules exocytaires. Le fait que la chloroquine et l’hydroxychloroquine perturbent les mouvements et les fonctions des vésicules et l’ensemble du trafic intracellulaire rend ces molécules potentiellement antivirales de manière non spécifique, par opposition à des molécules ayant un effet spécifique sur un virus ou un type de virus. Chloroquine et hydroxychloroquine ont donc été testées systématiquement depuis les années 1990 sur tous les virus, en particulier émergents, contre lesquels on ne dispose pas de vaccin : VIH (virus de l'immunodéficience humaine) dès 1990, virus grippaux, virus du chikungunya, virus de la dengue, virus de l’hépatite C, virus Zika, virus de la fièvre Ebola, etc. Dans tous les cas, ces deux molécules diminuent ou même bloquent la multiplication du virus en culture cellulaire (c’est-à-dire in vitro). En revanche, aucun effet significatif n’a été observé in vivo chez l’animal ou lors d’essais cliniques chez l’homme, avec la possible exception de la grippe aviaire.

Logiquement, ces deux molécules ont été testées aussi sur les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Relation entre quinoléine et molécules antipaludéennes

Relation entre quinoléine et molécules antipaludéennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Jair Bolsonaro préconisant l’usage de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19, 2020

Jair Bolsonaro préconisant l’usage de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19, 2020
Crédits : Jair Bolsonaro in Facebook/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « CHLOROQUINE ET HYDROXYCHLOROQUINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chloroquine-et-hydroxychloroquine/